AVERTISSEMENT :
L’extrait suivant comme l’ensemble de ceux présents sur ce site internet, a été traduit par l’équipe de Dark-Hunter Francophone d’après le strict respect du texte original. 
Toutefois nous ne sommes pas traductrices professionnelles, le sens d'une phrase peut nous avoir échapper. Si vous trouvez une faute ou une phrase mal construite, n'hésitez pas à nous le signaler par e-mail.


Dark-Hunter #23 - Styxx


31 octobre 9529 avant Jésus-Christ

 


[...]
   Ce jour-là pour la première fois il était assez fort pour quitter son lit sans assistance. Et il alla voir directement son frère.

    Styxx jura silencieusement quand il entra dans la chambre. Suivant les "tendres" ordres de leur père, Acheron était attaché par les quatre membres au lit de Ryssa. Il semblait aussi pâle et faible que Styxx l’était.
    Respirant lentement et doucement pour ne pas perdre conscience, Styxx traversa la pièce pas à pas jusqu’à se tenir près de son frère.
    Acheron lui lança un regard sombre mais ne dit rien.
    Styxx ne pouvait pas lui en vouloir. Les mots lui manquaient à lui aussi. Qu’est-ce que deux frères se disaient après que tout ait été fait pour les séparer ? Après tous les cauchemars qu’ils avaient vécus ensemble et séparément ?
    Mais la seule chose qui le frappa fut la peau d’Acheron qui ne portait aucune cicatrice. A l’exception des marques  d’esclave sur ses paumes, son corps, à la différence de celui de Styxx, était intact. Il n’y avait aucune trace des abus qu’il savait que son frère avait vécu. Pas même une cicatrice de combat.
    Le regard d’argent tourbillonnant d’Acheron le brulait.
    "Je te hais, sale morveux. 
    -Je sais, souffla Styxx, regardant ailleurs.
    -Pourquoi tu ne m’as-tu pas laissé mourir ?
Styxx rit amèrement à son accusation.
    -J’ai essayé, crois-moi, je n’ai rien fait pour sauver l’un de nous. 
    -Menteur ! Ce n’est pas juste que tu puisses vivre dans le confort tandis que je vis en enfer ! Pourquoi toi ? Qu’est ce que tu as fait de mieux que moi ? Une putain de paire d’yeux que je veux arracher !
    Les pensées remplies de colère d’Acheron lui martelaient l’esprit et le cœur.
    -Ma vie n’a pas été facile, non plus, tu sais. 
    -Oh pardonnez-moi,  votre Altesse. Est-ce que le cuisinier a fait brûler votre pain grillé ce matin ? Ou est-ce que l’eau de votre bain était trop froide ? Est-ce que votre valet a oublié de vous laisser les bons vêtements ?
    Styxx se raidit sous l’effet de sa propre colère qui s’embrasait tandis que son frère banalisait sa vie et les problèmes qu’il avait. Acheron était juste comme les autres. Faisant des suppositions fondées  sur rien d’autre que des stupidités.
    -Comment oses-tu te moquer de mes souffrances ? Mais pour toi, mon père…
    Styxx s’arrêta juste avant qu’il n’admette une vérité qui le blessait au plus profond de ses entrailles.
    - Ton père quoi ?
    J’aurais voulu qu’il m’aime.
    Au lieu de ça, par la faute d’Acheron, le roi avait toujours été suspicieux et froid. Jamais tout à fait sûr que Styxx soit de lui. Alors que leur père adorait follement Ryssa, il gardait toujours un soupçon de réserve dans ses yeux quand il regardait Styxx.
    Et il gardait toujours une réserve dans son cœur chaque fois qu’ils étaient seuls.
    -Tu es celui qui nous a trahit, Acheron, pas moi.     
    -Et je pense que j’ai assez payé pour ça. Après tout, je suis celui qui est attaché nu à un lit et tu es celui qui est enveloppé dans une chlamyde ornée d’or. Tu es le seul devant qui tout le monde s’incline et cherche à répondre à tous tes caprices.
    Oui, c’était tellement sa vie…
    A aucun moment.
    Styxx secoua la tête. Non, ils avaient tous les deux payé pour ça. Chèrement. Mais Acheron ne voudrait jamais croire la vérité, pas plus que Ryssa ne l’avait fait et Ryssa s’était rendue témoin de certains faits. Pourtant, elle avait à l’esprit qu’il était le favori de leur père.
    Les gens se font leur propre réalité. C’est ce que lui avait enseigné Praxis plusieurs années auparavant : "Une centaine de personne peut assister au même évènement et en donner deux-cents-trois compte-rendu différents. Tout est filtré à travers nos émotions, Jeune Prince. En tant que Roi, votre travail sera d’écouter les deux versions de chaque chose et d’essayer de trouver la vérité qui se situe quelque part entre les deux versions opposées".
    Styxx avait vu la vérité à l’époque alors qu’il était assis avec son père à écouter les plaintes des nobles et citoyens aux procès des uns contre les autres. Les gestes les plus futiles étaient mal interprétés…
    Le ton de la voix.
    Tout cela pouvait conduire à la guerre.
    Même entre frères.
    Non, surtout entre frères.

[...]


Texte original © Sherrilyn Kenyon - 2013
Traduction © Dark-Hunter Francophone 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir