AVERTISSEMENT :
L’extrait suivant comme l’ensemble de ceux présents sur ce site internet, a été traduit par l’équipe de Dark-Hunter Francophone d’après le strict respect du texte original.
Toutefois nous ne sommes pas traductrices professionnelles, le sens d'une phrase peut nous avoir échappé. Si vous trouvez une faute ou une phrase mal construite, n'hésitez pas à nous le signaler par e-mail.


Dark-Hunter #10,25 - A Hard Day's Night-Searcher


 

 
  "N'est-ce pas génial ?" Rafael Santiago n'était pas un homme religieux, dans aucun sens du terme, mais alors qu'il lisait la nouvelle que Jeff Brinks avait publiée dans le magazine SF, il ressentit un profond besoin de se signer…
   Ou à tout le moins, frapper l'étudiant sur le dessus de la tête jusqu'à ce qu'il perde connaissance.
   Gardant soigneusement son expression la plus vide, Rafael ferma lentement le magazine et rencontra le regard avide de son Écuyer. À vingt-trois ans, Jeff était grand et mince, avec des cheveux bruns foncés et des yeux bruns. Il n'était l'Écuyer de Rafael que depuis quelques mois, depuis que le père de Jeff avait pris sa retraite. Jeune homme enthousiaste, Jeff était assez doué pour se souvenir de payer ses factures à temps, de diriger les affaires de Rafael et d'aider à protéger son statut d'immortel des humains inconscients. Mais la seule chose que Jeff voulait plus que toute autre chose était de publier l'une de ses histoires qu'il n'arrêtait pas d'écrire.
   Maintenant, il l'avait fait…
   Rafael essaya de se souvenir d'une époque où lui aussi avait rêvé de grandeur. Une époque où il avait été humain et avait voulu laisser sa marque dans le monde.
   Et tout comme lui, les rêves de Jeff étaient sur le point de faire tuer le garçon.
   "Tu as montré ça à quelqu'un d'autre ?
   Bon sang, mais Jeff rappelait à Rafael un chiot cocker qui voulait que quelqu'un lui caresse la tête même s'il venait de pisser sans le savoir sur les meilleures chaussures de son propriétaire.
    "Pas encore pourquoi ?
   -Oh, je ne sais pas," dit Rafael en allongeant les mots et en essayant d'atténuer une partie du sarcasme dans sa voix.
   "Je pense que la série Night-Searcher que tu commences pourrait être une très mauvaise idée.
   Le visage de Jeff s’affaissa instantanément.
   "Tu n'as pas aimé l'histoire ?
   -Ce n’est pas vraiment une question d'aimer ça. C’est plus une question de te faire botter le cul pour avoir révélé nos secrets.
   Jeff fronça les sourcils, et vu son air déconcerté, il était évident que le garçon n'avait aucune idée de ce dont parlait Rafael.
   "Qu'est-ce que tu veux dire ?
   Cette fois, il n'y avait aucun moyen pour qu’il puisse garder le venin hors de sa voix.
  "Je sais qu'ils disent d'écrire sur ce que tu sais, mais bon sang, Jeff... Ralph St. James ? Night-Searcher ? Tu as écrit toute la légende des vampires Dark-Hunter/Apollite, et je t’en veux vraiment pour avoir fait de moi un clone de Taye Diggs. Je n’ai rien contre cet homme, mais à part la tête chauve occasionnelle, la couleur de notre peau et un clou en diamant dans l'oreille gauche, nous n'avons rien en commun.
   Jeff prit le magazine des mains de Raphaël, retourna à son histoire et parcourut quelques lignes.
   "Je ne comprends pas de quoi tu parles, Rafael. Il ne s'agit pas de toi ou des Dark-Hunter. La seule chose qu'ils ont en commun est que les Night-Searcher traquent les vampires maudits comme le font les Dark-Hunters . C'est tout.
   Hun-hun. Rafael regarda à nouveau l'histoire, et même avec le magazine à l'envers, ses yeux tombèrent directement sur la scène.
   "Qu'en est-il de ceci, où le Dark-Hunter sosie de Taye Diggs affronte un Daimon qui vient de voler une âme humaine pour allonger sa vie ?
   Jeff émit un son de dégoût.
   "C'est un Night-Searcher qui a trouvé un vampire à tuer. Ça n'a rien à voir avec les Dark-Hunters.
   Oui en effet. "Un vampire qui vient juste de voler des âmes humaines pour allonger sa vie par opposition à la variété hollywoodienne normale où ils vivent pour toujours de sang ?
   -Eh bien, ce n'est qu'un cliché. C'est tellement mieux d'avoir des vampires qui ont une vie très courte et qui sont ensuite contraints, contre leur gré, et par une haine suscitée par l'envie, de s'en prendre à la race humaine. C'est tellement plus intéressant… tu ne penses pas ?
   Pas vraiment. D'autant plus qu'il faisait partie des personnes prises dans cette bataille.
   "C'est aussi la réalité dans laquelle nous vivons, Jeff. Ce que tu viens de décrire est un Daimon, pas un vampire.
   -Eh bien, j'ai peut-être emprunté un peu aux Daimons, mais le reste est de moi. 
   Rafael passa à la page suivante.
   "Voyons. Qu'en est-il de la race maudite Tyber qui a énervé le dieu nordique Odin et qui est maintenant condamné à ne vivre que vingt-sept ans à moins qu'ils ne deviennent des vampires et volent des âmes humaines. Remplaces 'Apollite' par 'Tyber' et 'Apollon' pour 'Odin' et encore une fois tu as l'histoire de la race Apollite qui a viré Daimon.
   Soupirant, Jeff croisa les bras sur sa poitrine. Il secoua la tête en signe de déni.
   "Et qu'en est-il de cette partie ici où les Night-Searchers vendent leurs âmes à la déesse nordique Freya, qui est une dynamique femme fatale rousse vêtue de blanc, pour se venger de celui qui les a fait mourir ?
   -Personne ne va comprendre qu'Artémis est Freya.
   Rafael lui grogna dessus.
  "Pour mémoire, contrairement à Artémis, Freya se trouve être une blonde vénitienne. Mais tu as raison sur un point. Elle est magnifique et très séduisante. C'est vraiment difficile de lui dire non.
   -Oh." Renforçant son air renfrogné, Jeff leva les yeux. "Comment sais-tu tout ça ?
   Rafael se tut en se souvenant de la nuit où il avait rencontré la déesse nordique et où elle l'avait bien tenté. Ça avait définitivement été une journée d'enfer… "Freya est la déesse qui sélectionne les guerriers pour le Valhalla. Ou dans mon cas, elle voulait m'emmener avec elle dans sa propre salle et m'ajouter à son harem."
   Jeff resta bouche bée.
   "Et tu as choisi de te battre pour Artémis à la place, quel genre d’idiot es-tu ?
   Il y avait des moments où cet enfant pouvait être étrangement astucieux.
   "Ouais, eh bien, rétrospectivement, c'était une mauvaise affaire de ma part. Mais à l'époque où Artémis m'offrait de se venger de mes ennemis, ça semblait tellement plus attrayant que d'être l'amant esclave de Freya… ce qui nous fait revenir à Freya étant Artémis dans ton histoire.
   -Mais tu viens de dire qu'elle n'est pas Artémis et qu'elle court après les guerriers aussi. Donc ça pourrait arriver. Elle pourrait faire un marché comme celui dont j'ai parlé dans mon histoire.
   Et les glaçons pourraient émerger sur le soleil. Freya rassemblait des guerriers, elle ne les renvoyait pas dans le monde des mortels pour combattre les Daimons/vampires. Artémis faisait ça. Mais ne voulant plus discuter là-dessus alors qu'il était évident que Jeff ne l'avait pas vu, Rafael passa à la similitude suivante.
   "Et qu'en est-il de ça ? Ralph – mon Dieu, mon garçon, ne pourrais-tu pas trouver quelque chose de mieux qu'un aspect physique pour me nommer *  ? – était un pirate des Caraïbes, fils d'une esclave éthiopienne et d'un marchand brésilien… Il baissa les yeux pour lire la description : « Haut de deux mètres, Ralph était du genre à intimider quiconque le voyait. Avec son crâne rasé tatoué de symboles tribaux africains que lui donnaient l’air d’un chaman qu'il avait rencontré au cours de ses voyages, il marchait sur la terre comme s'il la possédait. De plus, les tatouages ​​noirs se confondaient parfois avec sa chair brun foncé, ce qui les rendait indiscernables l'un de l'autre comme s'il portait une sorte de peau extraterrestre."
   Incapable de lire un autre mot de la description qui était si étrangement proche de lui que cela lui donnait envie d'étouffer son Écuyer, Rafael laissa échapper un souffle dégoûté.
   "Bien que je sois à la fois flatté et très offensé, je peux t’assurer que ça ne te fera pas gagner une nomination pour le prix Hugo ou Nebula.
   Jeff retira à nouveau le magazine de ses mains d'une manière autoritaire.
  "Je ne suis pas d'accord avec. C'est une belle histoire. Tu n’as pas exactement ces tatouages ​​non plus, n'est-ce pas ? 
   L'œil droit de Rafael commença à trembler, son cas s’aggravait.
  "J'ai un tatouage de parchemin complexe tatoué le long de mon cou jusqu'à la base de mon crâne et comme Ralph" - il grogna le mot - "J’en ai sur les deux bras. Ils sont assez proches de ce que tu décris. Peu importe comment tu dis déguiser ces conneries banales, c'est ma vie, Jeff. Écrit d'une manière maladroite. Ce sont des choses que je ne voulais pas voir en noir et blanc. Tu as de la chance après trois cents ans que je me sois adouci. À l'époque où j'étais humain, je t'aurais tranché la gorge, tiré ta langue par cette ouverture et laissé attaché à un arbre pour que les loups te mange.
   -Berk !
   -Oui, dit-il en faisant un pas vers l'adolescent beaucoup trop grand, et efficace. Crois-moi, personne ne m'a trahi deux fois.
   -Et le gars qui t'a tué ?
   Les yeux de Rafael s'embrasèrent alors qu'il combattait son envie de tuer le garçon. C'était une sacrée bonne chose qu'il aime le père de Jeff et que cet homme l'avait bien servi pendant plus de vingt ans. Sinon, Jeff serait victime d’un "accident" dans à peu près... Oh maintenant.
   Prenant une profonde inspiration, Rafael demanda d'un ton qui démentait sa colère :
   "Je n'ai qu'une dernière question. Quelle est le nombre d’impression de ce torchon ?
   Jeff haussa les épaules.
   "Je ne sais pas. Environ cent cinquante mille dans le monde, je pense.
   -Tu es mort.
   -Oh, allez," dit Jeff en écartant le danger très réel auquel il était confronté.Tu réagis de manière excessive. Personne ne s'en souciera. Le meilleur endroit pour se cacher est à l'air libre. Tu n’as jamais entendu ça ? Sors de l'âge des ténèbres, Rafe. Partout où tu regardes, il y a des vampires et toute une contre-culture qui leur est dédiée. Ouvres la bouche devant une femme, montres-lui tes crocs et elle te priera de la mordre. Crois-moi. J'ai une fausse paire que je porte pour les fêtes et que j'utilise fréquemment. De nos jours, être mort-vivant ne te fait pas tuer. Ça permet juste de s'envoyer en l'air plus facilement.
   Rafaël secoua la tête.
   "Cet argument a atteint un tout nouveau niveau plus lamentable.
   -S'il te plaît, épargnes-moi ça, vieux sage. Il y a une toute nouvelle école de pensée qui circule sur la meilleure façon de vous protéger et de vous cacher les gars. Si nous commençons à parler aux gens des Dark-Hunters, mais qu’on leur fait penser que c'est une série de livres ou quelque chose comme de l’urban fantasy, quand ils rencontreront l'un d'entre vous, ils penseront simplement que vous êtes soit des acteurs, soit des joueurs de jeu de rôle. Ou au pire, ils penseront que vous êtes fou, mais ils ne croiront jamais que vous êtes réels.
   Il envisageait sérieusement de faire passer un tomodensitogramme à Jeff pour s'assurer que le gamin avait toujours un cerveau.
   « Qui est ce Einstein qui l’a inventé ? 
   -Eh bien... à l'origine c'était Nick Gautier.
   -Et le pauvre homme est maintenant mort. Ne devrais-tu pas suivre les idées de quelqu'un d'autre ?
   -Non. C'est parfaitement logique. Sors du sous-sol, Rafe, et restes avec la nouvelle génération. Nous connaissons le 911.
   Rafael renifla.
   "C'est le 411, Jeff, et tu n'y connais rien. Mais tu vas avoir besoin du 911 une fois que le Conseil l'aura appris.
   -Ça va aller, crois-moi. Nick et moi ne sommes pas les seuls à avoir penser à ça ces jours-ci.
   Ces mots n'avaient pas plus tôt quitté sa bouche que le téléphone portable de Rafael se mit à sonner. Il vérifia l’identité pour voir indiqué "Ephani". Ancienne Amazone qui avait vécue il y a près de trois mille ans, elle avait définitivement un goût acquis. Mais même ainsi, il l'aimait beaucoup. Tirant le téléphone de sa ceinture, il répondit.
   "Quoi de neuf, Amazone ? demanda-t-il en s'éloignant de Jeff tandis que son Écuyer continuait d'admirer son histoire dans le magazine.
   L'enfant n'avait aucun sens de l'auto-conservation.
   -Hé, Rafe. Je-euh... Je ne sais pas comment te l'annoncer, mais sais-tu ce que ton Écuyer a fait ces derniers temps ?
   Décidant de la jouer cool, Rafael jeta un regard noir à Jeff.
   "Écrire le grand roman américain, quoi d'autre ?
   -Hum-hum. As-tu déjà lu un de ces romans sur lesquels il travaille ? 
   -Pas avant aujourd'hui. Pourquoi ?
   Elle laissa échapper un long soupir.
   "Je suppose que tu as un exemplaire du magazine Escape Velocity avec son histoire dedans, hein ?
   -Je l’ai.
   -Bien, alors ça ne te choquera pas de savoir que mon Écuyère vient de partir et qu'elle se rend chez toi pour discuter avec Jeff. Si j'étais toi…
   -N'en dis pas plus. Il quitte le pays au moment même où nous parlons. Merci pour l'appel, Eph.
   -Pas de problème, amigo."
   Raccrochant le téléphone, il plissa les yeux sur Jeff.
   "C'était Ephani qui m'avertissait que tu étais à environ vingt minutes de la mort.
   Le visage de Jeff devint blanc comme de la pierre.
   "Quoi ?
   Il acquiesça.
   "Son Écuyère, Celena, Mme Blood Rite, je-tue-tout-ce-qui-brise-la-formation, est en route pour te parler. Comme Celena n'est pas vraiment une grande adepte de la conversation, je pense que c'est un euphémisme pour "te botter le cul".
   Rafael s'arrêta alors que ces mots évoquaient une foutue image dans son esprit : Celena lui bottait le cul dans cette paire de bottines à talons aiguilles qu'elle portait souvent. Et dans son esprit, elle ne portait rien d'autre qu'un string… Oui… c'était quelque chose qui ne le dérangerait certainement pas.
   Originaire de Trinidad, Celena avait le teint moka le plus parfait qu'il ait jamais vu. C'était si doux et alléchant que ça suppliait un homme de le goûter.
   Et ses lèvres…
   Angelina Jolie n'avait rien à lui envier. Elle se déplaçait lentement et avec séduction comme un chat et il avait passé plus que sa juste part de temps à vouloir qu'elle frotte son corps mince et sinueux contre le sien.
   Mais malheureusement, elle était une Écuyère et il était un Dark-Hunter. Selon les règles de leur monde, elle lui était interdite, et bien que Rafael se fichât de la plupart des règles, Celena vivait pour eux.
   Selon son avis c'était un crime contre nature qu'une femme aussi bien ne puisse pas être corrompue.
   "Qu’est-ce que je fais ?" Demanda Jeff.
   -Eh bien, ce n’est pas pour insulter un homme qui s'apparenterait à un génie par rapport à toi, mais... cours, Forrest, cours !
   -Mais je n'ai rien fait de mal. C'est une nouvelle ère où…
   -Veux-tu vraiment discuter de ce point pendant que quelqu'un, qui n'est qu'à quelques minutes de là, fonce jusqu’ici probablement pour te tuer ?
   Jeff s'arrêta le temps d'un seul battement de cœur avant que le bon sens ne s'empare finalement de lui.
   "Où je dois me cacher ? 
   S'il n'y avait pas eu le fait qu'en tant que Dark-Hunter, Rafael était insensible à la maladie, il aurait juré qu'une migraine commençait juste derrière son œil gauche.   
   "Vas au sous-sol et caches-toi là-bas. Ne jettes pas un coup d'œil et ne pars pas avant que je te dise que c'est sûr.
   Jeff hocha la tête avant de courir vers la porte. Deux secondes plus tard, il était de retour. Rafael le regarda avec un froncement de sourcils alors qu'il cherchait dans la pièce jusqu'à ce qu'il trouve la batte de baseball qu'il avait utilisée hier dans les cages de frappe. Il la ramassa et la serra contre sa poitrine avant de se diriger vers le sous-sol.
   "Qu’est-ce que tu fais ?" demanda Rafael.
   "Protection.
   Oui en effet. Celena était hautement entraînée et mortelle. Un coup avec la batte ne ferait que l'énerver un instant avant qu'elle ne l'arrache des mains de Jeff et le frappe avec, mais loin de lui l'idée de le dire à Gomer.
   "Caches-toi bien," dit Rafael en exagérant sa voix.
   Jeff hocha de nouveau la tête avant de se précipiter vers la chambre et le salon de Rafael.
   Pressant sa main contre son front où la douleur imaginaire semblait se situer, Rafael jeta un coup d'œil dans le salon de sa maison victorienne pour s'assurer que Jeff n'avait rien laissé traîner, comme ses sous-vêtements. Le garçon était un bon Écuyer en ce sens qu'il gardait l'impression que quelqu'un vivait dans la maison en permanence, mais était sérieusement nul en ce qui concernait l'entretien ménager en général.
   Au moins pour une fois, l'endroit était convenable. À l'exception de la Xbox que Jeff avait laissée près de la télévision à écran plasma devant le canapé en cuir. Rafael venait d'éteindre le jeu et de le ranger quand il entendit un coup violent à sa porte d'entrée.
   Rafael ajusta sa chemise avant de se précipiter pour y répondre. Il pouvait déjà voir la silhouette sinueuse de Celena à travers le glaçage sur le verre. La lumière du porche mettait en valeur ses cheveux brun qu'elle portait tirés en arrière de son visage pour former au-dessus de sa tête une queue de cheval composée de petites tresses.
   Ses lèvres étaient parfaites et soulignées de rouge à lèvres brillant rouge foncé. Elle avait des yeux félins en forme d'amande et un joli grain de beauté juste au-dessus de l'arc gauche de ces lèvres.
   Merde, c'était la plus belle femme qu'il ait jamais vue. En ouvrant la porte, il lui adressa le sourire le plus sexy possible.
   "Salut, Celena.
   Mais elle était là pour une toute affaire. Ses yeux marron foncé ne regardaient même pas dans sa direction. Elle passa devant lui, regardant dans la maison.
   -Où est Jeff ? 
   -Je ne sais pas.
   Cela réussit finalement à l'amener à le regarder, mais ensuite elle détourna rapidement les yeux et continua à fouiller la maison du regard.
   -Que veux-tu dire par, tu ne sais pas ? Après la tombée de la nuit, un Dark-Hunter est toujours censé savoir où se trouve son Écuyer.
   -Oh, allez," taquina-t-il. "Tu ne dis pas vraiment à Ephani chaque endroit où tu vas après la tombée de la nuit, n'est-ce pas ?
   -Bien sur que oui.
   Elle essaya de le dépasser, mais il lui bloqua rapidement le chemin et la garda dehors sur le porche.
   -Alors, qu'est-ce que tu veux à Jeff ? demanda-t-il d'un ton nonchalant.
   -C'est l'affaire des Écuyers.
   -Vraiment ? Je pensais que tout ce qui concernait l’Écuyer d’un Chasseur concernait également le Chasseur, puisqu'il est mon partenaire, dans un sens purement platonique. 
   Les bords de ses lèvres se contractèrent comme si elle trouvait quelque chose de drôle dans ses paroles.
   Il ne pouvait pas l'expliquer, mais il voulait vraiment voir un sourire éclatant de cette femme.
   "Quoi ?
   Un coin de sa bouche se souleva en un sourire attrayant, mais ce n'était toujours pas le sourire qu'il voulait voir chez elle. Le genre qui illuminerait ses yeux et la ferait rire.
   "Je pensais justement au Rhum, à la Sodomie et au Fouet… le credo du pirate.
   Il en rit alors qu'il aurait dû être offensé.
   "Jeff est trop poilu à mon goût. Je préfère de loin la peau lisse d'une femme... la douceur d'un corps féminin. Je n'ai jamais été du genre à câliner un porc-épic.

   Celena déglutit au ton séduisant de la voix grave de Rafael. Ce son lui avait toujours rappelé James Earl Jones, sauf que celui de Rafael était marqué par un fort accent brésilien. Du genre a lui envoyé un frisson dans le dos.
   Elle savait qu'elle n'avait même pas à le regarder avec quoique ce soit de semblable à de la luxure, et pourtant l'homme mettait le feu à ses hormones. Surtout ce méchant parfum de puissance masculine teinté d'après-rasage Brut. C'était une combinaison mortelle.
   Sans parler du fait qu'il portait un pull noir moulant à col en V qui ne faisait que souligner à quel point il était parfaitement formé. Il s'accrochait à chaque creux et renflement des muscles de son corps. Comment une femme était-elle censée garder l'esprit clair quand un homme comme celui-ci était devant elle ?
   S'éclaircissant la gorge, elle se força à revenir à ses affaires.
   "Où est-il ?
   Une lueur diabolique la narguait du fond de ses yeux de minuit.
   -Dis-moi ce que tu veux de lui et je te dirai peut-être où il est.
   Réduisant son regard, elle eut du mal à maintenir sa colère outrée alors qu'il la regardait avec cet air enjoué. Et ça l'agaçait sérieusement.   
   -Je suis ici pour le mettre en détention et le livrer au Conseil.
   -Eh bien, ça craint." Même si son ton était sincère, elle pouvait dire qu'il se moquait du Conseil et de leurs ordres. "Vol de banque, distribution des mots de passe pour le site Web Dark-Hunter, détournement de voiture, agression, mélange de chats avec des chiens, et maintenant… écriture d'une nouvelle. Tous des crimes graves. Tu obtiens la corde et nous le pendrons, Dieu n’en plaise aux douze abonnés de ce magazine de lire une histoire fictive et de la croire réelle.
   Elle le dévisagea. Comment osai-t-il se moquer de ça.
   -Il a un lectorat important.
   -Et Jeff a utilisé un pseudonyme non seulement pour nous, mais aussi pour lui-même. Comme le dit le gamin, quel meilleur endroit pour se cacher que sous le nez des gens ?" Même en disant ça, il ne pouvait pas croire qu'il soutenait l'histoire de Jeff. Mais c'était ce que les amis devraient faire l'un pour l'autre. "Il n'y a pas de quoi s'inquiéter.
   -Rien ?" Elle était consternée par son ton léger. Comment pouvait-il balayer ça comme si ce n'était rien de plus qu'un simple coup de poing qui les dérangeait ? "Il nous a exposés.
   -Non, Talon filmé au milieu d'une crise à la Nouvelle-Orléans nous a exposés. Zarek filmé nous a exposés. C'est mineur. Je veux dire, putain, Acheron a pu couvrir tous les autres avec peu d'incidence. Ça devrait aussi passer.
   Peu probable.
   "C'est complètement différent.
   -Je suis d'accord. Jeff est mortel et il ne lui reste que quelques années, alors que Talon et Zarek ont ​​une éternité pour continuer à être stupides. Ne raccourcissons pas la vie du gamin plus que nous ne le devons, n'est-ce pas ?
   Il marquait un point, mais elle détestait l'admettre. D'ailleurs, cela n'avait pas d'importance. Elle était là pour faire son travail. Rafael ne la contrôlait pas. Elle était représentante du Conseil.
   "Ce qui lui arrive n'est pas ma décision. C'est celle du Conseil. Je suis simplement là pour le récupérer.
   -C'est juste un enfant.
   -Il n'a que deux ans de moins que moi et il est certainement assez vieux pour savoir se taire.
   -N’as-tu jamais fait quelque chose que tu savais ne pas devoir faire et que tu as ensuite regrettée ?
   Elle n'hésita pas avec sa réponse.
   "Non.
   -Non ?" demanda-t-il incrédule. Tu n’as jamais enfreint une règle, menti pour quoique ce soit ? 
   -Une seule fois au collège quand ma sœur est rentrée tard, parce que je ne voulais pas lui causer d'ennuis. Puis une semaine plus tard, elle a recommencé et s'est blessée dans un accident de voiture alors qu'elle essayait de rentrer à la maison avant l'aube, ce qui m'a appris la valeur du mensonge pour aider quelqu'un. Depuis, je n'en ai jamais parlé à personne et je n'ai pas l'intention de commencer maintenant. Je suis intègre.
   -Wow. Tu as une vie ennuyeuse.
   -Je conteste ça.
   Ces yeux noirs la taquinaient et la tourmentaient avec un mélange d'amusement et de pitié.
   "Tu contestes tout ce que tu veux, mais c'est vrai. Comment as-tu réussi à vivre une vie aussi parfaite ?
   Et qu'elle en veuille encore plus.
   "Ce n'est pas parfait. Il y a des moments de..." Elle s'arrêta alors qu'elle réalisait ce qu'elle avait presque laissé échapper. Il y avait des moments où elle détestait vraiment à quel point elle était coincée. Mais chaque fois qu'elle avait essayé de faire quelque chose qui était même un peu amusant ou même le moins du monde malhonnête, elle l'avait payé de la pire des manières.
   Comme la fois où, au lycée, sa sœur l'avait convaincue de séché l'école. Ils n'avaient pas quitté la rue que sa sœur s'était enfoncée dans le flanc d'une Mercedes. Ou la seule fois où Celena avait doublé un homme dans la circulation pour avoir immédiatement une crevaison.
   Elle avait un mauvais karma, ce qui la maintenait perpétuellement sur le devant de la scène. Si elle avait été Jeff, au moment où ils avaient publié cette histoire, elle serait probablement morte d'un empoisonnement à l'encre ou de quelque chose d'aussi bizarre.
   Mais il ne s'agissait pas d'elle. Il s'agissait d'un homme qui avait rompu son serment d'Écuyer, et il avait besoin d'être réprimandé.

 

   Rafael inclina la tête en attendant qu'elle finisse sa phrase. Elle pensait à quelque chose, et d'après l'obscurité de ses yeux et le sillon de son front, il pouvait dire que c'était douloureux pour elle.
   "De ?
   Son expression devint vide.
   "Rien.
   Rafael lui fit son plus beau sourire alors qu'il envisageait un moyen de sauver Jeff et de s’offrir la seule chose qu'il désirait le plus… plus de temps avec une femme qui le tentait.
   -Allez, Celena. Apprends à vivre un peu.
   -J'ai des règles à suivre et un travail à faire. Tu peux sûrement le comprendre.
   -Mais tu ne veux pas te libérer et t'amuser une seule fois dans ta vie ?
   Elle ne répondit pas, mais à l'expression de son visage, il pouvait dire qu'il s'en prenait à elle.
   -Écoute, dit-il en essayant de la faire fléchir encore plus, passons un marché. Donnes-moi une semaine et si je ne peux pas te faire enfreindre une seul d’Écuyer, je livrerai Jeff et te laisserai le pendre…  Bon sang, j'achèterai même la corde. Mais si je te fais enfreindre une règle… une petite règle minuscule, tu le laisseras partir.
   Elle secoua la tête.
   -Ça ne marchera jamais. Le Conseil n'attendra pas une semaine.
   -Bien sûr qu'ils le feront. Dis-leur que tu ne peux pas le trouver et que tu le cherches.
   Son visage se durcit.
   "Je ne peux pas faire ça. C'est un mensonge.
   Elle était coriace. Il n'avait jamais rencontré quelqu'un ayant autant de détermination à faire la bonne chose auparavant. Mais là encore, il avait été un pirate dans sa vie de mortel et une fibre morale élevée n'était pas exactement quelque chose qu’ils avaient à pléthore. En fait, ceux qui possédaient cette folie se retrouvaient généralement tués assez rapidement.
   Cela faisait partie de ce qu'il trouvait si fascinant chez elle. Comment quelqu'un pouvait-il vivre sa vie comme elle le faisait ? Il ne le comprenait pas, et une partie étrange de lui le voulait.
   C'était la même partie qui voulait en savoir plus sur cette femme à part le fait qu'elle avait l'air comestible dans ce jean noir et ce haut court.
   "Tu sais, dit-il en plaisantant, ce n'est pas un mensonge. Tu ne sais vraiment pas où il est, et je peux m'assurer qu'il te fuit pour l'éternité.
   Elle laissa échapper un souffle fatigué comme si elle était soudain épuisée de le combattre.
   "Pourquoi fais-tu ça ?
   Pour une fois, Rafael était honnête.
   "Parce qu'aussi stupide qu'il soit, Jeff est un de mes amis, et je ne vais pas le laisser en plan.
   Celena devait admirer ça. De nombreux Dark-Hunters se moquaient bien de ce qui arrivait à leurs Écuyers. Pour eux, un Écuyer était un serviteur pur et simple.
   -Allez, Celena." Il lui fit un clin d'œil. "C'est la seule chance que tu as de l'avoir.
   -Et si je n'enfreins pas une règle en une semaine ?
   -Je te le livre.
   Elle pencha la tête en pensant à ça. Rafael n'était pas exactement connu pour tenir parole.
   "Tu jures ?
   -Tous les jours.
   Elle siffla d’exaspération.
   "Ce n'est pas ce que je veux dire et tu le sais.
   Pour la première fois, son beau visage devint totalement sérieux.
   -Sur ma parole en tant que pirate mort en défendant son équipage, absolument.
   Il le dit avec une telle conviction qu'elle se surprit à le croire. En plus, il avait raison. S'il voulait cacher Jeff, ils ne pouvaient pas faire grand-chose pour le récupérer. Et les connaissant tous les deux, Jeff et Rafael le feraient juste sous leurs nez.
   -D'accord. Je vais te faire confiance. Dans sept jours, je serai de retour pour le récupérer. Amènes-le ici et attends.
   Elle se tourna pour partir seulement pour trouver la main de Rafael sur son bras, l'arrêtant.
   -Wow, attends une seconde, mon amour. Tu ne penses pas que ce soit si facile, n'est-ce pas ? 
   -Qu'est-ce que tu veux dire ?
   Cette lueur diabolique revint dans ses yeux de minuit.
   "Il ne peut y avoir de foi sans aucun doute. Aucune force sans tentation. Pour que ce marché soit valable, tu dois être ici pour que je puisse surveiller moi-même ton comportement.
   Elle se raidit face à ce que ça impliquait.
   "Ma parole est d'or.
   -Et généralement la mienne est de la pyrite. Pour le moment, cependant, pour voir ça, je veux que tu sois ici pour me servir. Ce n'est que justice de toute façon, puisque tu es la raison pour laquelle je suis privé du service de Jeff.
   -Qui s'occupera d'Ephani ?
   -Appelle un remplaçant. C'est ce que tu aurais dû faire pour pouvoir le trouver de toute façon, non ? 
   Celena commençait à détester cet homme.
   "Tu ne peux pas être sérieux.
   -Très sérieux. Est-ce que c'est un accord, ou pas ? Réfléchis vite avant que je modifie à nouveau les termes.
   Et il le ferait probablement aussi, juste pour l'ennuyer.
   "Très bien, c'est un accord."
   Et pourtant, alors même qu'elle prononçait ces mots, elle avait le soupçon furtif qu'elle venait de céder son âme au diable.

 


Note de traduction :
- * "Ralf" - Terme d'argot désignant la meilleure personne que vous puissiez rencontrer, c'est une personne gentille, loyale, très belle, avec un bon sens de l'humour avec le plus beau des sourire.


Texte original © Sherrilyn Kenyon
Traduction © Dark-Hunter Francophone

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir