AVERTISSEMENT :
L’extrait suivant comme l’ensemble de ceux présents sur ce site internet, a été traduit par l’équipe de Dark-Hunter Francophone d’après le strict respect du texte original.
Toutefois nous ne sommes pas traductrices professionnelles, le sens d'une phrase peut nous avoir échapper. Si vous trouvez une faute ou une phrase mal construite, n'hésitez pas à nous le signaler par email.


Nouvelle : Dragonswan


 

Richmond, Virginie

   "Sois gentille avec les dragons, car tu es croquante quand tu es rôtis et tu as bon goût avec du ketchup."
   Le Dr Channon MacRae fit une pause dans sa prise de notes et arqua un sourcil à ce commentaire particulier. Elle avait regardé fixement la célèbre Tapisserie du Dragon pendant des heures, essayant de décoder le symbolisme du vieil anglais, et pendant tout ce temps, personne ne l'avait dérangée.
   Pas jusqu'à maintenant.
   Avec son air le plus irrité, elle retira son stylo de son bloc-notes et se retourna.
   Puis elle resta bouche bée.
   Pas de petit homme ennuyeux et irrévérencieux ici. C'était un dieu immense incroyablement sexy, qui dominait la petite salle du musée de sa présence si puissante qu'elle se demandait comment diable il était entré dans le bâtiment sans le secouer jusqu'à ses fondations.
   Jamais de sa vie elle n'avait rien vu de semblable à lui, et encore moins le sourire séduisant qu'il lui lançait.
   Bon sang, elle ne pouvait pas le quitter des yeux.
   Il devait bien faire deux mètres, la dominant largement en taille. Ses longs cheveux noirs étaient tirés en arrière en une queue de cheval élégante, et il portait un costume et un pardessus noirs coûteux qui semblaient en contradiction totale avec ses cheveux peu orthodoxes mais parfaitement adaptés à son aura royale.
   Mais la chose la plus particulière de toutes était le tatouage recouvrant la moitié gauche de son visage. D'un vert foncé décoloré, il tournoyait et s'enroulait de la racine de ses cheveux à son menton tel un symbole ancien.
   Sur n'importe qui d'autre, une telle marque serait bizarre ou étrange, mais cet homme la portait avec dignité et prestance - comme un fier droit d'aînesse.
   Pourtant, c’étaient ses yeux qui la captivaient le plus. D’un or riche, profond, légèrement verdâtre, ils étaient remplis d'une intelligence et d'une vitalité si chaleureuse qu'ils lui coupaient complètement le souffle.
   Son sourire était à la fois enfantin et espiègle et encadré par des fossettes alléchantes qui l'enchantaient.
   "Ça vous rend sans voix, hein?
   Elle adorait le son de sa voix, qui était empreint d'un accent qu'elle ne pouvait pas tout à fait reconnaître. Cela semblait être un mélange unique du britannique et du grec. Sans oublier ce ton profond et provocateur.
   -Pas tout à fait sans voix," dit-elle, résistant à l'envie de lui sourire. "Je me demande juste pourquoi vous dites une chose pareille.
   Il haussa nonchalamment ses larges épaules alors que son regard doré tombait sur ses lèvres, lui donnant envie de les lécher. Pire encore, son regard prolongé lui envoya une vague de désir.
   Il faisait soudain tellement chaud dans cette petite pièce vitrée qu'elle s'attendait à moitié à ce que les fenêtres de la galerie s'embuent.
   Il croisa les mains avec désinvolture derrière son dos, mais il semblait se préparer pour l'action, comme s'il était en alerte et prêt à affronter quiconque le menaçait.
   Quelle étrange image elle avait...
   Quand il parla à nouveau, sa voix grave était encore plus séduisante et plaisante qu'elle ne l'était auparavant, presque comme si elle tressait une sorte de sortilège magique autour d'elle.
   "Vous avez un froncement de sourcils si sérieux pendant que vous regardez la tapisserie que ça m'a fait me demander à quoi vous ressembleriez avec un sourire à sa place.
   Oh, l'homme était séduisant. Et juste un peu trop sûr de lui, à en juger par sa position arrogante. Nul doute qu'il pouvait avoir n'importe quelle femme qui attirait son attention.
   Channon déglutit à cette pensée en jetant un coup d'œil à son pull en velours côtelé beige et à ses hanches, qui n'étaient pas du genre ajusté et à la mode. Elle n'avait jamais été le genre de femme qui avait attiré l'attention d'un homme comme celui-ci. Elle avait de la chance si son apparence moyenne lui valait un deuxième coup d'œil.
   Mr. Prends-Moi-Tout de-Suite devait avoir perdu un pari ou quelque chose. Sinon, pourquoi lui parlerait-il ?
   Pourtant, il y avait un air de danger, d'intrigue et de pouvoir en lui. Mais pas de tromperie. Il paraissait honnête et, curieusement, s'intéressait à elle.
   Comment cela se pouvait-il ?
   "Oui, eh bien," dit-elle, faisant un pas sur sa gauche en fermant son bloc-notes et en glissant son stylo le long de la spirale, "Je ne prends pas l'habitude de converser avec des inconnus, alors si vous voulez bien m'excuser...
   -Sebastian.
   Surpris par sa réponse, elle fit une pause et leva les yeux.
   -Quoi ?
   -Je m'appelle Sebastian." Il lui tendit la main. "Sebastian Kattalakis. Et vous êtes ?
   Complètement stupéfait et étonné que tu vous me parliez.
   Elle cligna des yeux.
   -Channon," dit-elle avant de pouvoir s'arrêter. "Shannon avec un C
   Son regard la brûlait tandis qu'un petit sourire planait sur les bords de ces lèvres bien formées et il marquait un petit peu plus ses fossettes. Il y avait une aura masculine indescriptible autour de lui qui semblait dire qu'il serait beaucoup plus à l'aise sur un ancien champ de bataille que barricadé à l'intérieur de ce musée.
   Il prit sa main froide dans sa grande et chaude main.
   -Je suis très heureux de vous rencontrer, Shannon avec un C.
   Il lui embrassa le dessus des doigts comme un vaillant chevalier d'autrefois. Son cœur battait en sentant son souffle chaud contre sa peau, ses lèvres chaudes sur sa chair. Elle avait du mal à se retenir pour ne pas gémir par pur plaisir.
   Aucun homme ne l'avait jamais traitée de cette façon - comme une dame chérie à rechercher.
   Elle se sentait étrangement belle autour de lui. Désirable.
   "Dites-moi, Channon," dit-il en lâchant sa main et en jetant un coup d'œil à la tapisserie. "En quoi est-ce que cela vous intéresse ?
   Channon le regarda puis la broderie complexe qui recouvrait le linge jauni. Honnêtement, elle ne savait pas. Depuis qu'elle l'avait vu pour la première fois quand elle était petite fille, elle était amoureuse de cet ancien chef-d'œuvre. Elle avait passé des années à étudier la fable détaillée du dragon qui commençait avec la naissance d'un bébé humain et d'un dragon et se déroulait ensuite sur trois mètres de tissu.
   Les chercheurs avaient écrit d'innombrables articles sur leurs théories quant à son origine. Elle-même avait fait sa dissertation là-dessus, essayant de la relier aux contes du roi Arthur ou à la tradition celtique.
   Personne ne savait d'où venait la tapisserie ni même à quelle histoire elle se rapportait. D'ailleurs, personne ne savait qui avait gagné le combat entre le dragon et le guerrier.
   C'était ce qui l'intriguait le plus.
   "J'aurais aimé savoir comment ça s'est terminé.
   Il serra la mâchoire.
   -L'histoire n'a pas de fin. La bataille entre le dragon et l'homme se poursuit jusqu'à aujourd'hui.
   Elle fronça les sourcils. Il avait l'air sérieux.
   -Vous croyez ?
   -Quoi ?" demanda-t-il avec bonne humeur. "Vous ne me croyez pas ?
   -Disons simplement que j'ai une forte dose de doute.
   Il fit un pas en avant, et à nouveau sa présence virile et féroce la submergea et lui envoya un sursaut de désir.
   -Hmmm, une bonne dose de doute," dit-il, sa voix à peine plus qu'un grognement bas et profond. "Je me demande ce que je pourrais faire pour vous convaincre ?
   Elle devait prendre du recul, elle le savait. Pourtant, elle ne pouvait pas faire coopérer ses pieds. Son odeur propre et épicée envahit sa tête et rendait ses jambes fébriles.
   Qu'est-ce qui lui donnait envie de parler avec cet homme ?
   Oh, au diable tout ça. Ce qu'elle voulait vraiment faire, c'était sauter sur ce corps délectables. Prendre son beau visage dans ses mains et embrasser ses lèvres jusqu'à ce qu'elle en soit ivre.
   Il y avait quelque chose qui n'allait vraiment pas ici.
   Au secours. Au secours.
   "Pourquoi êtes-vous ici ?" demanda-t-elle, essayant de garder ses pensées salaces à distance. "Vous ne semblez guère du genre à étudier les reliques médiévales.
   Une lueur méchante passa dans ses yeux.
   -Je suis ici pour la voler.
   Elle sourit à cette idée amusante, même si quelque chose en elle disait que ce ne serait pas trop compliqué d’adhérer à cette explication.
   -Êtes vous vraiment là pour ça ?
   -Bien sûr. Pourquoi serais-je ici ?
   -Pourquoi d'autre, en effet ?

 
   Sebastian ne savait pas ce qu’il y avait chez cette femme qui l'attirait si puissamment. Il était impliqué dans des affaires graves qui exigeaient toute son attention, mais sur sa vie, il ne pouvait pas détourner son regard d'elle.
   Elle portait ses cheveux châtain et miel en arrière, de manière à ce qu'ils tombent en vagues tumultueuses à partir d’une barrette argentée représentant vieux symboles gallois. Plusieurs mèches s'étaient dégagées du clip pour se balancer au hasard autour de son visage comme si elles avaient leur propre vie.
   Comme il avait envie de libérer ces cheveux pour les sentir glisser entre ses doigts et frôler sa poitrine nue.
   Il baissa son regard sur son corps luxuriant et réprima son sourire. Sa chemise bleu foncé n'était pas boutonnée correctement et ses chaussettes ne correspondaient pas.
   Pourtant, elle le rendait fou de désir.
   Elle n'était pas le genre de femme qui attirait normalement son intérêt, et pourtant...
   Il était séduit par elle et son regard bleu cristal qui brillait d'une curiosité et d'une intelligence chaleureuse. Il avait envie de goûter ses lèvres pleines et humides, d'enfouir son visage dans le creux de sa gorge où il pourrait savourer son odeur.
   Dieux, comme il la désirait. C'était un besoin né d'un tel désespoir qu'il se demandait ce qui l'empêchait de la prendre dans ses bras en ce moment et de satisfaire sa curiosité.
   Il n'avait jamais été le genre d'homme à se refuser les plaisirs charnels - surtout pas quand la bête en lui était agitée. Et cette femme remuait cette partie mortelle de lui à un niveau dangereux.
   Sebastian n'était venu dans le musée que pour repérer les lieux pour ce soir et pour savoir où ils gardaient la tapisserie. Il n'avait pas cherché une femme avec qui passer sa nuit solitaire jusqu'à ce qu'il puisse rentrer chez lui où il serait... et bien, solitaire à nouveau.
   Cependant, il lui restait encore des heures avant de pouvoir partir. Des heures qu'il préférerait de loin passer à la regarder dans les yeux plutôt qu'à attendre dans sa chambre d'hôtel.
   "Voudriez-vous vous joindre à moi pour boire un verre ? Demanda-t-il.
   Elle eut l'air surprise par sa question. Mais il semblait avoir cet effet sur elle. Elle était nerveuse près de lui, un peu agitée, et il avait envie de la mettre à l'aise.
   -Je ne sors pas avec des hommes que je ne connais pas.
   -Comment pouvez-vous me connaître à moins que vous…
   -Vraiment, Mr. Kat…
   -Sébastien.
   Elle secoua la tête.
   -Vous êtes persévérant, n'est-ce pas ?
   Elle n'avait pas idée.
   Réprimant le prédateur en lui, Sebastian mit ses mains dans ses poches pour ne pas la tendre vers elle et lui faire peur.
   -J'ai peur que ce soit enraciné en moi. Quand je vois quelque chose que je veux, je le cherche.
   Elle arqua un sourcil et lui lança un regard suspect.
   -Pourquoi diable voudriez-vous me parler ?
   Il était consterné par sa question.
   -Ma dame, ne possédez-vous pas de miroir ?
   -Oui, mais il n'est pas enchanté." Elle se détourna de lui et partit.
   Se déplaçant à la vitesse incroyable de son espèce, Sebastian la stoppa.
   -Attendez, Channon," dit-il doucement. "J'ai peur d'avoir gâché ça. J'ai juste... " Il s'arrêta et essaya de penser à la meilleure façon de la garder avec lui pendant un moment, juste un peu plus longtemps.
   Elle regarda sa main, qui agrippait toujours son coude. Il la lâcha à contrecœur, même si chaque partie de son âme lui criait de la tenir à ses côtés, quelles qu'en soient les conséquences. C'était une femme avec ses propres opinions. Et la première loi de son peuple lui traversa l'esprit : rien ne vaut la peine d’avoir ce qu'une femme donne à moins qu'elle ne le donne de son plein gré.
   C'était la seule loi qu'il ne violerait jamais.
   "Vous quoi ?" Demanda-t-elle doucement.
   Sebastian prit une profonde inspiration alors qu'il combattait la partie animale en lui qui la voulait indépendamment de son droit ou de ses lois, la partie de lui qui grognait avec un besoin si féroce que cela lui faisait peur.
   Il força un charmant sourire sur ses lèvres.
   -Vous semblez être une personne très gentille, et vous êtes si peu nombreux dans ce monde que j'aimerais passer quelques minutes avec vous. Peut-être que cela pourrait déteindre.
   Channon rit malgré elle.
   -Ah," taquina-t-il, "vous pouvez sourire.
   -Je peux sourire.
   -Voulez-vous me rejoindre ? Il y a un restaurant dans le coin. On peut y aller à pied, à la vue du monde. Je promets que je ne mordrai pas à moins que vous ne me le demandiez.
   Channon fronça légèrement les sourcils face à lui et à son humour décalé. Qu'est-ce qui chez lui le rendait si irrésistible ? Ce n'était pas naturel.
   -Pour ça je ne sais pas.
   -Ecoutez, je vous promets que je ne suis pas psychotique. Excentrique et idiosyncratique, mais pas psychotique.
   Elle n'en était toujours pas complètement sûre.
   -Je parie que les prisons sont pleines d'hommes qui ont dit ça aux femmes.
   -Je ne ferais jamais de mal à une femme, et encore moins à vous.
   Il y avait une telle sincérité dans sa voix qu'elle le croyait. Plus convaincant encore, elle ne sentit aucun avertissement intérieur, aucune petite voix dans sa tête lui disant de courir.
   Au lieu de ça, elle était attirée par lui et ressentait une sorte de sérénité très particulière en sa présence, presque comme si elle était censée être avec lui.
   -Dans la rue ?
   -Oui." Il lui offrit son bras. "Allez. Je promets que je garderai mes crocs cachés et mon esprit pour moi

.
   Channon n'avait jamais rien fait de tel de sa vie. C'était une femme qui devait connaître un mec pendant longtemps avant même d'envisager un rendez-vous.
   Pourtant, elle se retrouva à enfiler son manteau et à placer sa main dans le creux de son bras, où elle sentit un muscle si tendu et bien formé qu'il lui envoya une secousse.
   En sentant ce bras, elle pouvait dire que son costume noir à la mode et son pardessus cachaient un corps incroyable.
   "Vous semblez si différent," dit-elle en la faisant sortir de la pièce. "Quelque chose à propos de vous est très ancien.
   Il ouvrit la porte vitrée qui menait au foyer du musée.
   -Ancien étant le mot clé.
   -Et pourtant vous êtes très moderne.
   -Un homme de la Renaissance piégé entre les cultures.
   -C'est ce que vous êtes ?
   Il lui jeta un regard amusé vers elle.
   -Honnêtement ?
   -Oui.
   -Je suis un tueur de dragon.
   Elle éclata de rire.
   Il se moqua gentiment.
   -Encore une fois, vous ne me croyez pas.
   -Disons simplement que ce n'est pas étonnant que vous ayez dit que vous vouliez voler la tapisserie. Je suppose qu'il n'y a pas grand chose à faire pour tuer une bête mythologique, surtout à notre époque.
   Ces yeux d'or verdâtre la taquinaient sans pitié.
   -Vous ne croyez pas aux dragons ?
   -Non bien sûr que non."
   Il lui lança un cri effaré.
   -Vous êtes tellement sceptique.
   -Je suis réaliste.
   Sebastian passa sa langue sur ses dents alors qu'un demi-sourire sournois courbait ses lèvres. Une femme réaliste qui ne croyait pas aux dragons mais étudiait les tapisseries de dragon et portait une chemise mal boutonnée. Il n'y avait sûrement pas d'autre âme comme elle à aucun moment ni lieu. Et elle faisait un effet des plus étranges sur son corps.
   Il était déjà dur pour elle, et ils se touchaient à peine. Sa prise sur son bras était légère et délicate, comme si elle était prête à le fuir à tout moment.
   C'était la dernière chose qu'il voulait, et c’est ça qui le surprit le plus.
   Reclus, il n'interagissait avec les autres que lorsque ses besoins physiques l'emportaient sur son désir de solitude. Même ces rencontres étaient brèves et limitées. Il emmenait ses amantes pour une nuit, s'assurant qu'elles étaient aussi bien rassasiées que lui, puis il retournait rapidement dans son monde solitaire.
   Il n'avait jamais traîné avec une conversation inutile. N'ai jamais vraiment voulu en savoir plus sur une femme que son nom et la façon dont elle aimait être touchée.
   Mais Channon était différente. Il aimait la cadence de sa voix et la façon dont ses yeux pétillaient quand elle parlait. Surtout, il aimait la façon dont son sourire éclairait tout son visage quand elle le regardait.
   Et le son de son rire... Il doutait que les anges du ciel puissent faire une mélodie plus précieuse.

 
   Sebastian ouvrit la porte du restaurant sombre et la tint pour elle pendant qu'elle entrait. Alors qu'elle passait devant lui, il laissa son regard parcourir l'arrière de son corps. Il se durcit encore plus.
   Ce qu'il ne donnerait pas pour qu'elle soit chaude et nue dans ses bras, pour qu'il puisse faire courir ses mains le long de ses courbes pleines, mordiller la chair de son cou et la tenir contre lui alors qu'il se glissait lentement au fond d'elle pendant qu'elle se tordait de plaisir sous ses mains.
   Sebastian se força à détourner le regard de Channon et à parler à l'hôtesse. Il envoya un ordre mental à la femme inconnue pour les faire asseoir dans un coin isolé. Il voulait de l'intimité avec Channon.
   Comment il aurait souhaité la rencontrer plus tôt. Il était dans cette ville maudite depuis plus d'une semaine, attendant l'opportunité de rentrer chez lui, où s’il n’avait pas le confort de la chaleur, il avait au moins le confort de la familiarité. Il avait passé ses nuits seul dans cette ville, rôdant dans les rues sans relâche alors qu'il attendait son heure.
   À l'aube, il devrait partir. Mais jusque-là, il avait l'intention de passer le plus de temps possible avec Channon, laissant sa compagnie atténuer sa solitude, soulager la douleur dans son cœur qui l'avait brûlé pendant la majeure partie de sa vie.
   Channon suivit l'hôtesse à travers le restaurant, mais pendant tout ce temps, elle était consciente de Sebastian derrière elle - consciente de son regard torride et prédateur sur son corps et de la façon dont il semblait vouloir la dévorer.
   Mais encore plus incroyable était le fait qu'elle voulait le dévorer. Aucun homme ne l'avait jamais fait se sentir autant une femme ni ne lui avait donné envie de passer des heures à explorer son corps avec ses mains et sa bouche.
   "Vous êtes de nouveau nerveuse," dit-il après qu'ils se soient assis dans un coin sombre à l'arrière du pub.
   Elle leva les yeux du menu pour apercevoir ces yeux d'or verdâtre qui lui rappelaient une bête sauvage.
   -Vous êtes incroyablement perspicace.
   Il inclina la tête vers elle.
   -J'ai été accusé de pire.
   -Je parie que oui," taquina-t-elle en retour. En effet, il avait la présence d'un hors-la-loi. Dangereux, sombre, séduisant. "Vous êtes vraiment un voleur ?
   -Définissez le terme voleur.
   Elle rit même si elle ne savait pas vraiment s'il plaisantait ou s'il était sérieux.
   -Alors dites-moi," dit-il alors que la serveuse apportait leurs boissons, "que faites-vous dans la vie, Shannon avec un C ?
   Elle remercia la serveuse pour son Coca, puis regarda Sebastian pour voir comment il allait gérer son métier. La plupart des hommes étaient un peu intimidés par son travail, même si elle n'avait jamais été en mesure de comprendre pourquoi.
   -Je suis professeure d'histoire à l'Université de Virginie.
   -Impressionnant," dit-il, son visage vraiment intéressé. "Dans quelles cultures et époques vous spécialisez-vous ?
   Elle était étonnée qu'il sache quelque chose sur son travail.
   -Surtout la Bretagne pré-normande.
   -Ah. Hwaet nous Gar-Dena dans gear-dagum peod-cyninga prym gefrunon, hu da aephelingas ellen fremedon.
   Channon était abasourdi par son vieil anglais. Il le parlait comme s'il y était né. Elle ne pouvait imaginer un homme si beau connaissant un sujet si cher à son cœur.
   Elle lui offrit la traduction.
   -Eh quoi ! Nous avons entendu parler de la valeur des rois qui gouvernèrent jadis les Danois des Lances et de l'héroïsme dont firent preuve ces princes !
   Il inclina la tête vers elle.
   -Vous connaissez bien Beowulf.
   -J'ai beaucoup étudié le vieil anglais, ce qui, compte tenu de mon travail, a du sens. Mais vous ne me semblez pas être historien.
   -Je ne le suis pas. Je suis plutôt une sorte de reconstitueur.
   Cela expliquait son apparence. Sa présence dans le musée et son air chevaleresque d'autorité avaient maintenant un sens pour elle.
   -Est-ce que votre étude du Moyen Âge porte sur ce que vous aviez au musée aujourd'hui ? Demanda-t-il.
   Elle acquiesça.
   -J'ai étudié la tapisserie pendant des années. Je veux être la personne qui découvre enfin le mystère derrière elle.
   -Que voudriez-vous savoir ?
   -Qui l'a fait et pourquoi ? D'où vient son histoire. D'ailleurs, j'aimerais savoir comment le musée l'a obtenu. Ils n'ont aucune trace du moment où ils l'ont acquis ou à qui il a été acheté.
   Ses réponses automatiques la surprirent
   -Ils l'ont acheté en 1926 à un collectionneur anonyme pour cinquante mille dollars. Quant au reste, il a été fabriqué par une femme nommée Antiphone dans la Grande-Bretagne du VIIe siècle. C'est l'histoire de son grand-père et de son frère et leur éternelle lutte entre le bien et le mal.
   Son regard était si sincère qu'elle pouvait presque le croire. D'une manière étrange, cela avait du sens, car la tapisserie n'avait pas de fin.
   Mais elle savait que ça ne pouvait pas être ça.
   -Antiphone, hein ?
   Il secoua la tête.
   -Vous ne croyez tout simplement pas ce que je te dis, n'est-ce pas ?
   -Eh bien, gentil monsieur," dit-elle avec espièglerie avec un faux accent anglais. "Ce n'est pas que je ne vous crois pas, mais en tant qu'historienne, je dois m'aligner sur les faits. Avez-vous une preuve pour cette Antiphone ou pour cette transaction ?
   -Oui, mais je doute que vous apprécieriez que je vous le montre.
   -Et pourquoi ?
   -Cela vous effraierait.
   Channon se rassit au fond de sa chaise, ne sachant pas comment le prendre. Elle ne savait pas vraiment quoi penser de l'homme assis en face d'elle. Il la mettait à bout de nerfs tout en l'attirant vers sa dangerosité. L'attirait contre toute raison.
   Ils restèrent silencieux pendant que leur nourriture était placée sur la table.
   Pendant qu'ils mangeaient, Channon l'étudia. La lueur des bougies dans le pub dansait dans ses yeux, les faisant briller comme ceux d'un chat. Ses mains étaient fortes et calleuses - les mains d'un homme qui avait l'habitude de travailler dur - mais il avait les airs d’être habitué à la richesse et au privilège, l'air d'un homme puissant qui faisait ses propres règles.
   C'était une énigme totale, une dichotomie ambulante qui la faisait se sentir à la fois en sécurité et menacée.
   "Dites-moi, Channon, dit-il soudainement, aimez-vous enseigner ?
   -Certains jours. Mais c'est la recherche que j'aime le plus. J'aime fouiller dans de vieux manuscrits et essayer de reconstituer le passé.
   Il eut un petit rire bref.
   -Sans vous offenser, mais cela semble incroyablement ennuyeux.
   -J'imagine que tuer des dragons est beaucoup plus orienté vers l'action.
   -Oui, ça l'est. Chaque instant est complètement imprévisible.
   Elle s'essuya la bouche en le regardant manger avec de parfaites manières européennes à table. Il était définitivement cultivé, mais il semblait étrangement barbare.
   -Alors, comment vous tuez un dragon ?
   -Avec une épée très tranchante.
   Elle secoua la tête.
   -Oui, mais est-ce que vous l'appelez ? Allez-vous le voir...?
   -Le moyen le plus simple est de se faufiler sur lui.
   -Et priez pour qu'il ne se réveille pas ?
   -Eh bien, ça rend les choses plus difficiles s'il le fait.
   Channon sourit. Elle était tellement attirée par son esprit contagieux. Surtout qu'il ne semblait pas remarquer les femmes autour d'eux qui le lorgnaient pendant qu'elles mangeaient. C'était comme s'il ne pouvait que la voir.
   En règle générale, elle fuyait tout ce truc homme-femme. Son dernier petit ami, un correspondant de Washington, l'avait bien éduquée sur chaque défaut personnel et physique qu'elle possédait. La dernière chose qu'elle recherchait était une autre relation dans laquelle elle n'était pas sur un pied d'égalité avec l'homme.
   Pour son prochain amour, elle voulait quelqu'un comme elle - une historienne au look moyen dont la vie tournait autour de la recherche. Deux petits pois confortables dans une cosse.
   Elle ne cherchait pas un inconnu chaud et mystérieux qui incendiait ses veines de désir.
   Channon, tu entends ce que tu dis! Tu es folle de ne pas vouloir cet homme !
   Peut-être. Mais des choses comme ça ne lui étaient jamais arrivées.
   "Vous savez," lui dit-elle, "je continue à avoir ce sentiment vraiment étrange que vous allez m'emmener quelque part et m'attacher nue pour que vos amis puissent venir se moquer de moi.
   Il arqua un sourcil en la regardant.
   -Cela vous arrive-t-il souvent ?
   -Non, jamais, mais cette nuit a tous les ingrédients pour un épisode de La Quatrième Dimension.
   -Je te promets qu’il n’y aura pas de voix off de Rod Serling. Tu es en sécurité avec moi.
   Et pour une raison qui n'avait absolument aucun sens, elle le croyait.
   
   Channon passa les quelques heures suivantes à dîner et à discuter de sa vie. Il était incroyablement facile de parler à Sebastian. Pire encore, il mettait le feu à ses hormones.
   Plus ils étaient ensemble et plus ils partageaient de rires, plus il semblait incroyable.
   Elle jeta un coup d'œil à sa montre et haleta.
   -Tu sais qu'il est presque minuit ?
   Il vérifia sa montre. Ils étaient passés au tutoiement au cours du dîner.
   -Je déteste couper court," dit-elle, plaçant sa serviette sur la table et faisant glisser sa chaise vers l'arrière, "mais je dois y aller ou je ne trouverai jamais un taxi.
   Il posa légèrement sa main sur son bras pour la garder à table.
   -Pourquoi ne me laisses-tu pas te reconduire chez toi ?
   Channon songea à protester, mais quelque chose en elle le refusait. Après la soirée qu'ils avaient passée ensemble, elle se sentait étrangement à l'aise avec lui. Il y avait une aura en lui qui était si réconfortante, si ouverte et accueillante.
   Il était comme un ami perdu depuis longtemps.
   "D'accord," dit-elle en se détendant.
   Il paya leur repas. Puis il l'aida à se relever, à enfiler son manteau et la conduisit hors du restaurant.

 
   Channon ne parla pas alors qu'ils se dirigeaient vers sa voiture dans la rue, mais elle sentit sa présence magnétique et masculine avec chaque cellule de son corps.
   Bien qu'elle ne soit pas par très sociable par nature, elle avait eu beaucoup de rendez-vous dans sa vie. Elle avait eu un certain nombre de petits amis et même un fiancé, mais aucun d'entre eux ne lui avait jamais fait ressentir la même chose que cet étranger.
   Comme s'il correspondait à une partie manquante de son âme.
   Ma fille, tu es folle.
   Elle devait l’être.
   Channon s'arrêta alors qu'ils approchaient de sa Lexus de sport grise.
   "Quelqu'un voyage avec style.
   Lui faisant un clin d'œil diabolique, Sebastian ouvrit la portière de la voiture.
   -Sinon, je deviendrais un dragon et je te ramènerais à la maison, mais quelque chose me dit que tu protesterais.
   -Sans aucun doute. J'imagine que les écailles me frotteraient aussi la peau.
   -Vrai. Sans oublier que j'ai appris une fois à mes dépens qu'ils appellent vraiment les militaires pour nous. Tu sais, les avions de combat sont difficiles à esquiver lorsque tu as une envergure de douze mètres." Il ferma sa portière et se dirigea vers son côté de la voiture.
   Elle rit encore, mais elle avait fait ça presque toute la nuit. Bon sang, elle aimait vraiment cet homme.
   Sebastian monta dans la voiture et sentit son corps trembler à l'instant où ils furent enfermés ensemble à l'intérieur. Son parfum féminin imprégnait sa tête. Elle était si proche de lui maintenant qu'il pouvait presque la sentir sur lui.
   Toute la nuit, il avait écouté le son doux de sa voix traînante du sud, regardé sa langue et ses lèvres bouger alors qu'il imaginait ce qu'ils ressentiraient en les ayant sur son corps, l'imaginait dans ses bras pendant qu'il lui faisait l'amour jusqu'à ce qu'elle crie de plaisir.
   Son attirance pour elle le stupéfia. Pourquoi devait-il ressentir cela maintenant, alors qu'il ne pouvait pas se permettre de rester à son époque et de l'explorer davantage ?
   Maudit Destins. Comme elles aimaient altérer la vie des mortels.
   Poussant cette idée hors de son esprit, il la conduisit à l'hôtel où elle résidait.
   "Tu ne vis pas ici ?" demanda-t-il en se garant dans le parking.
   -Je suis juste ici pour le week-end pour étudier la tapisserie." Elle déboucla sa ceinture de sécurité.
   Sebastian sortit et ouvrit sa porte, puis l'a raccompagna dans sa chambre.
   Channon hésita à la porte en levant les yeux vers lui et la chaleur brûlante dans ses yeux captivants. L'homme était si sexy et viril d’une manière des plus dangereuses.
   Elle se demanda si elle le reverrait un jour. Il n'avait pas demandé son numéro. Pas même son email.
   Mince.
   "Merci," dit-elle. "J'ai passé un très bon moment ce soir.
   -Moi aussi. Merci de m'avoir rejoint.
   Embrasse-moi. Les mots se précipitèrent dans son esprit sans qu’elle s'y attende. Elle voulait vraiment savoir ce que cet homme lui ferait ressentir s’il le faisait.
   À sa grande surprise, elle le découvrit alors qu'il la prenait dans ses bras et couvrait ses lèvres avec les siennes.

 
   Sebastian grogna en serrant ses mains contre son dos. Il la serra contre lui alors que chaque fibre de son corps le brûlait et avait envie de la posséder. Sa langue passa contre la sienne, le taquinant, le tourmentant.
   Elle frotta sa main contre la nuque de son cou, envoyant des frissons sur tout son corps, le rendant si dur pour elle qu'il palpita douloureusement. Il ferma les yeux pendant qu'il laissait tous ses sens l'expérimenter. Sa bouche avait un goût de miel et ses mains étaient douces et chaudes contre sa peau. Elle sentait la femme et les fleurs, et il était ravi d’entendre sa respiration irrégulière alors qu'elle répondait à sa passion avec la sienne.
   Prends-la. L'animal en lui remua avec un grondement féroce. Il claqua et griffa sa partie humaine, exigeant qu'il lui cède son humanité. Il la voulait.
   Il était presque impuissant face à cet assaut, et ses mains tremblaient alors qu’il se retenait avec force. Il grogna sous l'effort.
   Channon gémit en sentant la férocité de ses bras puissants verrouillés autour d'elle. Elle était si serrée contre sa poitrine qu'elle pouvait sentir son cœur battre contre ses seins.
   Son intensité l'entourait, la remplissait, la faisait brûler d'un besoin volcanique. Tout ce à quoi elle pouvait penser était de lui enlever ses vêtements et de voir si son corps était vraiment aussi spectaculaire qu'elle le devinait.
   Il la pressa contre sa porte, la plaquant contre elle alors qu'il approfondissait son baiser. Son parfum chaud et masculin emplit ses sens, la submergeant.
   Il l'embrassa depuis ses lèvres et le long de sa joue, puis il enfouit ses lèvres contre son cou.
   "Laisse-moi te faire l'amour, Channon," souffla-t-il à son oreille. "Je veux sentir ton corps chaud et doux contre le mien. Sentir ton souffle sur ma peau nue.
   Elle aurait dû être offensée par sa suggestion. Ils se connaissaient à peine. Pourtant, peu importe à quel point elle essayait de se dissiper, elle ne pouvait pas.
   Au fond d’elle, elle voulait la même chose.
   Contre toute logique - toute raison - elle avait besoin de lui au point d’en avoir mal.
   Jamais de sa vie elle n'avait rien fait de tel. Pas une fois. Pourtant, elle se retrouva à ouvrir la porte de sa chambre et à le laisser entrer.

 

 


Texte original © Sherrilyn Kenyon - 2002
Traduction © Dark-Hunter Francophone 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir