AVERTISSEMENT :
L’extrait suivant comme l’ensemble de ceux présents sur ce site internet, a été traduit par l’équipe de Dark-Hunter Francophone d’après le strict respect du texte original (dialogues et syntaxe). Toutefois nous ne sommes pas traductrices professionnelles, le sens d'une phrase peut nous avoir échappé. Si vous trouvez une faute ou une phrase mal construite, n'hésitez pas à nous le signaler par e-mail.


Dark-Hunter #29 - Shadow Fallen


   L'Angleterre médiévale...

   Dégoûté d’être toujours là et de ne pas encore avoir été relevé de son poste par son idiot de frère, Valteri regarda ses hommes s'entraîner dans la lice. Le bruit de l'acier qui se heurtait résonna dans ses oreilles, l’aspirant à laisser cet endroit loin derrière lui et à céder à l'appel familier de la bataille et de la guerre.
   Ce qu'il connaissait le mieux.
   Du sang. Les entrailles de ses ennemis au sol à ses pieds.
   Ça c’était sa maison.
   Pas ce pays rance qu'il détestait tant.
   La bataille était sa mère. C'était la seule chose qui l’ait jamais secouru.
   Mais pourrait-il partir?
   Non.
   Sois maudit, Will !
   Des mois s'étaient écoulés et il était toujours piégé ici. S'il s’en allait sans permission, Will le ferait traquer comme un chien. Et même s’il était fort, il ne pouvait pas combattre une armée entière sans aide.
   Alors il restait ici.
   Parce qu'il avait été assez stupide pour croire, le temps d’un battement de cœur, que cette famille comptait.
   Ce dont il aurait dû se souvenir, c'est qu'il n'y avait pas de pire sort pour quelqu'un comme lui, que la vie domestique.
   Personne ne pouvait mettre en cage un animal sauvage. La bête en lui salivait en songeant à la liberté. Elle grognait et hurlait de plus en plus avec chaque lever de soleil au point qu'il craignait de devenir fou de rage en étant retenu loin du seul confort qu'il connaissait.
   Même s’il avait mis en déroute les rebelles saxons comme il l’avait promis à son frère, et les avait envoyés à Londres, où ils avaient rencontré leur destin final sous la hache du bourreau, Guillaume refusait toujours de lui accorder un sursis.
   À cet instant, il aurait aimé être celui qui avait perdu la tête.
   Au lieu de ça, Valteri perdait la raison. Petit à petit. Jour après jour. D'autant plus qu'il n'y avait plus de rebelles à chasser maintenant. Pas de boucs émissaires pour évacuer sa fureur.
   Le peu qui restait se cachait de sa colère et de son épée, et depuis quelques semaines, la paix régnait dans la vallée de Ravenswood.
   Putain de merde.
   Valteri méprisait la paix avec tout ce que cela apportait. Le temps libre que cela apportait… le temps pour réfléchir.
   Se souvenir d'une vie qui lui avait reproché chacun de ses souffles.
   Comme si vivre, en soi, ne suffisait pas. Contrairement aux hommes et aux femmes qui l'entouraient, il n'avait aucun but dans ce monde.
   Autre que de mettre tous ceux qu’il rencontrait mal à l'aise, et remplir leur cœur de haine envers lui juste parce qu’il avait le tort d’exister.
   Personne ne pouvait le regarder longtemps sans grincer des dents ni l'insulter. À l'exception des champs de bataille, il n'était pas accueilli partout où il allait.
   En fait, un lépreux était traité avec plus d'humanité. Au moins avec eux, ils avaient pitié.
   Il était un rejeton de l’enfer. Indigne de tout sauf de leur mépris au pire, et au mieux ils l'évitaient.
   Pour l'amour de Dieu, Will, laisse-moi partir. Il avait besoin de trouver une autre guerre avec laquelle s'occuper afin qu'il n'ait pas le temps de réfléchir, mais William refusait fermement de le libérer de ses devoirs.
   Espèce de bâtard.
   "Milord ?
   Valteri se détourna de ses hommes pour voir son écuyer courir vers lui. À peine assez grand pour atteindre son épaule, le jeune homme aux cheveux noirs était assez blond pour faire rire plusieurs servants quand il les croisait. Heureusement pour lui et encore plus pour Wace, le garçon n'avait aucune idée que le beau sexe le trouvait si attrayant.
   Pourtant...
   Il avait pitié pour ce pauvre imbécile le jour où Wace se rendrait compte qu'elles l'observaient avec un tel intérêt.
   Trop tôt, une jeune fille essaierait sans aucun doute de piéger le garçon avec ses ruses. Alors sa vie serait un enfer encore plus grand qu’elle ne l’était lorsque Valteri l’avait trouvé.
   À bout de souffle, Wace arriva à ses côtés. Le rougissement de l'exubérance juvénile couvrit ses joues, les marbrant d'un rose vif qui rendait ses yeux bleus encore plus brillants.
   Valteri ne se souvenait pas de l’avoir jamais vu aussi excité par quoi que ce soit.
   Pas même sa première bataille.
   Bien sûr, il priait tout le temps pour qu’un coup fatal mette fin à cet enfer misérable connu sous le nom de vie.
   Heureusement pour lui, il n’avait pas seulement survécu à l’épreuve, il avait été l’un des héros du jour. Loué pour le fait qu'il se soit battu courageusement tandis que les autres qui voulaient vivre s'étaient enfuis, essayant de sauver leurs maigres peaux.
   Quelle ironie.
   Soupirant, il regarda son écuyer qui soufflait.
   "La cuisine est en feu ?
   Essoufflé, son écuyer se pencha et souffla durement. Il fallut plusieurs respirations profondes avant que Wace puisse enfin répondre.
   -Les hommes que vous avez envoyés en reconnaissance sont revenus. Ils ont trouvé une femme dans un champ.
   Et alors ? C'était l'Angleterre. Une bergère avec son troupeau était aussi commune que le ciel terne et gris. Personne ne pouvait passer un champ nulle part sur cette misérable île, sans qu’ils ne repèrent pas une douzaine de ces créatures. Pourquoi cela justifierait un écuyer au galop et essoufflé, il ne pouvait pas l’imaginer.
   Confus, Valteri se renfrogna.
   -Et une fille te fait haleter à…
   -Non, milord. Ce n'est pas une fille, mais une dame !
   Son froncement de sourcils s'approfondit. C'était une histoire différente. Il ne pouvait pas imaginer une dame souiller ses précieuses chaussures avec de la bouse de vache.
   -D'où vient-elle ?
   -Ils ne savent pas, milord. C'est pourquoi ils m'ont envoyé vous chercher.
   Quelle nouvelle folie était-ce ?
   Pourquoi le déranger pour une femme ? Même noble ?
   Il soupira lourdement d’exaspération.
   Par les orteils velus de Judas. Ses hommes devenaient de plus en plus incompétents chaque jour.
   Il avait raison. La paix privait un guerrier de tout bon sens.
   Irrité par cette interruption, Valteri serra les dents et regarda son écuyer qui n'avait jamais eu peur de lui pour une raison insensée.
   Des imbéciles, tous. Ne pouvaient-ils même pas s'occuper d'une simple femme perdue sans sa supervision directe ? Sérieusement ? Avaient-ils vraiment peur de lui ?
   Avec un grognement de gorge, il se dirigea vers la salle avec Wace le suivant comme un chiot dévoué.
   Et en marchant, il ne pouvait s’empêcher de se demander comment son frère avait réussi à conquérir l’Angleterre avec les imbéciles qui combattaient dans son armée. Ils pouvaient certainement rendre une simple femme de chambre à sa famille sans le déranger.
   Était-ce vraiment trop demander ?
   Après tout, s'occuper du beau sexe n'était pas quelque chose avec lequel il avait beaucoup d'expérience ou de tolérance. La dernière chose qu'il voulait était de l'entendre hurler quand elle poserait les yeux sur lui. Se signer comme une religieuse effrénée face au diable.
   Le condamnant pour sa naissance, elle le maudirait autant qu'eux.
   Ces misérables qu'il croisait sur le chemin vers la salle étaient déjà assez mauvais, mais au moins ils ne pouvaient pas le regarder directement car ils craignaient d'être battus pour ça, étant donné qu'ils étaient des serviteurs et lui leur "noble" seigneur né.
   Comme s’il leur avait déjà fait quelque chose à eux ou à quiconque. Mais leur cruauté envers des gens comme lui était suffisante pour qu’ils sachent ce qu’ils méritaient, alors ils craignaient ses représailles maintenant qu’il était adulte et assez grand pour leur rendre ce qu’ils lui avaient si méchamment donné quand il était un garçon sans défense.
   Ce qui signifiait que ces créatures retenaient leurs insultes et détalaient comme des cafards à son approche. Et ils attendaient qu'il les ait dépassés avant qu'ils de commencer à se signer et à chuchoter leurs rumeurs sur ses origines diaboliques.
   Les femmes nobles n’avaient jamais été aussi gentilles et n’avaient pas autant de retenues.
   Non, elles l'insultaient en face.
   Il n’en avait jamais une qu’il ne voulait pas assassiner là où elle se tenait. Il était certain que celle-ci ne serait pas différente.
   Bouillant de rage, Valteri poussa la lourde porte en bois de la salle et rencontra l'odeur nauséabonde du pain cuit au four. Sa lèvre se recourba de dégoût, il sentit son estomac piquer à cette puanteur. Comme il détestait les manoirs et les châteaux, et tout ce qu'ils impliquaient. Il avait passé trop d'années de sa vie dans des endroits comme celui-ci, écoutant les échos de rumeurs nauséabondes qui résonnaient sur les murs blanchis à la chaux.
   Il voulait sortir de cet endroit maudit ! C'était un guerrier, pas un seigneur. Et peu importe ce que pensait Guillaume, il ne serait jamais apprivoisé ou bridé.
   Alors que Valteri s'approchait du groupe d'hommes rassemblés au centre de la salle, ils reculèrent de peur à son approche, lui rappelant un groupe de pies criardes.
   Jusqu'à ce qu'il aperçoive la dame allongée au milieu d'eux.
   Sa colère se dissipa instantanément.
   Pour la première fois depuis des années, Valteri hésita. Un tissu rouge foncé étreignait le corps voluptueux de la femme, se répandant sur le sol comme une flaque de sang alors que la lumière du soleil éclairait ses traits et les mettait en valeur. Ses cheveux de lin reposaient sur une partie de la cotardie, sa pâleur contrastait avec la richesse de la robe. Jamais auparavant il n'avait vu une cotardie, ni des cheveux de la couleur des siens. Ils étaient si ardents qu'ils semblaient être des entités vivantes à part entière.
   Une croix dorée gisait au creux de sa gorge, palpitant à chaque battement de son cœur. Sa forme brillait dans le soleil mourant qui illuminait encore la pièce.
   Ses mains soudain moites, Valteri se demanda pourquoi son cœur battait la chamade. Il était loin de l'époque où il était puéril, pourtant c'était ce qu'il ressentait en la regardant. Il y avait quelque chose en elle qui semblait éthéré. Intouchable. Comme la première fois où il avait été seul avec une femme.
   Il était aussi nerveux maintenant qu'il l'était quand il avait payé pour son premier baiser. Et ça l’exaspérait vraiment.
   Quel genre d'imbécile je suis ?
   Certes, cela faisait plus de cinq ans ou plus qu’il n’avait pas vu une noble femme… Il ne devrait pas être aussi nerveux.
   Tu n’as pas l’habitude de voir une femme qui n’est pas embourbée dans la merde de cochon et vêtue de haillons.
   Oui, ce n'était rien de plus.
   Voulant le prouver, il tendit la main et tourna doucement son visage vers lui.
   La vue de ses traits le frappa comme un coup de poing. Elle était magnifique. Sans défaut. Et il connaissait chaque ligne de ces pommettes hautes et de cette peau d'albâtre.
   C'était le visage qui le hantait dans ses rêves.
   Haletant, il recula d'un pas, la libérant. Pour une fois, il ressentit le besoin de se signer et il ne croyait pourtant pas à une telle stupidité.
  Comment se pouvait-il ?
   De la sueur perla sur son front. Aurait-il pu la conjurer ? Était-ce un jeu de lumière ?
   Un petit hoquet s'échappa de ses lèvres alors que sa poitrine se soulevait en prenant une profonde inspiration. Ses hommes reculèrent d’un bloc, certains se signant comme s'ils la craignaient autant qu'ils le craignaient.
   Cela brisa finalement son brouillard mental.
   Imbéciles superstitieux !
   Reprenant le contrôle de lui-même et étouffant son choc initial, Valteri se moqua de leur réaction ridicule.
   Et de la sienne. C'était une femme.
   Pure et simple.
   Rien de plus. Rien de moins. Comment elle avait infiltré ses rêves, il ne le savait pas, mais il refusait de croire un instant qu'elle avait plus de pouvoir surnaturel que lui.
   En effet, trop d'années avec des personnes se signant chaque fois qu'elles le regardaient l'avaient laissé sceptique quant à la présence de démons et de sorcières. Sorciers et elfes, et autres absurdités.
   Il ne croyait à rien d'autre qu'à son propre bras d'épée.
   S'il y avait jamais eu un Dieu, Il l'avait abandonné depuis longtemps. Et donc Valteri avait choisi de lui rendre la pareille.
   Ses longs cils sombres s'ouvrirent, dévoilant une belle paire d'yeux d'un bleu profond. Oui, la jeune fille était la plus adorable que toutes celles qu’il avait jamais vues, et il pouvait imaginer à quel point son seigneur devait être en colère après sa perte. Il n’y avait aucun doute qu’il devait la chercher partout désespérément.
   Un froncement de sourcils plissa son front et elle s'assit, se frottant le front comme si une douleur battait à l'intérieur de son crâne.
   "Où suis-je ?
   Son corps enflammé par le son de sa voix riche parlant un français normand parfait, Valteri la dévisagea. Comment une normande s'était-elle retrouvée bloquée au milieu des terres saxonnes ?
   Et elle était sans aucun doute une dame. Sa tenue et ses manières ne pourraient jamais appartenir à une serf ou à une marchande.
   -Vous êtes au château de Ravenswood, Milady." Il attendit qu'elle le regarde et se recroqueville de terreur. C'était ce que tout le monde faisait la première fois qu'ils voyaient ses yeux dépareillés.
   La plupart reculait d'horreur. Certains avaient levé la main pour se protéger, comme s’il était terrifié à l’idée que son regard sur eux les marquait pour le diable ou les ferait exploser en flammes.
   D'autres lui avaient craché dessus. L’avait insulté lui et ses parents. Vraiment, il ne pouvait pas répertorier tous les abus qu’il avait subis dans sa vie pour un simple accident de naissance.
   Mais au lieu de ça, elle se tourna vers lui et rencontra son regard sans broncher.
   "Est-ce que je connais cet endroit ?
    C'était à son tour de froncer les sourcils.
   -Vous ne savez pas qui vous êtes ?
   -Toujours. Je suis Ariel.
   -Alors pourquoi avez-vous demandé…
   -Mais, je ne me souviens de rien d'autre." À sa grande surprise, la terreur dans ses yeux ne fut pas dirigée vers lui, mais vers une certaine agitation intérieure alors qu'elle regardait autour d’elle, puis vers le sol. "Il y avait une ombre…" Elle leva les yeux vers lui avec un regard triste et vulnérable, et une vague protectrice chassa toutes les couches de dureté qu'il avait érigées autour de son cœur. "Une ombre malodorante…
   Irrité par la sensation inattendue, Valteri fit un autre pas en arrière, incertain de lui-même.
   Pire ? Il voulait la toucher.
   Rien de bon ne pouvait découler de ça. Une femme comme celle-ci avait sans doute un seigneur qui la cherchait. Elle appartenait à son mari, c'était sa propriété la plus précieuse.
   Compte tenu de la malédiction qui lui avait été infligée à sa naissance, il savait qu'il valait mieux ne pas lui tendre la main. On ne savait pas ce que ferait son seigneur s'il osait un tel affront.
   Non, il devait retrouver son mari et la faire sortir d'ici, en toute hâte.
   "Est-ce ma maison ? Êtes-vous mon mari ?" Lui chuchota-t-elle.
   Cette question inattendue le traversa comme une lance. Pendant un moment, Valteri souhaita pouvoir répondre oui.
   Et c’était quelque chose d’étrange. Jamais dans toute sa vie il n'avait voulu un quelconque attachement. Il ne pouvait même pas imaginer pourquoi il pensait en vouloir un maintenant.
   -Non, milady. Vous avez été trouvée dans un champ.
   Une tristesse plus confuse encore assombrit ses yeux, et il se demanda quels souvenirs la tourmentaient.
   Non que cela importait. Elle ne se souciait pas de lui et il devait s'assurer que cela restait ainsi.
   Valteri se tourna, appelant l'une des servantes qui regardait dans l'ombre.
   -Emmenez la dame dans ma chambre et répondez à ses besoins." Il parla en anglais pour qu'elle puisse les comprendre.
   La vieille femme hocha la tête et se déplaça pour aider Ariel à se lever.
   Ariel regarda la femme. Comme un chat, elle siffla et s'éloigna d'elle.
   Valteri eut à peine le temps de réagir avant de quitter le banc et de l'attraper par la taille. Avant qu'il ne puisse réagir, elle sortit son épée du fourreau qu’il portait à la taille et recula.
   Plus choquant encore, elle poursuivit la vieille femme.
   Personne n'avait jamais osé le toucher, même pas quand il était enfant. C'était assez surprenant. Mais ce qui le bouleversait vraiment, c'est l'habileté dont elle faisait preuve en se jetant sur la vieille avec une intention mortelle.
   Il eut à peine le temps de la désarmer avant qu'elle ne tranche la vieille femme en deux.
   -Qu'est-ce qui ne va pas chez vous, Milady ?
   Les narines dilatées, elle essaya de prendre l'épée de sa main.
   -Elle me fait du mal !
   Son corps entier tremblait et sous sa fureur, il y vit une terreur absolue. Elle croyait en ce qu'elle lui disait.
   À sa grande surprise, elle prit son bras dans ses mains alors qu'il continuait à tenir son épée loin d'elle.
   -S'il vous plaît, vous devez écouter. Elle est morte !
   Il n’avait jamais vu une femme le toucher de cette manière et il trouvait cela profondément dérangeant.
   -Pourquoi vous fait-elle peur ?" Il regarda par-dessus sa tête pâle vers le visage de la vieille femme qui paraissait tout aussi déconcertée que lui.
   Et encore…
   Il ne serait pas si prompt à juger. Pas après tout ce qu’il avait vu et vécu dans sa vie. Il ne connaissait que trop bien la double nature des gens. Comment ils pouvaient être aimants et gentils avec ceux qui les entouraient, puis s'en prendre sans pitié à des enfants innocents.
   Des enfants comme lui.
   Des garçons bienveillants comme Wace, qui n’avaient jamais rien fait à part essayer de leur plaire.
   Des femmes comme la dame à côté de lui.
   Sans aucune raison.
   C'était suffisant pour conduire n'importe qui vers la violence.
   N'importe qui vers la folie.
   Il y avait eu un temps où il avait été un enfant innocent qui ne voulait rien de plus que l’amour d’une mère. Un garçon qui n'avait voulu que la paix.
   Tout ce qu’il avait reçu était la douleur et la condamnation. Jusqu'à ce qu'il apprenne à frapper le premier coup et à se protéger de leur cruauté.
   Non, il ne jugerait pas cette femme. Pas avant de connaître tous les faits.
   "Je ne me souviens peut-être rien sur moi, mais je me souviens d'elle ! Elle veut que je meure !
   La vieille femme paraissait si étrangement calme et innocente qu'elle déclenchait quelque chose chez lui. Comment pouvait-elle rester aussi calme face à l’attaque vicieuse qu’elle avait failli subir ?
   Cela lui en disait beaucoup car il avait vu des monstres comme cette vieille femme dans son passé. Du genre qui s’attaquaient aux autres et jouaient ensuite la victime innocente après avoir poussé leur cible trop loin.
   -Non, seigneur, je prie pour la miséricorde. Je ne ferais jamais de mal à sa dame." La vieille parlait en anglais, lui faisant savoir qu’elle avait appris suffisamment le français pour le comprendre, mais sans y répondre.
   Ariel se raidit.
   -Il n’y a rien de mal dans mon esprit ! Je ne peux pas expliquer mes sentiments. Mais je sais qu'elle me fait du mal. Je sais cela !
   -Je ne pourrais jamais nuire à un ange aussi beau.
   Ariel se renfrogna.
   -Ange," murmura-t-elle. Elle leva les yeux vers lui et toute l'agonie dans ses yeux le déchira. "Il y a quelque chose…" Sa voix s'éteignit et ses yeux brillèrent comme si elle retournait dans son passé.
   -C'est bon." Valteri rengaina son épée. "J'ai vu plusieurs hommes tomber pendant une bataille après avoir reçu un coup à la tête. Souvent, ils perdent la raison pendant un bref moment, mais cela revient toujours.
   La dame avait probablement fait une chute de cheval. Ou peut-être, quelqu'un la poursuivait. Cela expliquerait pourquoi elle n'avait ni escorte ni monture.
   Quand elle était tombée, elle avait dû se cogner la tête et ébranler ses sens.
   Il regarda la vieille femme, le regard sévère.
   -Jusqu'à ce que Milady se souvienne de qui elle est, je veux que vous restiez loin d'elle.
   La vieille hocha la tête.
   Valteri se tourna vers Ariel et lui tendit la main pour qu'elle la prenne.
   -Venez, milady, je vais vous montrer votre chambre."

 

 


Texte original © Sherrilyn Kenyon - 2020
Traduction © Dark-Hunter Francophone

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir