AVERTISSEMENT :
L’extrait suivant comme l’ensemble de ceux présents sur ce site internet, a été traduit par l’équipe de Dark-Hunter Francophone d’après le strict respect du texte original. 

Toutefois nous ne sommes pas traductrices professionnelles, le sens d'une phrase peut nous avoir échappé. Si vous trouvez une faute ou une phrase mal construite, n'hésitez pas à nous le signaler par e-mail.


Dark-Hunter #6,5 - Winter Born


 

[...]
   Dante sortit de la zone des vendeurs, en direction de l'escalator. Il l'avait à peine atteint lorsqu'il sentit à nouveau la panthère. Il se tourna brusquement vers la gauche, s'attendant à la voir.
   Elle n'était pas là.
   Pourtant, il était dur pour elle. Prêt. L'animal à l'intérieur grognait pour avoir un avant-goût de son corps.
   Il monta l'escalator pour échapper à l'odeur.
   Elle semblait devenir plus forte.
   La tête basse, il scruta attentivement la foule, mais aucun des siens n'était là.
   Fermant les yeux, il renifla l'air. Son parfum était maintenant subtil. Et c'était…
   Il se retourna.
   Il n'y avait pas de femme là-bas, seulement Roméo, et il puait la panthère femelle. Dante ne put s'empêcher de renifler Roméo, qui le repoussa immédiatement.
   "Mec, tu me dégoûtes quand tu fais ça. Et ne le fais pas en public. Quelqu'un pourrait se faire une mauvaise idée de nous.
   Il ignora le ton de réprimande de son frère. "Où est-elle ?" Demanda Dante.
   -Hors de portée.
   Son parfum l'envahit, encore plus fort qu'avant. Son corps était à vif. Pris d’un besoin nécessaire. Chaque partie de lui avait envie d'elle.
   Et il ne lui fallait pas non plus cette réponse.
   "Où ?" grogna-t-il.
   Roméo secoua la tête.
   Mais il n'avait pas besoin de le dire. Chaque hormone de son corps la sentait. Contre sa volonté, Dante décolla en courant alors qu'il traversait la foule en direction de l'ascenseur.
   Sans réfléchir, il passa du hall au seizième étage.
   L'odeur était encore plus forte ici.
   Plus désirable
   Plus intense.
   Dante se fraya un chemin dans le couloir jusqu'à ce qu'il trouve sa porte. Il ne pouvait plus respirer alors que son odeur emplissait tout son être. Appuyant sa tête contre le bois, il ferma les yeux et lutta contre l'envie soudaine de pousser la porte.
   Cela lui ferait probablement peur, et en plus, il ne voulait pas avoir de public pour ce qu'il avait l'intention de faire avec elle.
   Il frappa à la porte d’un poing fermé et attendit qu'une petite et minuscule brune l'ouvre. Elle avait de grands yeux lavande et de longs cheveux enroulés autour d'un visage ovale.
   La respiration haletante, il la regarda fixement, la voulant avec chaque fibre de son corps.
   Mais malgré tout son appétit  sexuel, il savait que c’était maintenant à elle de bouger...
 

 CHAPITRE 2 

   Pandora retint son souffle alors qu'elle fixait la grande panthère sexy à sa porte. Il incarnait tout ce qui était primal et masculin. Ses mains étaient accrochées de chaque côté du cadre alors qu'il la regardait avec une intensité si crue qu'elle la secoua. La puissance masculine et la grâce mortelle saignaient de chaque pore de son corps magnifique.
   Il avait de longs cheveux noirs tirés en arrière en queue de cheval. Ses yeux étaient d'un bleu clair qui semblait presque incolore contre sa peau bronzée et ses longs cils de minuit. Son visage était élégamment sculpté et avait pourtant une qualité robuste qui l'empêchait d'être joli.
   Il était vêtu d'un jean noir et d'une chemise de poète noire. Il y avait quelque chose d'intemporel et d'ancien chez lui. Quelque chose qui l'a touchait et mettait le feu à tout son corps.
   Sans son invitation, il entra dans la pièce et pencha la tête pour pouvoir frotter son visage contre ses cheveux.
   Pandora haleta alors que cette simple action lui envoyait des frissons. Son souffle brûlait sa peau extra-sensible, qui ne voulait être touchée que par lui. Ses seins se durcirent dans l'attente de ce qui allait arriver.
   "Gataki". Il murmura le mot grec pour "chaton" en prenant une profonde inspiration dans ses cheveux.
   La moitié humaine en elle voulait l'éloigner d'elle. La partie animale refusait. Elle ne voulait que le câliner. Arracher ses vêtements et savoir une fois pour toutes ce que ce serait d'avoir des relations sexuelles avec un homme.
   La porte de sa chambre se referma toute seule.
   Pandora tourna autour de lui, frottant son corps contre le sien alors qu'elle luttait contre l'envie de crier de plaisir.
   "M'acceptes-tu ?" Demanda-t-il de manière rhétorique. C'était techniquement la femme qui choisissait son amant, mais quand une femme était aussi sexuellement consciente du mâle, il n'y avait vraiment aucune issue.
   Tout ce que Pandora pouvait faire, c'était hocher la tête. Son corps ne lui permettrait jamais de le nier. Il était trop viril. Trop désirable.
   Trop de ce dont elle avait besoin.

[...]

 


Texte original © Sherrilyn Kenyon
Traduction © Dark-Hunter Francophone

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir