AVERTISSEMENT :
L’extrait suivant comme l’ensemble de ceux présents sur ce site internet, a été traduit par l’équipe de Dark-Hunter Francophone d’après le strict respect du texte original. 
Toutefois nous ne sommes pas traductrices professionnelles, le sens d'une phrase peut nous avoir échappé. Si vous trouvez une faute ou une phrase mal construite, n'hésitez pas à nous le signaler par e-mail.


Dark-Hunter #11,5 - Fear the Darkness


 

 
   [...]
   "Comme c'était le matin, les grilles en fer forgé étaient ouvertes et enchaînées. En tant que Daimon et Dark-Hunter, Nick n'aurait pas dû être autorisé à marcher à la lumière du jour, mais une puissance supérieure lui avait épargné cette malédiction. Comme Ash, il pouvait marcher à la lumière du jour, et contrairement aux autres Dark-Hunters, il pouvait marcher dans un cimetière et ne pas être possédé par les âmes errantes qui y étaient piégées.
   Sans s'arrêter, il se dirigea vers le mausolée de la famille Gautier. Alors qu'il passait devant les tombes surélevées qui faisaient que les cimetières de la Nouvelle-Orléans étaient appelés les villes des morts, il nota combien nombre d'entre elles portaient encore des traces de dommages causés par l'ouragan. Même la tombe de Marie Laveau n'était plus aussi colorée qu'avant. Beaucoup de tombes manquaient de noms et de pierres.
   La peur s'insinua en lui face à ce qu'il trouverait et ce qui l'attendait sur le lieu de repos de sa mère. Mais alors qu'il tournait le coin vers la tombe de sa mère, il se figea.
   Menyara Chartier, une petite femme afro-américaine frêle était assise devant la tombe, parlant à voix basse à sa mère pendant qu'elle arrangeait des bouquets de lys blancs. La grande prêtresse vaudou fit une pause au milieu de sa phrase et tourna la tête comme si elle savait qui serait là.
   "Ni… elle fronça les sourcils, se retenant de dire le reste de son nom.
   -Tante Mennie , dit-il, sa voix s'accrochant alors qu'il réduisait la distance entre eux. Elle avait été la locataire de la chambre à côté de la leur où il avait grandi et elle était la femme qui l'avait accouché puisque sa mère n'avait pas pu se permettre un séjour à l'hôpital. Menyara avait été la personne la plus proche d’une famille que lui et Cherise connaissaient.
   -Tu es encore là.
   Elle se leva lentement. Avec son mètre cinquante sept, elle n'aurait pas dû être intimidante pour quelqu'un de plus de cinq ans et pourtant il y avait quelque chose de si puissant en elle qu'il n'avait jamais manqué de se réprimer. Sans réfléchir, il la prit dans ses bras et la serra contre lui.
   -Je savais que tu reviendrais, souffla-t-elle avant de l'embrasser sur sa joue marquée. "Ta mère, elle m'a dit de veiller sur toi.
   Pour quelqu'un d'autre, ce commentaire aurait pu sembler étrange. Mais Menyara était une clairvoyante douée. Elle savait des choses que personne d'autre ne savait.
   -Je n'ai pas tué ma mère,  déclara t-il en la reposant. C'était la sale rumeur qui circulait.
   Elle lui tapota le bras.
   -Je sais, Ambrosius. Je sais." Elle se retourna et montra le tombeau. "Chaque jour, je suis venu pour faire savoir à Cherise qu'elle n'était pas seule.
   Il regarda les tas de fleurs qui étaient disposés autour de la tombe et vit où un petit groupe de roses noires s'épanouissait dans une minuscule parcelle de terre.
   -Tu lui apportes des fleurs ? 
   -Non. Je n'arrange que celles que l'homme aux cheveux noirs envoie.
   Nick fronça les sourcils.
   -L’homme aux cheveux noirs ? 
   -Ton ami. Acheron. Chaque fois qu'il est en ville, il vient et il la visite aussi. Et chaque jour, sans faute, il envoie des fleurs pour que ta mère les voie.
   Son sang se glaça.
   -Ce n'est pas mon ami, Menyara.
   -Tu n'es peut-être pas son ami, Ambrosius, mais il est le tien.
   Oui en effet. Les amis ne baisaient pas les leurs comme Nick avait été baisé par Ash.
   -Tu ne le connais pas. Tu ne sais pas de quoi il est capable.
   Elle secoua la tête vers lui.
   -Ah, mais je le sais. Encore mieux que toi, je pense. Je sais exactement qui et ce qu'il est. Je sais exactement ce qu'il peut faire. Et plus précisément, je sais ce qu'il ne peut pas faire. Ou ce qu'il n'ose pas faire.
   Ses traits s'adoucirent lorsqu'elle toucha sa marque, mais ne dit rien sur sa présence.
   -Toute ta vie, je t'ai regardé. Ta maman dit toujours que tu réagis sans réfléchir. Tu te glaces au fond de toi. Tu as un deuil trop grand. Mais un jour, Ambrosius, tu verras que toi et ton ami n'êtes pas si différents. Qu'il y a beaucoup de toi en lui.
   -Tu ne sais pas de quoi tu parles. Je ne quitte pas mes amis, et je ne leur fais pas de mal.
   Elle montra les fleurs d'un geste de la main.
   -Il n'est pas parti Il était là quand le diable a déchaîné sa colère contre nous. Acheron m'a sauvé la vie et celle de beaucoup d'autres. Il nous a apporté de la nourriture quand nous n'avions rien à manger et a empêché ta maison d'être brûlée. Ne le juges pas sur un seul mauvais acte alors qu'il en a fait tant de bons.
   Nick ne voulait pas pardonner à Ash. Pas après tout ce qui s'était passé, mais malgré sa colère, il sentit son cœur se serrer en sachant qu'Ash avait été ici, qu'il n'avait pas abandonné la ville.
   -Pourquoi m'appelles-tu Ambrosius ?
   -Parce que c'est ce que tu es maintenant. Immortel." Elle toucha la marque de morsure sur son cou. "Mon Nicky est parti. Enterrés par des émotions si grandes qu'elles se moquent des profondeurs de l'océan. Peux-tu me dire si mon garçon reviendra un jour à la maison ?
   Nick voulait la maudire. Il avait envie de crier, mais au bout du compte, il se sentait comme un enfant perdu qui n'avait besoin que du contact de sa mère. Un sanglot profond s'échappa, et avant qu'il ne puisse l'arrêter, il fit ce qu'il n'avait pas fait depuis la nuit où il avait trouvé sa mère morte.
    Il pleura.
   Tout ce qu'il voulait, c'était que la douleur implacable à l'intérieur de lui s'arrête. Il voulait avoir le temps de redevenir comme avant quand sa mère était en vie et qu'Ash était son ami.
   Mais comment le pourrait-il ? Tant de choses avaient changé…
[...]

 

 


Texte original © Sherrilyn Kenyon
Traduction © Dark-Hunter Francophone

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir