----- Présentation de la série "Dark-Hunter"
----- Retour à la liste des livres de la série Dark-Hunter


 

Genre : Romance paranormale / fantastique
Éditeur original : St Martin's Press
Titre original : Styxx
Date de sortie - États-Unis : 3 septembre 2013 (Grand Format)
                                                25 mars 2014 (Poche)
Formats disponibles  (US) : poche / grand format / audio-book / e-book
Nombre de pages - États-Unis : 836 (Grand Format) ; 1008 (Poche)

PERSONNAGES PRINCIPAUX

         
Styxx et Bethany


   Juste à l’instant où  vous pensiez que l’Apocalypse était terminée…

   Il y a des siècles, Acheron a protégé la race humaine en emprisonnant un mal ancien résolu à tout détruire. Aujourd’hui, ce même mal a été délivré et il veut sa revanche.
   Bien que frère jumeau d’Acheron, Styxx n’a pas toujours été du côté de son frère. Ils ont passé plus de siècle à se battre plutôt qu’à se protéger l’un l’autre. Aujourd’hui, Styxx a une chance de prouver sa loyauté envers son frère, mais seulement s’il est prêt à négocier sa vie en échange de celle d’Acheron.

   Bethany est née pour réparer les erreurs qui ont entraîné l’emprisonnement de sa famille pour l’éternité. A présent elle est libre, rien ne pourra l’empêcher de respecter le marché qui les a libérés. Elle doit prendre la vie du dernier atlante et elle n’échouera pas. Mais les choses ne sont jamais ce qu’elles semblent être et Acheron n’est pas le dernier de sa lignée.

   Styxx et Acheron doivent mettre de côté leur passé et apprendre à se faire confiance ou d’autres en souffriront.
   Pourtant il est difficile de risquer sa vie pour quelqu’un qui a autrefois essayé de prendre la vôtre, même lorsqu’il est votre jumeau, que les loyautés sont mise à mal et que vous ne pouvez vous fier à personne, pas même vous même, comment trouver le chemin pour revenir des ténèbres qui veulent consumer le monde entier ? En commençant par dévorer votre âme…


- On en parle sur le forum -
Dark-Hunter #23 : Styxx

            

LE SAVIEZ-VOUS ?
L'histoire derrière l'histoire de Styxx

[...] Je sais, je sais. J'ai dit un million de fois que j'étais trop en colère contre Styxx pour écrire son histoire. Déjà. Je le connais...
   Puis, un jour que je m'étais assise tranquillement pour réfléchir, Styxx est entré et s'est assis à côté de moi.
   "J'ai quelque chose à te dire."
   J'ai plissé mon nez vers lui.
   "Je ne veux pas l'entendre. Tu es un @%$$. Vas t'en."
   Il n'a pas écouté. Au lieu de cela, il m'a fait comprendre que, comme tout le monde, y compris Acheron, je l'avais mal jugé. Je n'avais vu les évènements du passé que par les yeux d'Acheron. Je les ai maintenant vu à travers ceux de Styxx et ce fut un réveil brutal.)    [Lire la suite...]

 


<= Livre précédent   Livre suivant =>

 
NOS AVIS SUR "STYXX"

Celui d'Aliénora

Attention risques de spoilers !
 
L’annonce de la sortie de Styxx avait fait beaucoup de bruit chez les Menyons. Depuis presque un an, Sherrilyn Kenyon nous divulguait de petites informations  de temps à autre.
Enfin il est disponible, et il fait autant d’émules que le livre Acheron. Autant vous dire que j’ai attendu cet énorme roman (836 pages, en grand format), avec impatience. Plus encore après toutes les révélations faites dans La Prophétie des Songes, le livre précédent. Comme beaucoup, je voulais aussi connaître l’autre côté du miroir, la vérité derrière les non-dits et les rumeurs de palais, car il est vrai que jusqu’à présent, que savions-nous de Styxx ? Car nous ne l’avons rencontré qu’à travers les yeux de ceux qui lui haïssent : Ryssa d’abord (dans  Acheron ) et Acheron ensuite.

Bien avant son histoire, nous l'avions vu dans La fille du Shaman (Dark-Hunters 3), et il n'avait qu'un souhait : mourir. J'ai compris pourquoi, et j'ai eu pitié de lui.
Styxx est donc l’extension du livre Acheron, son pendant… l’autre face d’une même monnaie. Le livre est d’ailleurs construit de la même façon : une partie pour révéler son passé, depuis sa naissance (presque 80% du livre) et une autre pour le voir évoluer dans notre époque moderne. Je suis d’ailleurs frustrée qu’il n’y ait que 200 pages consacrée à cette partie de sa vie, dont seulement une centaine à peine se passant dans les années 2012/2013, car il faut aussi revenir sur les apparitions précédentes de Styxx ( Dans La Fille du Shaman et Acheron entre autre). Toutefois, son passé (et son présent) est des plus intéressants – plus intéressant pour moi que celui d’Acheron que j’avais trouvé au final, peu surprenant – car j’ai enfin pu voir ce qui se passait réellement à Didymos. Et ça ne m’a pas surprise de découvrir ce que Styxx avait enduré : je garde toujours à l’esprit que rien n’est jamais ce qu’il semble être dans les livres de Sherrilyn Kenyon.
Je n'imaginais pas juste pas à quel point...
Je préfère avertir tout de suite : ce livre est beaucoup plus violent que l'histoire de son frère Acheron. Ça peut paraître anodin pour certains, mais je préfère le dire, "Styxx" convient à un public plus qu'averti.
Les lecteurs un peu sensibles ne ressortiront pas indemnes de la lecture. Il est très difficile de ne pas rester insensible face aux horreurs subies dans l'indifférence totale par le petit Styxx.
Car l’enfer commence dès sa naissance. Xerxes doute de sa paternité pour chacun des deux garçons (après tout, les dieux sont suffisamment mesquins pour avoir imaginé ce subterfuge). Sa mère méprise les deux, et il y a aussi Ryssa. La douce Ryssa, si gentille avec son petit frère Acheron… comme j’ai eu envie de la tuer ! Comme j’ai eu envie de la frapper ! Sa stupidité et son aveuglement sont insupportables ! Elle est infecte avec Styxx qu’elle perçoit comme un enfant pourri gâté par son père, elle le rejette et l’insulte chaque fois qu’elle le voit, alors que lui, du haut de ses cinq ans, continue de rechercher l’amour de sa sœur.
Je trouve particulièrement surprenant - et risqué aussi - la manière dont Sherrilyn Kenyon arrive à nous faire haïr un personnage jusque l'a apprécié, voir aimé. Même Acheron risque de descendre dans l'estime de quelques un(e)s, comme ce fut le cas pour moi. Mais Ryssa... je comptais les pages jusqu'à sa mort, pour en être enfin débarrassée !
Le seul qui l’aime vraiment, c’est son frère Acheron, et il l’aime en retour (lorsqu'ils sont enfants), autant que des frères jumeaux peuvent s’aimer.
J’ai été surprise des capacités que Styxx possédait dès sa naissance mais qu’il cachait pour ne pas passer pour un "possédé".
Insultes, rejets, tortures, abus… on apprend que Styxx a lui aussi été la victime de la perversité des membres de sa famille. La majeure partie de sa vie, de sa naissance à sa vie d'adulte n'est que torture, sévices et combats... deuils aussi et enfin, jusqu'à notre époque, une solitude totale dans l'indifférence générale.
Lorsqu'on pense que le pire est passé... le récit s'enfonce encore plus dans l'horreur, on a envie de hurler après certains protagonistes, et de les étrangler pour libérer Styxx de leur emprise. Oui, je le répète, le récit est particulièrement dur et cru parfois, et rares sont les moments de répit, de bonheur. Dans ces moment là, on respire et on reprend son souffle avant de continuer.

Dans cette histoire on revoit Apollon, si absent dans la série jusqu’à présent, alors qu’il est à l’origine de beaucoup d’ennuis. Il est un élément très important du roman et se révèle tout aussi pervers et cruel – voire même plus en vérité – que sa sœur Artémis.
En parallèle, c’est le panthéon atlante qui est mis en avant car l’héroïne de Styxx, Bethany, est une déesse. Qui a aussi un lien avec certains personnages du livre Le gardien d'Azmodea.
C’est aussi ça la "nouveauté" par rapport à Acheron : Styxx a rencontré sa compagne alors qu’il était encore un mortel. Bethany est un personnage intéressant qui m’a intriguée dès l’instant où Sherrilyn Kenyon nous l’avait présentée, je trouvais plutôt ironique, compte tenu de la haine entre les deux frères, d’avoir choisi de mettre Styxx en couple avec une déesse atlante. D’autant plus que Styxx lui, est un Grec.
La déesse, comme tout le monde (ou presque) hait Styxx... mais ne le reconnait pas dans celui qu'elle aime, car Bethany est aveugle dans le monde des Hommes. De son côté il ne lui révèle pas non plus son identité, appréciant le fait qu’on l’aime, enfin, pour ce qu’il est vraiment.
A cet instant, je me suis dis que toute cette histoire allait mal finir, étant donné ce qu’il allait advenir du panthéon atlante.
La cruauté d’Apollymi envers les siens n’épargnera pas Beth, ni Styxx par ricochets.

Je n’irais pas jusqu’à dire que le livre de Styxx est meilleur que celui d’Acheron, face à toutes les tortures et l'horreur, j'ai du mal a mettre un adjectif aussi positif. "Meilleur" en quoi ? Pourquoi ? Parce que Styxx a vécu un enfer pire que celui de son frère ? Non, le terme qui convient est "inattendu", car des deux livres il l'a effectivement été : ce livre révèle énormément de choses. Soit en faisant la lumière sur des évènements que nous croyons connaître déjà, soit en faisant référence aux personnages et aux livres précédents, comme notamment Le gardien d'Azmodea  et La prophétie des songes. Je savais également que quelques informations (mais c’est un bien grand mot) seraient données sur Savitar, ou au moins sur ses semblables, les Chthoniens… et je n’ai pas été déçue, même si ça ne fait pas beaucoup avancer le mystère… (Je ne peux pas vous en dire plus sans gâcher la surprise).

Ce qui m’amène à vous parler des personnages secondaires, car en lisant Styxx, il ne faut pas seulement s’arrêter sur l’histoire personnelle du prince de Didymos. Les amis de Styxx sont très rares. J’ai beaucoup apprécié Galen, son maître d’armes, qui le considère comme un fils, et la dévotion de ses soldats envers lui fait chaud au cœur. Ils sont au final, les seuls à le connaître vraiment, avec Bethany bien sûr… Acheron lui, n’ouvre les yeux sur la vérité sur son frère qu’à la fin, 10 000 ans trop tard (mieux vaut tard que jamais me direz vous), ce qui m’a profondément énervée… j’ai vraiment détesté Acheron.
Plus tard, on revoit aussi Zakar, Alexion, Danger, Tory et Urian…
Bien que la partie "présent" (comprenez chronologiquement après les évènements survenus dans La prophétie des songes) soit (trop) courte pour moi, quel final !
J’ai été ravie de revoir Seth, le héros de Le gardien d'Azmodéa – qui ne pouvait pas ne pas être là, compte tenu de l’importance donnée au panthéon égyptien dans ce livre – ainsi que Maahes aux côtés de Menyara.
Tant de révélations en si peu de pages pourtant : des personnages qui ne sont pas ce qu’ils semblaient être (préparez-vous à deux surprises de tailles !) ; le projet de Noir et Azura qui fera bientôt un pas en avant (n’oublions pas les autres "Primals Gods" / Dieux Originels) et un cliffhanger qui ne présage vraiment rien de bon pour la suite mais dont on aura pu voir les prémices dans La Prophétie des Songes.
Mais aussi un lien avec ce qu'on a pu découvrir en lisant Les Chroniques de Nick, et avec certains personnages de cette série dérivée.
Preuve encore que tout est lié dans l'univers de Sherrilyn Kenyon !
Un livre vraiment riche en petits indices donc, pour lequel j’ai sacrifié de nombreuses heures de sommeil…

Maintenant j’attends avec impatience la sortie de  Son of No One… l’année prochaine !
Les ténèbres arrivent...

Pour finir, je conseille de lire en complément - pour ceux qui le peuvent -, l'histoire de Bathymaas et Ariclès, qui est une nouvelle intitulée "House of the rising son". Bien qu'elle ait été publiée après Styxx (dans l'anthologie - Dark Bites"), je vous conseille de la lire avant. Car leur histoire est racontée dans ce livre et qu'ils sont importants pour la suite. Toutefois, je l'ai moi-même lue après et ce n'est pas gênant.

 


Texte original © Sherrilyn Kenyon
Traduction © Dark-Hunter Francophone