----- Retour à la liste des passages manquants et/ou modifiés dans la version française


Note de traduction : Il s'agit du dialogue au téléphone entre Wulf et Talon. Dans la version française le texte est "presque" similaire. Avec toujours les mêmes changements : phrases sérieuses qui deviennent salaces, narration transformée en dialogue et inversement... dans la version française, Wulf semble avoir participer aux combats contre Desiderius, il regrette ce moment de combat, ainsi que les Daimons, alors qu'en réalité, il n'en a qu'entendu parler, puisqu'il n'est même pas dans la même ville.
Le moment où Talon se moque des Daimons en imaginant un dialogue à totalement disparu, et ne parlons pas des explications ou des dialogues dont le sens ont changés lors de la traduction par J'ai Lu...


Chapitre 2

[...]

   Cherchant à se distraire de cette pensée irritante, Wulf composa le numéro de Talon et appuya sur la télécommande pour changer la chanson pour "Immigrant Song" de Led Zeppelin.
   Talon répondit à son portable en même temps que Wulf se connectait aux forums privés des Dark-Hunters.
   "Hé, petite fille," dit Wulf avec moquerie, passant à son casque pour pouvoir taper et parler en même temps. "J'ai reçu ton T-shirt 'Dirty Deeds Done Dirt Cheap'* aujourd'hui. Tu n'es pas drôle et je ne travaille pas pour rien. Je m'attends à recevoir beaucoup d'argent pour ce que je fais.
   Talon se moqua.
   -Petite fille ? Tu ferais mieux de te calmer ou je viendrais te botter ton cul de viking.
   -Cette menace pourrait avoir un certain poids si je ne savais pas à quel point tu détestes le froid.
   Talon rit à gorge déployée.
   -Alors qu'est-ce que tu fais ce soir ?" Demanda Wulf.
   -Environ 1m95.
   Wulf gémit. "Tu sais, cette blague de merde ne devient pas plus drôle chaque fois que je l'entends.
   -Ouais je sais. Mais je ne vis que pour te harceler.
   -Et tu y parviens si bien. Tu as pris des leçons avec Chris ?
   Il entendit Talon couvrir le téléphone avec sa main et commander du café noir et des beignets.
   -Alors tu es déjà dehors ce soir ?" Demanda-t-il à Talon après que la serveuse soit partie.
   -Comme tu dis. C'est Mardi Gras et les Daimons abondent.
   -Connerie. Je t’ai entendu commander du café. Tu t'es épuisé, n'est-ce pas ?
   -Tais-toi, Viking.
   Wulf secoua la tête. "Tu as vraiment besoin d'obtenir un écuyer.
   -Oui en effet. Je te le rappellerai la prochaine fois que tu râleras à propos de Chris et de sa grande gueule.
   Wulf se cala dans sa chaise en lisant les messages de ses compagnons Dark-Hunters. C'était réconfortant de savoir qu'il n'était pas le seul à s'ennuyer fermes entre deux missions.
   Puisque les Dark-Hunters ne pouvaient pas se rassembler physiquement sans épuiser leurs pouvoirs respectifs, Internet et les téléphones étaient la seule façon de partager des informations et de rester en contact.
   La technologie était une aubaine pour eux.
   "Mec," dit Wulf, "c’est juste moi ou les nuits semblent s'allonger ?
   -Certaines sont plus longues que d'autres." La chaise de Talon grinça dans le téléphone. Il ne faisait aucun doute que le Celte se penchait en arrière pour voir une femme passer devant sa table. "Alors, qu'est-ce qui ne va pas ?
   -Je suis agité.
   -Va t’envoyer en l’air."
   Il soupira à la réponse que Talon donnait pour tout. Pire, il savait que le Celte croyait vraiment que le sexe était une panacée pour tous les maux. Mais alors que ses pensées se tournaient vers la femme du club, Wulf n'était pas si certains que ça marche.
   Au moins pour ce soir.
   Cependant, à la fin, une nuit avec une autre femme qui ne se souviendrait pas de lui ne lui plaisait pas.
   Il n'y en avait pas eut depuis longtemps.
   "Ce n'est pas le problème," dit Wulf en parcourant les messages. "Je me languis d'un bon combat. Je veux dire, bon sang, c’était quand que la dernière fois que tu as eu un combat avec un Daimon ? Ceux que j'ai sortis ce soir se sont couchés devant moi. L'un d'eux a même pleuré quand je l'ai frappé.
   -Hé, tu devrais être content de les avoir eu avant qu’ils ne t’aient."
   Peut-être...
   Mais Wulf était un Viking et ils ne regardaient pas les choses de la même manière que les Celtes.
   "Tu sais Talon, tuer un Daimon voleur d’âmes sans un bon combat, c'est comme le sexe sans préliminaires. Une totale perte de temps et absolument insatisfaisante.
   -Tu parles comme un vrai Homme du Nord. Ce dont tu as besoin, mon frère, c'est une salle pleine d'hydromel remplie de serveuses et de Vikings prêts à se frayer un chemin dans le Walhalla.
   C'était vrai. Les Daimons Spathi manquaient à Wulf. A une époque, c’étaient une classe de guerriers qui prenaient plaisir à la guerre.
   Enfin, d’après ce qui se disait.
   "Ceux que j'ai trouvés ce soir ne connaissaient rien au combat," dit Wulf, en relevant sa lèvre de dégoût. "Et dans l’ensemble j'en ai marre de la mentalité "mon arme va tout résoudre".
   -Tu t'ai encore fait tirer dessus ?" Demanda Talon. 
   "Quatre fois. Je te jure ... Je voudrais pouvoir faire venir un Daimon comme Desiderius. J'adorerais un bon combat pour une fois. 
   -Attention ce que tu souhaites, tu pourrais l’obtenir.
   -Ouais, je sais." D'une certaine manière, Talon ne pouvait même pas commencer à l’imaginer. "Mais putain. Juste une fois ne peuvent-ils pas cesser de nous faire courir et apprendre à se battre comme leurs ancêtres le faisaient ? La façon dont se passaient les choses avant me manque.
   Il y eut une pause à l'autre bout alors que Talon laissait échapper un lent soupir d'appréciation.
   Wulf secoua la tête. Il y avait certainement une femme à proximité.
   "Je te le dis que ce qui me manque le plus, ce sont les Talpinas."
   Wulf fronça les sourcils. C'était un terme qu'il n'avait jamais entendu auparavant.
   "Qu’est-ce que c’étaient ?
   -C'est vrai, c’étaient avant ton époque. Durant la plus grande partie du Haut Moyen-Age, nous avions l'habitude d'avoir un clan d’Ecuyers dont le seul but était de prendre soin de nos besoins charnels. "
   C'était sympa de savoir que son meilleur ami n’avait qu’une idée en tête, et Wulf aurait payé cher pour rencontrer la seule femme qui pourrait faire dévier le Celte de ses manières directes.
   "Mecs, elles étaient supers," poursuivit Talon. "Elles savaient ce que nous étions et étaient plus qu'heureuse de nous mettre au lit. Bon sang, les Ecuyers les avaient même formés sur la façon de nous faire plaisir.
   -Que leur est-il arrivé ?
   -Environ une centaine d'années avant ta naissance, un Dark-Hunter a fait l'erreur de tomber amoureux de sa Talpina. Malheureusement pour le reste d'entre nous, elle n'a pas réussi le test d'Artemis. Artemis était tellement en colère à cause de ça, qu'elle est intervenue et a banni les Talpinas, et a mis en place le oh-si-merveilleux "vous êtes seulement supposé dormir avec eux une fois". En contrecoup supplémentaire pour ça, Acheron est venu avec la loi "ne touchez pas votre Ecuyer". Je te le dis, tu n'as pas vécu tant que tu n’as pas essayé de trouver un coup d’un soir décent dans la Grande-Bretagne du septième siècle.
   Wulf renifla. "Ça n’a jamais été mon problème.
   -Ouais je sais. Je t'envie ça. Tandis que le reste d'entre nous doit quitter nos amants de peur que nous trahissions notre existence, tu peux t’en détacher sans crainte sans crainte.
   -Crois-moi, Talon, ce n'est pas tout. Tu vis seul par choix. As-tu une idée de ce qu’est la frustration lorsqu’on en se souvient pas de toi cinq minutes après ton départ ?
   C'était la seule chose qui dérangeait Wulf dans son existence. Il avait l'immortalité. La richesse.
   Et j’en passe...
   Sauf que si Christopher mourait sans avoir d'enfants, il n'y aurait plus aucun humain vivant qui pourrait se souvenir de lui.
   C'était une pensée qui laissait à réfléchir.
   Wulf soupira. "La mère de Christopher est venue ici trois fois la semaine dernière juste pour rencontrer la personne pour laquelle il travaille. Je la connais depuis quoi ? 30 ans? Et n'oublions pas ce moment, il y a seize ans, quand je suis rentrée à la maison et qu’elle a appelé les flics parce qu'elle pensait que j'avais pénétré par effraction dans ma propre maison.
   -Je suis désolé, petit frère," dit sincèrement Talon. "Au moins tu nous as nous et ton Ecuyer qui peuvent se souvenir de toi.
   -Ouais je sais. Je remercie les dieux pour la technologie moderne. Sinon, je deviendrais fou." Il resta silencieux un moment.
   -C’est pas pour changer de sujet, mais tu as vu qui Artemis a installé à La Nouvelle-Orléans pour prendre la place de Kyrian ?
   -J'ai entendu dire que c'était Valerius," dit Wulf incrédule. "A quoi qu'Artemis pensait ?
   -Je n'en ai aucune idée.
   -Est-ce que Kyrian le sait ?" Demanda Wulf.
   "Pour une raison évidente, Acheron et moi avons décidé de ne pas lui dire que le petit-fils et portrait craché de l'homme qui l'a crucifié et détruit sa famille avait emménagé dans la ville juste en bas de sa maison. Malheureusement, je suis sûr qu'il le découvrira tôt ou tard."
   Wulf secoua la tête. Il pensa que les choses pourraient être pires pour lui. Au moins, il n'avait pas les problèmes de Kyrian ou de Valerius.
   "Mec, humain ou pas, Kyrian va le tuer si jamais ils se croisent… ce n'est pas quelque chose dont tu as besoin pour faire face à cette période de l'année.
   -M’en parles pas", acquiesça Talon.
   "Alors, qui a eu le job du Mardi Gras cette année ?" Demanda Wulf. 
   "Ils importent Zarek.
   Wulf jura à la mention du Dark-Hunter de Fairbanks, en Alaska. Les rumeurs abondaient sur l'ex-esclave qui avait détruit le village et les humains qu'il avait été chargé de protéger.
   "Je ne pensais pas qu'Acheron le laisserait un jour quitter l'Alaska.
   -Oui, je sais, mais Artemis elle-même a dit qu'elle voulait le voir ici. On dirait que nous allons avoir une réunion psycho cette semaine ... Oh, attends, c'est Mardi Gras. Voyons.
   Wulf rit de nouveau.
   Il entendit Talon laisser échapper un soupir satisfait.
   -Le café est arrivé ?" Demanda Wulf.
   "Oh oui."
   Wulf sourit, souhaitant pouvoir trouver du plaisir dans quelque chose d'aussi simple qu'une tasse de café.
   Mais à peine cette pensée lui avait-elle traversé l'esprit qu'il entendit Talon ricaner.  
   "Oh, mec.
   -Quoi ?
   -Alerte Foutu Fabio."Talon cracha les mots avec mépris.
   Wulf arqua un sourcil en pensant aux cheveux blonds de Talon.
   "Hey, tu n’es pas trop loin de la marque non plus, blondie.
   -Mords moi, Viking. Tu sais que si j'étais une personne négative, je commencerais sérieusement à être contrarié.
   -Tu me paraît contrarié.
   -Non, ce n'est pas de la contrariété. C'est un léger agacement. D'ailleurs, tu devrais voir ces types."Talon laissa tomber son accent celtique en inventant une conversation pour les Daimons. Il éleva sa voix à un niveau anormalement élevé. "Hey, Superbe George, je pense que je sens un Dark-Hunter.
   -Oh non, Dick," dit-il en baissant la voix de deux octaves, "sois pas con. Il n'y a pas de Dark-Hunter ici."
   Talon revint à son ton de fausset. "J'suis pas un…
   -Attends," dit encore Talon d’un voix profonde, "Je sens le touriste. Un touriste avec une grosse... et méchante âme.
   -Tu veux bien arrêter ?" Dit Wulf en riant.
   -Je parles de tâches d'encre", déclara Talon, utilisant le terme péjoratif qu’avait les Dark-Hunters pour les Daimons. Il découlait de l'étrange marque noire que tous les Daimons développaient sur leurs poitrines quand ils passaient du simple Apollite aux tueurs d’humains. "Merde, tout ce que je voulais, c'était boire un café et manger un petit beignet. Tss…" Puis son ami commença à débattre à voix haute. "Café... Daimons... Café... Daimons...
   -Je pense que dans ce cas, les Daimons l'emportent.
   -Ouais, mais c'est un café à la chicorée.
   Wulf claqua de la langue.
   -Talon voulant se faire griller par Acheron pour avoir échoué à protéger les humains.
   -Je sais," dit-il avec un soupir dégoûté. "Laisse-moi les éliminer. On se parle plus tard.
   -A plus tard." Wulf raccrocha le téléphone et éteignit l'ordinateur. Il regarda l'horloge. Il n'était même pas encore minuit.
Merde.

[...]


Notes de traduction :
*Deeds Done Dirt Cheap : chanson du groupe AC/DC, qui se traduit par "Sales Coups Faits Pour 3 Fois Rien"... traduit par la traductrice de J'ai Lu par : "Je fais plein de trucs cochons pour pas cher"...


Texte original © Sherrilyn Kenyon
Traduction © Dark-Hunter Francophone