AVERTISSEMENT :
L’extrait suivant comme l’ensemble de ceux présents sur ce site internet, a été traduits par l’équipe de Dark-Hunter Francophone d’après le strict respect du texte original. 
Toutefois nous ne sommes pas traducteurs professionnels, le sens d'une phrase peut nous avoir échapper. Si vous trouvez une faute ou une phrase mal construite, n'hésitez pas à nous le signaler par e-mail.


Deadman's Cross #2 - Death Doesn't Bargain



ATTENTION !
L'extrait suivant contient des spoilers concernant le livre 1. Bien que les livres peuvent être lus indépendamment l'un de l'autre, si vous lisez cet extrait de
Death Doesn't Bargain, vous saurez la fin du livre précédent, Deadmen Walking.
Donc, si vous n'aimez pas du tout les SPOILERS, prenez-en note et évitez de lire cet extrait tant que vous n'avez pas lu le premier volume.


   Cameron Jack jura alors que le capitaine Bane était forcé de révéler ses pouvoirs devant les humains dans le pub. Quelque chose que Thorn leur avait strictement interdit de faire. Les Hellchasers et les Deadmen ne devaient jamais, en aucune circonstance, faire savoir à un mortel qu'ils avaient été ramenés à la vie, et ne devaient pas mettre leurs capacités surnaturelles être exposés au public.
   Peu importe les lois qui régissaient sa propre race de Necrodemians, ou de Hell-Hunters comme ils étaient plus communément connus. Le conseil de Sarim auquel elle et son frère répondait avait un code de conduite encore plus strict qu'ils devaient suivre.
   Le pire étant ... les Hell-Hunters ne pouvaient pas donner des coups en traître.
   Peu importe la raison.
   Ou mettre en danger une vie humaine, ou révéler leurs pouvoirs aux humains.
   Pourtant, si le capitaine n'avait pas utilisé le sien, Vine les aurait consumés avec son feu impie qu'elle lançait derrière les dagues qu'elle leur lançait avec une audacieuse précision.
   Mais en libérant son feu, le capitaine avait dévié le sien. Les humains couraient en criant, pour se mettre à couvert.
   Les plus avisés s’enfuirent vers la porte.
   C'était triste à dire, Cameron n'était pas si intelligente. Elle avait choisi de rester et de se battre, car s’était dans sa nature. C’était tout ce qu'elle avait jamais connu. Les combats courraient dans son sang celtique. Et deux fois plus profondément encore dans sa lignée Necrodemian. Alors elle dégaina son épée et se prépara à couvrir le dos du bon capitaine avec William tandis que d'autres alliés de Vine arrivaient pour eux.
   William sourit.
   "Ça me rend si heureux de m'être porté volontaire pour ça, hein ? J’aurais pu rester à bord du navire avec Bart, Kat, Simon, et les autres. Mais non. Il a fallu que je m’y colle pour mettre un pied ici. – Je surveille vos arrières, Capitaine, que j’ai dit. Oui, je suis un imbécile, et de manière certaine. La prochaine fois que je prendrai la parole, mademoiselle Jack, sentez-vous libre de venir m’en parler et de me sauver de mes démons.
   Riant de son ton hargneux qui démentait le fait qu'il était loyal jusqu’à l’os et ne voulait rien dire, elle para contre le premier démon venu contre elle et s’éloigna loin de la bête.
   "S'il y a une prochaine fois, M. Death. Pas si sûr que nous nous en sortions."
   Elle attrapa avec peine le démon suivant alors qu'il essayait de planter ses crocs dans son épaule. Heureusement, elle décapita la bête avant qu’il ne prenne son sang et ne la transforme en je ne sais quoi.
   Puis, donnant un coup de pied dans les têtes tombées au sol que le colporteur avait laissées derrière lui, elle les laissa enfoncer leurs crocs dans le connard, qui hurla fortement face à la douleur de leurs morsures.
   "Quelqu'un a-t-il une bonne idée sur la manière de survivre ?" Demanda-t-elle alors que le capitaine Bane continuait de se battre avec son ex-femme. Et s'ils s'étaient battus comme ça durant leur mariage, il était facile de comprendre comment leur mariage s'était terminé en meurtre.
   Plusieurs fois.
   William frappa son adversaire avec du feu. Le démon hurla puis éclata en flammes. Des cendres tombèrent sur eux et menacèrent d'incendier le pub.
   "Je vote pour que nous rejoignons un nouvel équipage. De préférence un équipage humain que l'enfer lui-même n'essaye pas de tuer à chaque fois. Cela devrait augmenter nos chances de survie de façon exponentielle."
   Elle renifla, sachant que Will était en train de jouer.
   "Oui, mais cela ne rachètera pas ton âme maintenant, n'est-ce pas ?"
   Et contrairement à elle et au capitaine, Will n'était pas libre de quitter l'équipage du Sea Witch. La marque du Deadman sur son poignet le liait étroitement à leur équipe enchantée et l'empêchait de chercher un nouvel équipage jusqu'à ce qu'il se soit libéré du marché passé avec Thorn. Non pas que cela ait eu de l'importance.
   Quand il s'agissait des Deadmen qui naviguaient à bord du Sea Witch, ils n'étaient pas près de les abandonner, quoi qu'il arrive. Contre vents et marées, et les démons à gogo, ils étaient une famille de fous unis.
   Du moins, c'était sa pensée jusqu'à ce que le démon devant elle éclate dans une puanteur si fétide qu'elle l'étouffe et la fasse suffoquer. Pouah ! Jamais elle n'avait senti quelque chose de si putride, et ce malgré les taudis où elle et son frère s'étaient réfugiés après qu’ils soient devenus orphelins, cela en disait long.
   -Vous disiez, mademoiselle Jack ?" La railla-t-il en posant son épée sur son épaule. Appuyant sa main sur son nez, il arborait un visage dont elle était certaine qu’il reflétait son propre dégoût de la puanteur. "Je ne vois vraiment pas beaucoup de différence entre ici et l'enfer ces derniers temps."
   Honnêtement ? Elle non plus.
   Et il devenait aussi de plus en plus difficile de ne pas parler en même temps des démons aux humains. Ce qui l’amenait à se poser des questions sur leur mission. Pourquoi prenaient-ils la peine de sauver un monde qui semblait s’acharner à se retourner pour devenir le visage même de ce dont ils essayaient de les sauver ?
   N'oublie pas, tu ne te bats pas pour le monde en ce moment…
   Vrai. En ce moment, elle se battait pour l'homme qui avait échangé sa vie pour la sienne. Et cet acte décent et altruiste méritait d'être récompensé par la bonté, pas par la trahison.
   Kalder méritait d'être secouru et non abandonné. Elle ne lui ferait pas ce que tout le monde lui avait fait.
   Je tiendrais ma parole, Kalder. Nous allons te retrouver.
   Si elle devait ouvrir une brèche dans l'enfer lui-même et se battre contre Lucifer pour ramener Kalder à la maison, elle le ferait.
   Cameron reprit son combat contre leurs ennemis pour qu'ils puissent rapidement décapiter les trois derniers démons avant qu'ils ne réclament une autre vie ou une autre âme humaine innocente.
   Ou même l’une de leurs qui n’était pas si innocentes.
   Ne laissant plus que Vine à maîtriser.
   Sa respiration déchirée, le démon aux cheveux Titien courba ses lèvres en leur faisant face. Vine était d’une grande beauté, Cameron lui concédait cela. Il était facile de voir pourquoi le capitaine avait été dupé pour l'épouser.
   Plus facile encore de voir comment il avait été assez aveuglé pour laisser tomber sa garde assez longtemps durant leur mariage pour qu’elle puisse le tuer.
   Mais Devyl Bane n'était plus sous son charme, et il n'était plus dupé par sa beauté ou ses enchantements.
   "Tu as toujours préféré ton petit animal de compagnie. Et Kalder paiera cher ton défi ici ce soir, Duel. Prenez acte de cela. Et je ferai en sorte qu'il sache à qui il le devra quand je le donnerais en pâture à Kadar."
   Puis elle disparut dans un dernier cri perçant.
   Le capitaine Bane jura alors qu'elle se retirait. "Reviens et fais moi face, sale putain sans valeur !
   C'était trop tard. Elle était partie.
   -Dois-je la suivre, capitaine ?
   Il lança un regard fatigué sur William et répondit d'un ton dégoulinant de total sarcasme.
   -Par tous les moyens, M. Death. Je te recommande d’être à la hauteur de la tâche. En route, mon gars. Il y a la porte. Files maintenant. Pas besoin de traîner.
   -Oh, je ne voulais pas dire seul. Je ne suis pas encore aussi stupide, monsieur.
   Rengainant son épée, il lança un regard noir à William.
   -Tu es un bâtard effronté ces temps-ci, M. Death. Si je ne te connaissais pas mieux, je penserais que nos ennemis Cimmériens t’ont déjà donné des crocs et t’ont converti pour leur armée.
   Cameron les ignora pendant qu'elle étudiait le sang sur le sol que les démons avaient laissé derrière eux. C'était en effet un étrange breuvage. Au lieu de tacher le bois comme le ferait la plupart des sangs, cela agissait un peu différemment. Comme si c'était une créature vivante essayant de bouger toute seule.
    En effet, il semblait défier la gravité et glisser comme un insecte. "Dites, capitaine ? Avez-vous déjà vu quelque chose comme ça ? "
  

   Il se déplaça pour se tenir près d'elle afin de mieux voir.
   Au début, elle pensait qu'elle imaginait des choses. Après certains des coups qu'elle avait pris pendant son combat, il ne serait pas improbable que sa vision soit compromise.
   Ou son esprit.
   Mais alors qu'il se baissait pour mieux examiner la matière visqueuse, elle sut que ce n'était pas le cas.
   La grimace sur son beau visage lui disait qu'elle avait vu exactement ce qu'elle pensait avoir vu.
   C'était assez mauvais. Le pire vint quand le bon capitaine porta un peu du sang à ses lèvres pour le goûter. Heurk !
   Cameron recula de dégoût et dut repousser son envie d'aller vomir.
   "Devrions-nous demander ?" William frissonna de manière flagrante. "Ou vous laisser seul pour votre festin, capitaine ?"
   Le capitaine lui lança un regard encore plus furieux. Se levant, il se lécha les doigts.
   "C'est la nuit la plus fétide, au service du plus mauvais groupe à affronter." Ses traits pâlirent lorsqu'il rencontra leurs regards un par un. "Nous devons retourner sur le bateau et avertir les autres. Ils viendront pour Mara et le reste de l'équipage.
   -Ils ?" Demanda Cameron.
   "Les plat-eyes que nous devons encore trouver. Et les âmes de ceux que Vine est en train de torturer."

   Son cœur s’effondra à ses mots. Les plat-eyes étaient des métamorphes vicieux qui prenaient le corps de leurs victimes et les utilisaient pour attaquer les autres. Machines à tuer absolues, sans âme, elles n'arrêteraient pas leurs mutilations insatiables tant que les corps de leurs victimes d'origine n'auraient pas été retrouvés et n'auraient pas été enterrés correctement. Ils se seront régalés de sang et d'âmes.
   Et tout comme le capitaine craignait pour sa femme qu’il venait d’épouser, Mara, Cameron craint pour leur compagnon disparu.
   "Qu'en est-il de Mr. Dupree ?
   -Aucune crainte là-dessus, Mlle Jack. Nous le ramènerons, je vous le promets. Tout comme je le lui ai promis.
   Sa gorge se contractant encore plus que son ventre, elle hocha la tête. Et elle pria pour qu'il ait raison. Que Kalder n'ait pas à passer une minute de plus en enfer que ce qui était absolument nécessaire.
   Parce que c'est entièrement de ma faute s'il est là-bas.
   Le pire était qu'elle savait exactement ce qu'ils faisaient à Kalder.
   Elle tressaillit involontairement au souvenir de leur cruauté, et de leurs rires lorsqu'ils l'exprimait. Les bâtards démoniaques l'avaient opposée à son frère, tout le temps où elle avait été parmi eux. Ils s'étaient délectés de leur torture impie. Avait fait des choses indicibles qui l'avaient empêchée d'avoir un sommeil décent depuis son retour au pays des vivants.
   Elle ne se sentait plus en sécurité du tout. Chaque ombre la laissait terrifiée à l'idée que l'un d'entre eux attende de la ramener dans leurs fosses. Chaque rire semblait sadique.
   Elle n'était pas certaine qu’elle puisse un jour se sentir encore une fois normale. Si jamais elle se débarrassait de ce sentiment que tous les coins et recoins présentaient un danger pour elle. Cameron avait pensé que son enfance l'avait laissée traumatisée et sur la défensive, mais ce n'était rien comparé aux dernières horreurs de l'attention tendre et aimante de leur ennemi. C'était un cauchemar qu'elle ne souhaiterait à personne. Et certainement pas pour quelqu'un d'aussi décent que Mr. Dupree.
   Surtout pas après qu'il ait autorisé Thorn à lui trancher la gorge et s'était sacrifié comme un agneau massacré pour les épargner, elle et son frère, Paden, de la cruauté impitoyable de Vine. Cameron était brutalement consciente du fait qu'à chaque minute où elle se complaisait dans la sécurité, il souffrait jusqu'à l’agonie en enfer.
   Pourquoi, monsieur Dupree ?
   Pourquoi ?

   Mais elle connaissait la réponse. Il s'était tenu responsable du meurtre de son propre frère. Cet événement unique l'avait marqué jusqu'aux profondeurs les plus amères de son âme. Et il ne faisait aucun doute qu'il avait été blâmé pour avoir été pris par leurs ennemis sous sa surveillance, même si ce n'était pas du tout sa faute. Personne n'aurait pu la sauver cette nuit-là - qui était la source de ses cauchemars incessants - et il avait essayé avec plus de force que tout autre personne qui l’aurait tenté à sa place.
   Elle grimaça, elle pouvait encore entendre ses cris d’agonie alors que les lutins d'eau l'avaient balayée de leur bateau pendant la tempête. Voir l'expression angoissée sur son visage. Il s'était jeté à sa poursuite, faisant de son mieux pour la garder à l'écart de leurs poings.
   Dans la mer déchaînée, il lui avait pris la main et, un instant, elle s'était crue sauvée.
   Je pensais que tout irait bien à nouveau.

   Son emprise avait été si ferme et résolue qu'elle s'était laissée croire à l'impossible.
   Qu'elle était en sécurité dans l'eau glacée.
   "Je ne te laisserai pas partir, Cameron ! Alors aide-moi ! "
   Jusqu'à ce que leurs ennemis le submergent, éloignant sa main de la sienne. Même à cet instant, il s'était battu contre eux avec une fureur comme elle n'en avait jamais vue auparavant.
   "Non ! Non ! » La folie dans ses yeux pâles alors qu'il avait désespérément tenté de nager vers elle avait été la dernière chose qu'elle avait vue. Ses cris d’agonie pendant qu'il la cherchait étaient restés dans son esprit chaque minute après qu’elle soit partie.
   Des larmes l'étranglèrent alors qu'elle s'agrippait au collier qu'il avait donné au capitaine pour qu'elle le garde en son absence.
   Dis-lui de prier pour moi pour l'âme de mon frère.
   Pas lui. Il se croyait trop damné pour la rédemption.
   Certains jours, Cameron aussi. Car Kalder tenait en lui une obscurité qui tournait en dérision le capitaine Bane. Une noirceur profonde et déchirante qui disait qu'il n'en faudrait pas beaucoup pour le perdre pour toujours contre les forces Cimmériennes contre lesquelles ils se battaient. Mais personne ne méritait ce qu'ils lui faisaient. Et certainement pas après avoir fait une faveur pour quelqu'un d'autre.
   Ne sois jamais redevable. C'était ce pour quoi ses parents et son frère l'avaient élevée. C'était ainsi qu'elle vivait sa vie. Et elle devait à Kalder une dette qui ne pourrait jamais être entièrement remboursée. Car il ne l'avait pas simplement libérée, il lui avait aussi rendu son frère.
   Fermant les yeux, elle pouvait encore voir le corps de Kalder le jour où il était mort pour les libérer.
   A cause de la torture et de la folie, Paden s'était retourné contre elle. Ses mains s’étaient enroulées autour de sa gorge quand tout à coup Kalder avait été là, le tirant en arrière. Au début, elle s'était crut en train de rêver.
   Jusqu'à ce que leurs regards se soient refermés dans le royaume brumeux et vide entre les mondes.
   Là, dans cet endroit sombre et vide où la lumière et l'obscurité se mêlaient en une seule - là où ce n'était ni le jour ni la nuit – ni bon ou mauvais - Kalder l'avait atteint. Et durant une infime seconde, ils s’étaient presque touchés.
   Mais au moment où sa main effleurait sa peau, il s'était effacé de sa portée comme un murmure si brusquement déchiré qu'elle ne pouvait l'arrêter.
   Elle s'était réveillée dans ce monde pour le trouver par terre à ses pieds, sans vie et froid dans une mare de son propre sang alors qu’il avait permis à Thorn de lui ouvrir la gorge pour le voler au royaume des vivants et prendre sa place dans le hall des morts.
   Pour elle. Pour épargner sa vie et sauver son âme. Et ceci même si sa pire crainte avait été de mourir seul et de ne pas pleurer son décès.
   Encore.
   Mais elle avait refusé de le pleurer, parce qu'elle refusait de le laisser rester là dans le tourment, à sa place.
   Nous venons pour toi, Kalder. Attends. . . . Contre vents et marées. Peu importe ce qui se dressera devant nous..


   Vine attaqua le Séraphin Noir dès qu'elle revint dans la cellule qui constituait leur infâme maison prison.
   "Pourquoi m'as-tu rappelé ? Je les avais !"
   Vêtue de son ancienne armure sanglante, Gadreyal se mit à lui rire au nez. Ses ailes s'enflammèrent pour ponctuer la colère dans ses yeux alors qu'elle dominait Vine avec une expression sournoise qui disait qu'elle imaginait le goût du sang de Vigne sur ses lèvres.
   "Il donnait des coups de pied dans ton maigre cul, putain de Deruvian. Ne te fais pas d’illusion à ce sujet. Une autre minute et tout ce qui serait resté de toi était une tache sur le sol. Tu devrais me remercier d'avoir sauvé ta vie putride.
   "Je l'avais sous contrôle.
   -Jusqu'à ce que tu laisses ton arrogance prendre le dessus, et que tu te livres à lui. Pourquoi lui as-tu dit que tu vivais alors que nous avions l'intention de l'utiliser à notre avantage ? Pourquoi ?
   -Pour le déstabiliser.
   -Le déstabiliser ? Es-tu folle ? Rien n’ébranle cette bête. Il ne ressent rien. De toutes les créatures, tu devrais le savoir.
   Ces mots la frappèrent avec force et apportèrent une vague de douleur inattendue dans le cœur de Vine. Maudite soit cette trainée sans valeur pour cela ! Et pour le rappel que pendant toutes les années de son mariage avec ce bâtard au cœur noir, elle n'avait jamais été capable de se faire aimer de Bane. Peu importe à quel point elle avait essayé ou quel sortilège elle avait utilisé, la bête était pour toujours dévouée à sa sœur.
   Sa sœur !
   Jamais elle.
   Sa femme. Elle était celle qui était son égal dans la brutalité et la ruse.
   Et la beauté.
   Pas Mara, la poule mouillée. Duel aurait dû l'aimer plus que tout autre.
   Au lieu de cela, Mara s'était classée première dans ses affections.
   Qu’ils soient maudits tous les deux pour cela !
   Il n'avait jamais été juste qu'en dépit de sa plus grande beauté, de sa grâce et de son intelligence, Vine n'ait jamais été capable de le conquérir. Qu'il avait des pensées pour Mara alors même qu'il était dans son lit et son corps. Et la dernière chose que Vine voulait était un rappel de ses échecs. De sa vie passée.
   Et surtout celui-ci !
   Hurlant, elle fit exploser l'Irin et la renversa.
   Gadreyal rendit le coup avec l'un des siens qui frappa Vine au visage et la laissa sur le sol, toute la joue cuisante de douleur. Ses yeux larmoyèrent jusqu'à ce qu'elle puisse à peine voir.
   "Tu veux continuer ?" Plaisanta-t-elle, les bras croisés.
   Pas vraiment. D'autant plus que le coup avait brûlé et fait souffrir tout son être. Plus que tout autre chose, Vine voulait essuyer le sourire du visage de l’Irin. Mais Gadreyal avait fait valoir son point de vue. Elle était la guerrière qui avait passé des siècles à combattre les Sarim et les Séraphins de Lumière de l'armée de Kalosum contre laquelle ils combattaient.
   Vine ne l'était pas.
   Elle n'avait jamais été une combattante d'aucune sorte. C'était pourquoi elle avait épousé Bane. Il avait été son chien d'attaque qu'elle avait déchaîné sur les autres chaque fois qu'ils lui déplaisaient. Et avant lui, elle s'était fiée à son premier mari et à sa sœur pour de tels désagréments, car ils étaient beaucoup plus vicieux et accomplis au combat qu'elle ne l'était. Non, elle préférait un moyen de vengeance beaucoup plus élégant.
   Tromperie et trahison.
   Traîtrise.
   Poison.
   Alors elle sourit à l'ennemi et se retira.
   "Nous ne devrions pas nous battre les uns avec les autres. Pas quand nous en avons d'autres pour lesquels s’inquiéter."
   La suspicion pesait profondément dans les yeux de son ennemi, laissant savoir à Vine que Gadreyal ne lui faisait pas confiance. Mais étant donné que Gadreyal était la première parmi ses semblables à s'être retournée contre les Sephirii et à les avoir poussés à trahir leurs propres frères des mains de leurs ennemis, le fait qu'elle soit maintenant connue comme Irin et non comme Seraph prenait sens. Gadreyal savait à quelle vitesse la trahison arrivait. Et combien la source de cette dernière était à la fois prévisible et inattendue.
 
   Croisant ses bras sur son ample poitrine, elle plissa les yeux vers Vine. Elle ramènerait cette chienne à temps. Patiemment, et selon ses propres termes.
   "Ils seront sur leurs gardes maintenant. Dix fois plus difficile à vaincre.
   -Oui, mais nous avons toujours ce qu'ils veulent." Elle souleva la chaîne autour de son cou qui retenait le médaillon pour lequel elles avaient toutes deux risqué leurs vies en le récupérant. "Et un autre secret dont je n'ai pas dit un mot."
   Le médaillon de Seraphin de Paden Jack. Quelque chose que Vine avait prit a Cameron alors qu'ils avaient le médaillon sous leur garde. Ni Paden ni sa sœur ne savaient qu'elle le possédait.
   Ils ne savaient pas non plus ce qu'elle avait échangé pour cela - cela allait être une grande surprise si Paden Jack essayait d'utiliser son épée familiale enchantée contre eux.
   Et avec l'âme de l'ancêtre de Jack en sa possession - le lien direct avec Michel - elle pouvait les contrôler tous les deux. Les corrompre beaucoup plus facilement maintenant.
   Oui, Duel n'avait aucune idée de ce qui allait arriver à son équipage. Mais elle allait le faire, et c'était sur le point de l'amuser.
   Vine sourit à Gadreyal.
   "Il y a un vieux sorcier dont nous avons besoin.
   -Je ne te suis pas.
   Riant, Vine serra le médaillon plus fort dans son poing.
   -Bien sûr que non. Tu n'es pas née dans notre monde. Mais il y a une histoire entre Duel et les Myrciens. Les légendes de Tintagel qu'on ne vous a jamais dites. Je l'aurai encore lui et ma saleté de sœur pour ce qu'ils m'ont fait. Avant que nos maîtres soient libérés de leur royaume prison, je prendrai ce que je veux et personne ne m'arrêtera cette fois."
   Pas quand elle était si proche d'avoir tout ce qu'elle avait toujours voulu.
   Non, aucun en effet.
   Elle n'avait pas contrecarré la mort elle-même et défié tous les ennemis pour échouer maintenant.
   Gadreyal et ses maîtres auraient pu penser qu'ils la faisaient taire, mais ils ne connaissaient ni sa résolution ni la source de ses pouvoirs.
   Ni le marché qu'elle avait fait...
   Pas pour moi, très cher. Je viens pour toi, et cette fois, je danserai sur ta tombe.
   Et elle connaissait la vengeance parfaite sur eux tous. De celle que Duel ne verrait jamais venir, et que même une épée puissante ne pourrait contrecarrer...

 

 


Texte original © Sherrilyn Kenyon - 2018
Traduction © Dark-Hunter Francophone 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir