AVERTISSEMENT :
L’extrait suivant comme l’ensemble de ceux présents sur ce site internet, a été traduit par l’équipe de Dark-Hunter Francophone d’après le strict respect du texte original. 
Toutefois nous ne sommes pas traductrices professionnelles, le sens d'une phrase peut nous avoir échappé. Si vous trouvez une faute ou une phrase mal construite, n'hésitez pas à nous le signaler par e-mail.


Nouvelle : Where Angels Fear To Tread


 

   "D’humbles commencements amènent de grandes choses." Zeke Jacobson leva les yeux en lisant la bande de papier qu'il venait de sortir de son biscuit de fortune. "Eh bien, tu ne peux pas être plus humble que moi" murmura-t-il avant que le téléphone ne sonne.
   Le ventre serré au souvenir de la dernière plainte, il prit le combiné et jeta un coup d'œil au cube de murs gris pâle dans lequel il passait en moyenne cinquante heures par semaine.
   Il y avait des moments où il jurait pouvoir entendre sa vie faire tic-tac à chaque seconde sur l'horloge Transformers qu'il avait héritée de sa sœur. Optimus Prime le fixa de son perchoir à côté du moniteur gris terne de Zeke.
   "Bonjour. Taylor Transportation. Division des réclamations. Zeke à l’appareil. Comment puis-je vous aider ?" La pire partie du travail... parfois il entendait ces mêmes mots dans son sommeil.

   Furieuse, la femme à l'autre bout de la ligne le mit au courant du fait qu'il avait rejeté son affirmation plutôt douteuse selon laquelle leur camion de livraison avait fauché sa boîte aux lettres et avait continué sa route. Si elle avait parlé au chauffeur comme elle le disait, elle avait de la chance que le conducteur ne l'ait pas fauchée en première.
   Sa voix avait cette note nasale aiguë qui descendait dans la colonne vertébrale d'un homme comme une déchiqueteuse.
   "Vous êtes un idiot pathétique si vous pensez que votre chauffeur n'a pas fait ça."
   Zeke ne parlait pas alors qu'elle continuait à lui hurler dessus.
   Et pour l'honneur glorieux de se faire constamment chier et le titre estimé d'enquêteur pour des sinistres, il avait abandonné cinq ans de sa vie en allant à l'université, créant une dette pour laquelle ses arrière-petits-enfants le maudiraient, et avait obtenu le saint honneur de PCA. Plus de Conneries Autorisées. Contrairement à ses homologues plus intelligents, il avait effectivement étudié et obtenu son diplôme avec les honneurs, pensant qu'il aurait un avenir brillant...
   Oui, c'était sa vie et il en détestait chaque minute.
   Enfin, pas chaque minute. Mais assez pour redouter les développements plus merveilleux que l'avenir pourrait apporter. 
   En fait, c'est juste qu'enfant, je n'ai pas vu venir celui-ci.
  
Quand il avait rêvé de son avenir, il ne s'était jamais vu une seule fois assis dans un cube dix heures par jour, les gens lui criant dessus, l’acceptant sans un mot de peur de perdre ses trente mille dollars par an.

   Les points forts de sa vie ? Boire de la bière et jouer au basket le week-end avec ses amis.
   Merde, cette femme a raison. Je suis un idiot pathétique.
  
"Vous m’écoutez au moins ?" Dit-elle.

   "Oui m'dame. Je comprends ce que vous dites. Mais il n'y a aucune preuve que notre chauffeur ait fait ça. J’ai une déclaration signée de sa part selon laquelle il n’a pas frappé votre boîte aux lettres. 
   -Va te faire foutre, stupide bâtard !
   -Oui m'dame. Et une bonne journée à vous aussi.
   Elle raccrocha le téléphone assez fort pour qu'il sonne dans son oreille.
   Zeke soupira avant de poser sa tête sur son bureau stratifié et de la frapper contre la finition froide en imitation granit de celui-ci. Peut-être que j'aurai une commotion cérébrale...
   Le téléphone retentit.
   Il leva la tête pour jeter un regard sur Optimus Prime. Il n'était que onze heures du matin. Est-ce que c’était trop demander un petit anévrisme au cerveau ? Juste un.
   Son estomac se retourna, il prit le téléphone et répéta sa litanie.
   "Est-ce que je parle avec Ezekiel Malachi Jacobson ?
   Zeke recula au nom de son grand-père, un dévot prédicateur baptiste qui, à la naissance, l'avait maudit, lui, son seul petit-fils. Dieu combien il détestait entendre tout ce qui viendrait ensuite. C'était un nom qui lui avait valut un coup de pied à plusieurs reprises à l'école. Il avait même causé le départ d’un colocataire de l'université avant même son arrivée.
   -Ce serait moi." Dieu, fait que ce ne soit pas quelqu'un à qui je dois de l'argent.
   "Je m'appelle Robert West. Je suis l'avocat de votre grand-oncle Michael Jacobson.
   -Qui ?
   -Il était le plus jeune frère de votre grand-père."
   C'était étrange. Il avait pensé que tous ces parents étaient partis depuis longtemps.
   "Je suis au regret de vous annoncer que votre grand-oncle est décédé il y a quelques semaines et m'a nommé comme exécuteur testamentaire. Comme il n'était pas marié et n'avait pas d'enfants, il vous a tout laissé. 
   -Juste moi ? Et ma sœur ?
   -Il vous a seulement nommé."
   Oooo-kay... Zeke écouta l'avocat lui donner plus de détails.


   "Peux-tu imaginer combien il devait être seul ?"
   Zeke fit une pause en entendant la question de sa sœur Mary. Avec son mètre soixante-cinq, elle ne faisait que quelques centimètres de moins que lui. Et comme lui, elle avait les cheveux noirs et les effrayants yeux de couleur topaze que leur grand-mère appelait l'or du diable.
   Il lui indiqua le lit en laiton derrière elle qui était recouvert d'une couette à l'ancienne.
   "Ouais. L'avocat a dit qu'il est mort dans son lit. Trois jours avant que quelqu'un trouve le corps.
   Elle s’éloigna du pied de lit et fronça les sourcils.
   -Heurk ! Merci Zeke. T’es taré.
   -Apparemment, puisque c'est ce que tout le monde me dit.
   Elle lui ébouriffa les cheveux.
   -Oh mon petit bébé. Nous devons te trouver un nouvel emploi un jour.
   -Ça n’arrivera pas, sœurette. J'ai vendu mon âme au diable pour trente ans."
   Zeke jeta un coup d'œil circulaire dans la pièce couverte d'anciens objets d'Égypte, de Perse et d'autres cultures qu’il ne connaissait pas.
   -Qu'est-ce que grand-père disait ? Vous pouvez donner votre âme au diable, mais le bon Dieu vous sauvera toujours ?
   -Quelque chose comme ça.
   Elle s'arrêta au bureau près de la porte avant de prendre quelque chose pour le regarder.
   -Qu'est-ce que c'est que ça ?
   Zeke bougea pour regarder par-dessus son épaule. C'était un médaillon rond avec ce qui semblait être un ange et un serpent qui se battaient. Il y avait une vieille inscription qu'il ne pouvait pas lire.
   -On dirait un de ces trucs de film d'horreur que quelqu'un utilise pour invoquer un démon ou quelque chose.
   Elle renifla.
   -En arrière Manitou, en arrière. Tu te souviens de ce vieux film ?
   -Je me souviens que tu me l'as fait regarder, puis que tu as dit à maman qu'il y avait une femme nue dedans et que je me suis fais botter le cul à cause de ça.
   Mary lui fit un sourire penaud.
   -Oh peu importe. Oublie que je t’ai dit quelque chose. 
   Elle lui tendit le médaillon.
   -Peut-être que tu devrais chanter quelque chose dessus.
   -Oh grand Manitou, je veux une autre vie. Quelque chose de complètement différent de celle-ci.
   -Ne serait-ce pas génial si nous échangions nos places ? Il faudrait que tu te rendes chez moi et que tu roules une pelle à Duncan.
   Zeke se couvrit les oreilles de ses mains en imaginant l’horreur.
   -Ah beurk ! J’ai les yeux qui piquent. Ne me mets pas cette merde dans la tête. Tu es ma sœur pour l'amour de Dieu. Maintenant, je vais devoir frapper ton mari la prochaine fois que je le verrais pour t’avoir souillé. "Il eut un mouvement de recul. "Je préférerais être au travail.
   -Oh mon ourson. Tu réagis toujours de manière exagérée.
   -C’est pas vrai. Crois-moi. Je vis une vie où les gens me crient dessus pendant des heures et je le fais sans rien gagner d’autre qu'un ulcère.
   Elle appuya le médaillon sur sa poitrine.
   -Un jour, ta vie va changer.
   -Ouais." Il prit le médaillon alors qu'elle retournait vers le salon. "Un jour, je serai aussi dans une boîte de pin, six pieds sous terre."
   Il la suivit hors de la chambre et dut admettre que leur grand-oncle était un vieil homme bizarre.
   -L'avocat a dit que grand-père avait passé ses plus jeunes années en tant qu’archéologue et les dernières décennies en total reclus.
   Mary hocha la tête alors qu'elle scrutait les étagères et les tables qui étaient jonchées d'artefacts encore plus nombreux.
   -Il semble qu'il ait passé beaucoup de temps à ramener ces choses à la maison. Tu pourrais probablement faire un massacre sur eBay.
   Zeke ne l'entendait pas vraiment, son attention était focalisée sur une pièce étrange qui était partiellement couverte sur la table basse. Fronçant les sourcils, il se dirigea vers elle. Brillant et scintillant, il avait l'air neuf et pourtant les marques dessus apparaissaient aussi anciennes que tout le reste.
   Plus que cela, il semblait se réveiller au toucher.
   "Qu'est-ce que tu en penses ?
   Marie haussa les épaules.
   -Un déchet de plus.
   Peut être. Une fois de plus, une étrange sensation le traversa.
   -Tu crois que l'une de ces conneries pourrait être possédée ?
   -Non. Je pense que tu es possédé par l'esprit de la bizarrerie. Poses ça et allons dîner. Cet endroit me fait déprimer.
   Zeke acquiesça. Il a tendit la main pour la laisser tomber, mais n’arrivera pas à la laisser s’échapper. C'était comme si la pièce l'appelait d'une manière ou d'une autre. Lui chuchoter.
   Et avant de savoir ce qu'il faisait, il l’a mis dans sa poche et suivit Mary vers sa voiture.

 

   Tu as été choisi…   
Zeke leva les yeux de son sandwich au pain de viande dans le confortable restaurant qu'ils avaient trouvé, pour voir Mary s'endormir sur son hamburger.

   "Qu'est-ce que tu as dit ?
   Elle avala avant de parler.
   -Rien. Je mange.
   Tu as été choisi…
   -
Tu n'es pas drôle, Mary. Arrête ça.

   -Arrêter quoi ?
   -De faire la ventriloque.
   -Je ne le fais pas, mais si tu n'arrêtes pas de m'énerver, je te jetterais peut-être une frite à la tête.
   Tu as été choisi…
  
Zeke regarda dans le petit restaurant. Toutes les tables autour d'eux étaient vides. Les seuls autres clients étaient assis à un bar, parlant à la serveuse.

   -Tu n'as pas entendu ça ?
   -Entendu quoi ?
   Tu as été choisi.
   -
Tu carbures à quoi ? Au crack ?

   -Pas encore, mais je pense qu’il faudrait m’en trouver un peu sauf qu'ils me font faire un test d'urine tous les deux jours au travail, ils ne sont pas très amusant.
   Tu n’es pas sérieux, n'est-ce pas ? Bon Dieu, j'espère que ce n'est pas génétique parce que Duncan et moi essayons d’avoir un bébé.
   -Encore avec ces trucs dégoûtant. Stop !
   Tu as été choisi…
  
Zeke grogna contre la voix.

   -Et cela signifie que toi aussi. Zut. Ma vie est déjà assez pourrie. La dernière chose dont j'ai besoin, c'est d'être schizophrène.
   -Je ne sais pas. Compte tenu de ton travail, schizo pourrait être amusant... Non, madame, je n’ai pas refusé votre appel. Ce sont les voix dans ma tête qui m’ont dit de mettre cette réclamation là où le soleil ne brille pas.
   -Je te déteste vraiment.
   -Je sais. C'est pourquoi tu as essayé de me faire manger du déboucheur quand nous étions petits.
   Il rit à se souvenir.
   -Ouais, mais tu es celle qui m’a échangé contre un wagon.
   -Tu sais que lorsque tu as eu seize ans, maman m'a dit que nous aurions dû garder le wagon.
   -Je n’en doute pas.
   Tu as été choisi…
  
Zeke passa ses mains dans ses cheveux.

   -Appele le psy. J'ai perdu la tête.
   -Chérie, tu l’as perdu il y a longtemps. Maintenant mange ton sandwich. Les voix dans ta tête sont probablement affamées."
    Zeke leva les yeux au refus courtois de sa sœur. Il venait de reprendre son sandwich quand quelque chose qui ressemblait à un courant électrique descendit le long de sa colonne vertébrale. Il sentit vraiment comme une lame de rasoir qui écrasait son âme.
   Et quelque chose à l'intérieur de lui ressemblant aux paupières d'un chien. Il se tourna vers la porte en même temps qu'un homme bien habillé entrait. Vêtu d'un costume et d'une cravate, il avait l'air parfaitement respectable.
   Il triche sur ses impôts et envers sa femme. A abandonné sa compagnie plus tôt ce soir. Il bat ses enfants. Un enfoiré. Damné en enfer sur son lit de mort.
  
Zeke secoua la tête pour effacer cette voix étrange qui ne le lâchait pas.

   "Richard Cheatham.
   L'homme s’arrêta à côté de lui.
   -Je vous connais ?
   Zeke le regarda et cligna des yeux.
   -Excusez-moi ?
   -Vous venez de dire mon nom. Je vous connais ?
   -Je n'ai rien dit.
   -Si. Vous avez dit Richard Cheatham. Je vous ai entendu." Ses yeux bleus foncés se rétrécirent dangereusement. "Est-ce que ma femme vous a embauché ?
   -Mec, je ne te connais pas et je n'ai aucune idée de ce dont tu parles.
   Richard commença à l'attraper.
   Zeke attrapa sa main et la tordit, le faisant tourner sur lui-même en lui tordant le bras dans le dos alors qu'il se levait. Il retint Richard contre lui.
   Abasourdi, il jeta un coup d'œil à Mary qui était aussi choquée que lui.
   Il libéra Richard qui se précipita hors du café.
   "Qu'est-ce que c'était que ça ?" Demanda Mary. 
   Zeke n'en avait aucune idée. Il ne savait pas se déplacer comme ça. Comment se défendre. 
  Tu as été choisi…
  
Choisi pour quoi ?


Lisez la fiche
du personnage principal

 


Texte original © Sherrilyn Kenyon - 1992
Traduction © Dark-Hunter Francophone 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir