AVERTISSEMENT :
L’extrait suivant comme l’ensemble de ceux présents sur ce site internet, a été traduit par l’équipe de Dark-Hunter Francophone d’après le strict respect du texte original (dialogues et syntaxe). Le texte que vous retrouverez ci-dessous n'est donc pas forcément celui que vous trouverez dans l'édition française.

Toutefois nous ne sommes pas traductrices professionnelles, le sens d'une phrase peut nous avoir échappé. Si vous trouvez une faute ou une phrase mal construite, n'hésitez pas à nous le signaler par e-mail.


Les MacAllister #4 - Le Highlander apprivoisé


Chapitre 3   

 

   [...]   

   "C’est un petit village où nous pourrons manger un repas chaud et où nous pourrons dormir confortablement."
   Le soulagement éclaira ses doux yeux ambrés. "Combien de temps cela nous prendra-t-il pour l'atteindre ?
   "Une heure, peut-être un peu plus longtemps.
   -Est-ce un grand village ? Je n'ai jamais entendu parler de Lenalor auparavant. Qu'allons-nous y trouver ? "
   Ewan passa sa main dans ses cheveux alors qu'elle recommençait à lui poser des questions. La dame était toujours curieuse et jamais silencieuse.
   "Vous ne me répondez plus, n'est-ce pas ?", Demanda t’elle après quelques minutes.
   "Vous posez trop de questions. Je peux à peine reprendre mon souffle pour répondre à l’une avant que vous ne m’agressiez avec trois autres.
   -Alors je vais les poser plus lentement.
   -Je ne préfère pas.
   -Pourquoi ?
   -Parce qu'alors je me sentirais obligé d’y répondre."
   À sa grande surprise, elle rit. C'était un son doux, ni aigu ni ridicule. C'était plutôt profond et agréable.
   "Pauvre Ewan, déjà contrarié par les paroles simples d'une femme de chambre. Mon père dit souvent que s'il pouvait exploiter l'énergie sans faille de ma bouche et la donner à ses troupes, il n'aurait jamais à s'inquiéter de la défaite d'une armée au combat. Il dit qu'une heure de bavardage empêcherait une armée de se battre pendant au moins trois ou quatre jours. "
Ewan la regarda par-dessus son épaule. "Ce sont des mots durs.
   -Non, pas du tout. Mon père m'aime et je le sais bien. Je parle trop. C’est un défaut que j’ai eu toute ma vie. Ma mère prétend que c'est parce que je n'avais pas d'autre frère et comme elle voulait avoir une grande famille, le bon Dieu m'a donnée à elle. Je suis peut-être célibataire, mais je fais autant de bruit qu’une dizaine de personnes. "
   Ewan renifla en l'entendant.
   "C'était un rire ?
   -Nay, c'était un bruit d'assentiment.
   -Mmm," dit-elle en le fixant. "Vous savez, je pense que ce doit être la raison pour laquelle vous êtes silencieux.
   -Que voulez-vous dire ?
   -Vous avez tellement de frères, j'imagine qu'il était assez difficile pour vous d'être entendu par-dessus eux.
   -Croyez-moi, je peux me faire entendre si besoin est."
   Elle vint chevaucher à ses côtés. "Je ne sais pas", dit-elle. "Votre voix est si profonde que je doute que vous puissiez en tirer beaucoup en guise de cri.
   Nora abaissa sa voix jusqu’à un ton grave qui lui envoya un étrange frisson le long de sa colonne vertébrale. "Voyez comme c'est beaucoup trop profond quand je parle comme ça." Elle éleva la voix à son niveau normal. "Non, aucun vrai hurlement ne serait possible avec ça. Pauvre de vous, pour être si maudit.
   "Pauvre de moi, en effet", dit-il dans un souffle, se demandant pourquoi il était si incroyablement amusé par elle.
   Il y avait quelque chose de rafraîchissant en elle maintenant qu'il y pensait. Elle était plutôt impétueuse et lui résistait d'une manière que personne d'autre que ses frères n'avait jamais eue.
   La plupart des femmes étaient intimidées par sa taille et son air renfrogné. Il avait à peine besoin de faire plus que de tourner un regard vers une femme de chambre pour l'envoyer s'envoler dans la direction opposée, ou pire, commencer à ricaner.
   Il détestait ricaner.
   Nora n'avait jamais ricané.
   Son rire était profond. Agréable.
   Puis elle commença à fredonner.
   Ewan maîtrisa son cheval et la regarda.
   Elle fit une pause et le regarda à son tour avec de grands yeux. "Pourquoi me regardez-vous ainsi maintenant ?
   -Vous êtes agréable en fin de compte. Comment pouvez-vous vous asseoir là et être si heureuse pour rien du tout ?
   -Cela vaut certainement mieux la peine que d'être triste pour rien du tout. Vous n'êtes pas d'accord ? "
   Il se raidit à son implication. "Il se trouve que j'aime être triste pour rien du tout. Je trouve que ça me convient.
   -Un sourire vous conviendrez mieux. Ma mère dit toujours qu'un sourire est un masque pour le visage.
   -Et je dis toujours que le visage, tout comme le corps, est mieux laissé nu."
   Ses joues rougirent à ses mots. "Parlez-vous toujours aussi librement ?
   -Je pensais que vous aviez dit que je ne parlais pas du tout."
   Son visage blond luisait d'un plaisir espiègle. Elle appréciait leur joute verbale et bien qu'il détestait l'admettre, il y avait une partie de lui qui l'aimait aussi.
   "Vous êtes certainement une dichotomie intéressante", admit-elle. "Je vais vous céder ça. Un parangon de contradictions.
   -Comment ?
   -Eh bien, vous vivez dans une grotte ce qui suggère un comportement robuste et en même temps, vous vous êtes assuré d'apporter le confort de la maison. Vous agissez bestialement avec les gens et vous traitez les bêtes avec soin. Que dites-vous de cela ? "
   -Je dis que vous avez passé trop de temps à me contempler."
   Tout comme il avait passé trop de temps à la contempler et à regarder comment la brise jouait à travers ses cheveux blonds qui jaillissaient sous son voile vaporeux. La façon dont la courbe de ses lèvres semblait si humide et attrayante.
   Des lèvres qui seraient probablement aussi douces que des pétales de rose.
   Des lèvres au goût de paradis…
   Il se secoua pour dévier la direction de ses pensées. La dernière fois qu'il avait songé à une telle folie, il l'avait bien payée.
   Et Kieran aussi.
   "Aimez-vous vivre seul ? ", Lui demanda t’elle soudainement. "Je ne sais pas si je le souhaiterais ou non." Avant qu'il ne puisse répondre, elle ajouta. "Bien sûr je parle tellement que vous pensez probablement que je pourrais poursuivre une conversation avec moi-même pendant si longtemps, que se serait comme si je ne manquais à personne d'autre."
   Il sourit malgré lui.
   Nora s'exclama. "C'était un sourire ?"
   Il s'éclaircit la gorge. "Qu’est-ce qui était un sourire ?
   -Cette étrange courbure de vos lèvres. Vous savez, celui où les commissures montent réellement au lieu de descendre.
   C'était tout ce qu'il pouvait faire pour ne plus sourire. "Je ne sais pas ce que vous voulait dire."
   Ça ne marchait pas.
   Elle se rassit avec un regard satisfait sur son beau visage. "Vous avez un sourire des plus agréables, monseigneur. Il vaut peut-être mieux les garder cachés. Leur rareté les rendra d'autant plus précieux. Je chérirai donc celui-là jusqu'à ce que j'en gagne un autre."
   C'était la femme la plus étrange qu'il ait jamais rencontrée. Ce qui de son point de vue voulait tout dire.
   Elle continua à bavarder et il se retrouva à l'écouter. Écoutant la cadence de sa voix, aux qualités douces et berçantes.
Il y avait quelque chose d'apaisant dans ce son et le fait qu'elle ne s'attendait pas vraiment à converser avec lui, mais se contentait de bavarder seule.
   Mais ce qui le dérangeait le plus, c'était l'envie qu'elle réveillait en lui.
   Il s'était délibérément tenu à l'écart des femmes. On lui avait menti suffisamment pour sa vie entière et il avait juré depuis longtemps de ne laisser entrer aucune autre femme dans son cœur.
   Il avait donc tenu toutes les femmes à distance. À la fois physiquement et mentalement.
   Il n'avait été attiré par aucune de leurs semblables depuis Isobail. Mais quelque chose à propos de Nora lui donnait envie d'y aspirer encore.
   Il voulait l'embrasser.
   Pour la savourer.
   Pire encore, il voulait la tenir dans ses bras et la laisser assouvir la solitude qui vivait en lui.
   Quelles étaient ces pensées étranges ? Il n'avait besoin d'aucun réconfort. Il l'avait prouvé. Il ne méritait aucun réconfort après ce qu'il avait fait.
   Pourtant, il prenait un plaisir étrange à être en compagnie de Nora.
   Avant qu'il ne s'en rende compte, ils atteignirent Lenalor.
   Au moins ici, il pouvait demander un minimum de paix à la dame à ses côtés et aux pensées troublantes qu'elle évoquait dans son esprit.
   "Quel endroit pittoresque", déclara Nora en entrant dans le petit village. C'était longtemps après la tombée de la nuit et la plupart des gens étaient à l'intérieur pour la nuit. La lueur des feux pouvait être vue depuis les fissures autour des portes et à travers les fenêtres ouvertes qu'ils dépassaient.
   "Pas particulièrement grande", poursuivit Nora, "mais tout de même salutaire et suffisamment fonctionnelle."
   Ewan garda le silence alors qu'ils approchaient de la maison du brasseur au bout de la file des petites maisons qui constituaient la route traversant le village.
   Le vieil Aenos le Brasseur et lui avaient une relation amour-haine. Aenos aimait voir le seul homme qu'il ait jamais connu capable de le faire rouler sous la table, et il détestait chaque fois qu'Ewan devait partir.
   Ewan arrêta son cheval et descendit de cheval devant la porte d'Aenos. Il frappa à la porte.
   "Je suis fermé pour la nuit", grogna le vieil homme de l'autre côté. "Alors qui que vous soyez, vous feriez mieux de bien…" Sa voix s'interrompit alors qu'il ouvrait la porte pour voir Ewan. Le visage et le comportement d'Aenos s'éclaircirent immédiatement.
   "Ewan !" Rit-il, le frappant dans le dos. "J'ai fini ma bière trop tôt, hein ? Eh bien, entrez, mon seigneur. J'en ai beaucoup plus pour vous garder heureux.
   Ewan commençait à entrer quand il réalisa que Nora n'était pas à côté de lui. Il se retourna pour la trouver toujours sur son cheval, regardant le sol avec scepticisme.
   Soufflant lentement, il s'approcha d'elle. "Sauter ne vous tuera pas.
   -Non, mais ça pourrait me casser une jambe. Êtes-vous toujours aussi discourtois pour laisser une dame se débrouiller par ses propres moyens ?
   -Je n'ai pas l'habitude d'être en compagnie de femmes sans la présence de mes frères." Ewan serra les dents dès que les mots sortirent de sa bouche. Il ne pouvait pas croire qu'il lui avait dit ça.
   "Que voulez-vous dire par là ?", demanda t’elle.
   "Rien." Il l'aida à descendre de son cheval.
   Il l'avait à peine déposée devant lui que la vieille Sorcha était venue les saluer. Ses longs cheveux gris tombaient en tresses sur les côtés de son visage alors qu'elle serrait un châle écossais sur ses épaules. Ses yeux gris étaient heureux et brillants, tout comme la femme elle-même.
   Ewan l'avait connue toute sa vie et la considérait parfois comme une autre mère. Il aimait beaucoup la vieille femme.
   "Mon seigneur", rayonna la femme plus âgée. "Aenos ne m'a pas dit que tu avais amené de la compagnie avec toi cette fois, et rien de moins qu’une femme. Êtes-vous finalement parti et vous êtes installé ?
   -Non, Sorcha. Je l'emmène seulement chez mon frère. "
   Il laissa Nora aux soins de Sorcha et conduisit les chevaux derrière la maison pour les livrer à l'apprenti d'Aenos doublé également de garçon d’écurie.
    

   Nora le regarda partir et secoua la tête. "Ses manières sont épouvantables", dit-elle dans un souffle. Elle se tourna vers la femme plus âgée. "Je m'appelle Nora."
   La femme lui fit un sourire de réprimande. "Ne soyez pas si dur avec le garçon, ma dame. Il est un peu bourru, mais il a bon cœur.
   -Il le garde bien caché."
   La femme lui prit le bras comme si elle l'avait connue toute sa vie et la conduisit à l'intérieur du petit cottage. "Dois-je répondre à votre question pour vous ?
   -Quelle question ?
   -Celle que vous lui avez posé tout à l'heure sur ce qu'il voulait dire par ne pas être avec une femme sans ses frères.
   -Aye, s'il vous plaît.
   -Avez-vous déjà rencontré l'un de ses frères ?
   -Nay.
   -Eh bien, je les ai tous rencontrés. Essuyé les deux extrémités de la plupart d'entre eux lorsque j'étais femme de chambre pour sa mère. Ils forment un groupe de gars fougueux c’est certain. Mais Lord Ewan était toujours plus silencieux que les autres et chaque fois qu’une dame s’approchait, ses frères se bousculaient les uns les autres dans le but de gagner les faveurs de la dame. Je ne peux pas vous dire le nombre de fois où je l'ai vu tenter de parler à une femme avant que Braden ou Kieran le mettent de côté. Après un certain temps, il a cessé d'essayer de rivaliser avec eux et s'est contenté de répondre à ses propres besoins et d'ignorer les autres."
   C'était intéressant.
   "Ses frères sont-ils aussi beaux que lui ?
   -Certains pensent qu'ils le sont davantage. Mais je pense que chacun est beau à sa manière. Braden possède à peu près les mêmes caractéristiques que Ewan et est surnaturellement beau, mais est plutôt arrogant sur ce sujet. Lochlan me rappelle un ange doré, juste, gracieux et raffiné. Sin est comme un ange déchu, de sombres habitudes et pourtant extrêmement fascinant. Et Kieran, Dieu ait son âme, était ce dont chaque femme rêvait, je pense. Il avait les cheveux noirs et les yeux si pâles qu'ils semblaient presque incolores."
   Sorcha soupira avec nostalgie. "Oh ses yeux. Ils souriaient même quand il était sérieux. C'était un charmant voleur qui a attiré plus de femmes que Braden. Je peux vous dire que le monde n'est plus un endroit aussi heureux qu'il l'était lorsqu’il était présent.
   Sorcha regarda derrière eux comme s'il cherchait Ewan, puis se pencha en avant et lui chuchota. "Vous savez quel jour on est aujourd'hui, n'est-ce pas ?
   -Mardi ?
   Sorcha secoua la tête. "Non, ma dame. C’est l’anniversaire de la mort de Kieran. C'est le jour même où son frère Lochlan est sorti pour chercher le garçon et a trouvé son épée et son plaid gisant sur les rives du loch.
   -Ewan a noyé son frère ?
   Sorcha recula avec un air renfrogné. "Qu'est-ce qui vous fait dire ça ?
   -J'ai entendu des rumeurs selon lesquelles Ewan aurait tué son frère.
   -Nay, ma dame. Kieran s'est suicidé car Ewan s'est enfui avec la femme qu'ils aimaient tous les deux. J'étais là le jour même où Kieran a appris qu'Ewan et Isobail étaient partis. Il ne pouvait pas croire qu’il avait perdu sa femme au profit de son frère. La mort dans l’âme, il a dit à sa famille qu'il avait besoin d’être seul. Ewan était probablement à mi-chemin de Londres au moment où Kieran s'est suicidé.
   Nora fronça les sourcils à ces derniers mots. "A mi-chemin de Londres ?
   -Aye, ils devaient aller chez la tante de la dame. Elle était censée les abriter. Ce n’était qu’un mensonge que la dame a dit à Ewan pour qu’il l’emmène en Angleterre rencontrer son amant. Le gamin a été dévasté quand elle l'a quitté.
   Nora se sentait mal en entendant ces nouvelles. Pas étonnant que l'homme ait eu l'air si en colère quand elle lui avait fait sa suggestion.
   "Oh Sorcha, je suis une idiote.
   -Comment ça ?
   -J'ai demandé à Ewan de m'emmener à Londres pour que je puisse rester avec ma tante."
   Sorcha resta bouche bée.
   "Je ne savais pas", se hâta-t-elle d'assurer à la femme. "Je ne peux pas croire que je l'ai dit, aujourd'hui plus que tout. Pas étonnant qu'il ait eu l'air de vouloir m'étrangler.
   Rien d'étonnant à ce que le pauvre homme ait été ivre dans son lit. Il avait probablement fait de son mieux pour oublier la douleur qu'il avait causée à son frère.
   Sorcha s'éclaircit la gorge tandis que Ewan se dirigeait vers eux.
   Il avait commencé à les dépasser quand Nora l’appela. "Ewan ?"
   Il s'arrêta pour la regarder.
   "Puis-je vous parler ?"
   Sorcha s'excusa alors qu'Ewan s'approchait d'elle.
   "Avez-vous besoin de quelque chose ?" Demanda-t-il d'un ton bourru.
   "Je ..." Nora déglutit en essayant de penser à ce qu'elle devrait lui dire.
   Je suis désolée avait l'air dérisoire vu ce qu'elle lui avait fait ce jour-ci. Les souvenirs qu'elle avait fait remonter sans le savoir.
   "Merci," dit-elle doucement. "J'apprécie vraiment que vous fassiez cela pour moi."
   Elle se redressa sur la pointe des pieds et déposa un rapide baiser sur sa joue avant de se diriger vers le cottage.
   Ewan était stupéfait par ses actions.
   Elle l’avait remercié ?
   Elle l'avait embrassé.
   Il ne savait pas lequel l'avait le plus assommé, et sur sa vie, il ne pouvait pas comprendre ce qui avait motivé l'une ou l'autre action.
   La jeune femme était à coup sûr particulière. Curieuse et étrange. Et pourtant, à un certain niveau, elle était plutôt charmante, surtout quand sa bouche était fermée.
   Amusé par elle, il suivit les femmes à l'intérieur du chalet.
   Aenos était déjà à table en train de verser de grands verres de bière. Ewan prit le sien et le vida en une gorgée, puis éructa bruyamment.
   Alors qu'il posait le gobelet pour qu’on lui remplisse, il vit le visage horrifié de Nora.
   "Je ne pense pas avoir jamais vu un homme avaler la totalité de son godet d’une seule traite. Si vous continuez ainsi, vous serez saoul en quelques minutes.
   -Croyez-moi, ça va prendre plus que quelques minutes." Il hocha la tête vers Aenos qui remplit complètement son gobelet.
   Sorcha leur servit des tranches de jambon rôti aux poireaux et oignons.
   Comme de coutume, Ewan ignora la nourriture et continua de boire. Il fit également de son mieux pour ignorer la dame qui était assise en face de lui.
   Quelque chose qui s'avéra impossible. Tout ce qu'il pouvait voir était la lumière du feu jouant dans les reflets dorés de ses cheveux. La façon dont les ombres jouaient sur sa peau crémeuse.
   La grâce délicate de ses mains alors qu'elle les utilisait pour couper sa nourriture et manger.
   Nora était d’une élégance pure.
   Et il souffrait du désir qu’il ressentait pour elle.
   Elle ne dit rien d'autre sur sa consommation d'alcool, mais discuta avec Sorcha.
   "C’est si gentil de votre part de nous nourrir, ma bonne dame. Je suis désolée que nous soyons arrivés à l'improviste."
   Sorcha écarta ses mots. "Nous y sommes habitués. Ewan se présente tout le temps comme ça."
   Nora le regarda dans l'expectative. "Alors pourquoi êtes-vous passé par le village ?
   -Je voulais vous emmener à Lochlan dès que possible.
   -Alors pourquoi avez-vous fait un détour ?"
   Parce qu'une femme si fine mérite mieux que de dormir avec moi sur un sol détrempé.
   C'était quelque chose qu'il n'avait pas l'intention de lui expliquer. "Car je le voulais."
   Ewan se versa plus de bière et la but, puis s’en versa plus encore. Il prit le gobelet et le pichet et se dirigea vers la porte.
   Fronçant les sourcils, Nora le regarda partir.
   "Aenos, va avec lui", exigea Sorcha. "Je ne veux plus qu'il dorme dans la grange. Il a attrapé un rhume et a été malade pendant des jours la dernière fois qu'il l'a fait."
   Aenos hocha la tête et se leva pour le suivre.
   Après le départ d'Aenos, Nora se tourna vers Sorcha. "Sorcha, pourquoi Lord Ewan est-il si…
   -Bourru ?
   -Maussade et ivre était ce que je voulais dire, mais bourru fonctionne aussi.
   -La culpabilité, ma dame, est dure pour un homme. Chaque jour qu'il vit est un jour que son frère ne vit pas, il pense le devoir à Kieran.
   -Que voulez-vous dire ?
   -Eh bien, une nuit, quand le garçon était ivre, il a dit quelque chose qui m'est resté en tête. Il a dit qu'il ne méritait pas d'être réconforté alors que son frère était couché au fond d'un lac froid parce qu'il était un imbécile.
   -Alors il a l'intention de gâcher sa vie ?
   -Il semble que oui.
   Nora se rassit en réfléchissant à cela. Pourquoi aurait-il gâché sa vie parce que son frère était faible ?
   "Qu’est-ce que c’est que cette folie ?", demanda t’elle.
   "Ma dame, vous ne comprenez pas à quel point ils étaient proches.
   -Peut-être pas, mais pense-t-il honnêtement que sa consommation d'alcool rendrait son frère heureux ?
   Avant que Nora puisse y penser davantage, elle se leva et sortit pour trouver Ewan.
   Il était assis sur une bûche à l'arrière du cottage, buvant avec Aenos.
   À l'instant où il la vit, il jura. "Pourquoi êtes-vous là ?"
   Elle ne répondit pas. Au lieu de cela, elle prit le gobelet dans sa main et le versa.
   Son visage rougit de colère. "Qu'est-ce que vous faites ?"
   La réponse était si évidente qu'elle ne prit pas la peine d'expliquer. Au lieu de cela, elle attrapa le pichet et se dirigea vers la maison.
   Nora n'alla pas loin avant qu'Ewan ne la rattrape.
   "Donnez-moi ça", dit-il, essayant de le lui prendre des mains.
   "Nay," dit-elle fermement.
   Son visage était consterné. "Nay ?
   -Nay."
   Ewan tenta de nouveau de l'atteindre.
   Nora se tordit et essaya de le dépasser, mais d'une manière ou d'une autre dans le processus, elle finit par les asperger tous les deux et trébucha.
   Décidé alors à reprendre sa bière, Ewan ne pensa pas à rattraper l’un d’eux. Ils atterrirent sur le sol, les membres enlacés avec Nora au-dessus de lui.
   Son corps réagit instantanément à la sensation de sa douceur se tortillant contre lui.
   Pendant un instant, il ne put plus bouger. Tout ce qu'il pouvait faire était de sentir ses seins contre sa poitrine, ses jambes contre les siennes, son souffle sur son visage.
   Cela faisait si longtemps qu'il n'avait pas eu de femme, si longtemps qu'il n’avait pas vu une femme aussi belle que celle-ci qui n'appartenait pas à l'un de ses frères.
   Le désir le transperça alors qu'il concentrait son regard sur ses lèvres entrouvertes.
   Goûtes-la.
   C'était tout ce qu'il pouvait faire pour ne pas céder au besoin angoissé qu'il ressentait pour elle.
    

   Nora ne pouvait pas respirer alors qu'elle regardait dans les yeux bleus parfaits d'Ewan. Jamais de sa vie elle n'avait été aussi proche d'un homme.
   Qui aurait cru que ce serait si dur, si… masculin.
   Elle ressentit une envie particulière de se frotter contre lui, de sentir son corps avec le sien.
   Ses yeux étaient sombres, dangereux alors qu'il la regardait en silence.
   "Là, ma dame", déclara Aenos en les rejoignant. "Laissez-moi vous aider."
   Ewan jura alors quand Aenos l'aida à se relever, et en voyant la quantité de bière sur leurs vêtements, elle réalisa pourquoi il faisait cela. Ils étaient trempés par la bière.
   Aenos renifla. "N'ayez pas peur, Ewan. Il y en a encore bien plus vous pouvez en être sûr. "
   Ewan se leva lentement.
   "Il n'a pas besoin de boire de la bière", déclara Nora en se tournant vers Aenos. "Il a besoin d'un bon bain et d'une nuit de repos.
   -Et qui êtes-vous pour me faire la leçon sur ce que je peux et ne peux pas boire ?"
   Elle y réfléchit un instant, puis saisit la seule chose avec laquelle il ne pouvait pas discuter. "Votre responsabilité."
   Son visage passa de la colère au choc en l'espace d'un battement de cœur. "Je vous demande pardon ?
  -Je suis sous votre responsabilité", lui dit-elle, "et vous ne pouvez pas me surveiller pendant que vous vous noyez dans un verre. Il se trouve que je peux vraiment être pénible et que je pourrais me retrouver à avoir un certain nombre de problèmes pendant que vous êtes inconscient. Donc, vous voyez, c'est à moi de vous parler de la quantité de bière que vous consommez."
   Elle regarda le muscle de sa mâchoire se contracter furieusement.
   Il regarda le vieil homme à côté de lui. "Aenos, va me chercher une hache."
   Aenos s'en alla à son commandement.
   Ces mots la rendit nerveuse. D'autant plus qu'ils étaient un mélange de colère et de détermination. "Une hache ? Pourquoi avez-vous besoin d'une hache ?"
   Ses yeux brillaient. "Je vais prendre soin de ma responsabilité pour qu'elle ne me tourmente plus."
   Elle déglutit de façon audible. "Prendre soin de moi comment ?
   -Je vais vous couper la tête et enterrer votre corps derrière la maison.
   Elle recula, ne sachant pas s'il voulait ou non dire cela. Son visage était sévère et assez sérieux.
   "C'est une plaisanterie, n'est-ce pas ?
   -Peut-être. Mais si vous ne me laissez pas, femme, vous allez découvrir par vous-même pourquoi je choisis de vivre seul."
   Aenos revint avec la hache.
   Ewan la lui prit et lui tendit le pichet vide. "Emmenez-la à l'intérieur pour terminer son repas, Aenos. Je serais de retour plus tard.
   -Où allez-vous ?", Demanda Nora.
   Il ne répondit pas.
   "Laissez-le tranquille," chuchota Aenos. Il ne fera que calmer une partie de sa colère.
   -Comment ?
   -Il coupe du bois. J'en ai assez maintenant pour alimenter tout le village à traverser les hivers les plus rudes. Mais ça le calme, donc je ne dis jamais rien. Venez, ma dame, rentrons à l'intérieur pour que vous puissiez vous sécher."
   Nora le suivit jusqu'à Sorcha.
   "Où est Ewan ?", demanda Sorcha.
   -Au tas de bois."
   Sorcha soupira. "Pauvre garçon. Au rythme où il va, nous pourrons construire un château."
   Nora reprit son siège. "Est-il toujours aussi en colère ?
   -C'est un homme qui souffre, ma dame", dit doucement Sorcha. "Il a oublié comment vivre sans. Oublié comment trouver la joie quelle qu’elle soit.
   -Tu te souviens quand il était petit ?" Demanda Aenos.
   "Aye." Sorcha sourit en passant un chiffon sur sa table. "C'était un garçon tellement heureux. Il se levait et descendait les escaliers en titubant et en demandant : "Où est mon Kieran". Elle sourit à Nora et expliqua son commentaire : " Il pensait que son frère lui appartenait. Et Kieran, bénit soit son cœur, n'a que très rarement manqué de patience avec lui. Je ne pense pas les avoir jamais vu l'un sans l'autre.
   -Jusqu'à ce qu'ils tombent amoureux de la même femme", souffla Nora.
   "Aye. Isobail était une mauvaise fille", déclara Aenos. "Elle les a retournés l’un contre l’autre pour qu'elle puisse obtenir ce qu'elle voulait. Je sais que le diable lui réserve un coin spécial en enfer.
   -Aenos !" Hoqueta Sorcha. "Surveilles ta langue devant la dame.
   -Désolé," marmonna-t-il. "Mais c'est la vérité."
   Nora mangea en silence en pensant à l'homme dehors. Comment serait-ce de vivre avec une telle culpabilité ?
   Elle ne pouvait pas l'imaginer.
   Une fois qu'elle eut fini, elle les quitta et se dirigea de nouveau vers l'extérieur. Il y avait un petit chemin qui menait de l'arrière de la maison dans les bois.
   Il ne lui fallut pas longtemps pour trouver Ewan. Elle pouvait l'entendre couper même à distance.
   Elle ne s’attendait pas à le trouver torse nu. Son corps était couvert d'une fine transpiration qui brillait au clair de lune.
   Il était beau.
   Viril.
   Puissant.
   Et dès qu'il la vit, il jura. "À moins que vous ne veniez avec plus de bière, je vous suggère de retourner à l'intérieur.
   -Et si je viens avec des excuses ?
   Il ne fit même pas de pause en frappant avec la hache. "Je ne suis pas d'humeur à les entendre.
   -Quoi qu'il en soit, je suis d'humeur à vous les présenter. Je voulais juste vous dire que je suis désolé de vous avoir entraîné dans mes problèmes quand il est évident que les vôtres sont bien pires."
   Il arracha la hache de la souche, puis l'enfonça à nouveau dans le bois. "Que savez-vous de mes problèmes ?
   -Vraiment, rien. Vous semblez incroyablement triste et en colère. J'aurais dû vous laisser inconscient dans votre grotte.
   Il cogna encore le bois. "Oui, vous auriez dû."
   Nora le regarda avec un intérêt, fasciné alors qu'il ramassait les bûches qu'il avait faites et les portait jusqu’au gros tas. Sorcha et Aenos avaient raison. C'était tout une montagne de bois d'œuvre.
   Ewan s'essuya le visage avec son bras, puis sortit la hache du sol et se dirigea vers un autre arbre.
   Elle déglutit devant la force et la vue de son travail. Les muscles de son dos ondulaient et fléchissaient, rendant étrangement son corps brûlant de besoins.
   "Dites-moi," dit-elle, est-ce que ça aide ? La bière apaise-t-elle vraiment vos sentiments ?
   -Pourquoi voulez-vous le savoir ?
   -Dans le cas où je n'arriverais pas en Angleterre et que je serais forcée d'épouser Ryan, je me demandais simplement si ce serait un moyen de soulager la misère de la vie, je suis sûre qu'elle me le donnera.
   Avec trois coups, il abattit l'arbre. Il attendit qu'il soit tombé avant de reprendre la parole. "Avez-vous déjà rencontré cet homme avec qui vous êtes fiancée ?
   -Aye, plusieurs fois.
   -Est-il vraiment aussi insupportable ?"
   Elle frissonna à la pensée de Ryan. Ils ne s'étaient jamais entendus et en vérité, elle ne pouvait pas croire qu'il voulait l'épouser étant donné leur dégoût mutuel.
   "Vous ne pouvez pas imaginer. Il est bestial. Il me regarde et ne voit que mon argent. Je parle et il se détourne. " Elle secoua la tête. "Comme j'aimerais être un homme. Si je l'étais, je ne perdrais jamais ma vie à me cacher.
   -Ne juge pas et tu ne seras pas jugé.
   -Je sais, mais ça n'a toujours aucun sens. Vous contrôlez totalement votre vie et pourtant vous n'en faites rien. En revanche, je dois faire ce qu'on me dit. Je ne peux pas partir quand je veux.
   -N'est-ce pas ce que vous avez fait ?
  -Aye et à quel prix ? Ma femme de chambre et ma servante n’aimeront ne pas être punies pour cela et vous me rendriez à mon père dans l’instant si je vous disais qui il était.
   Ewan y réfléchit. Il n'avait jamais beaucoup réfléchi à ce que ce serait que d'être une femme. Il avait toujours pris sa liberté pour acquise.
   Elle avait raison, il ne répondait de personne.
   Il était son propre maître.
   Il fit une pause et la regarda. "Si vous étiez libre, que feriez-vous ?
   Elle haussa joliment les épaules. "Je ne sais pas. Voyager peut-être. J'ai toujours voulu voir l'Aquitaine. Ma mère a de si belles histoires sur les hectares de vignobles. Elle dit qu'il n'y a pas de plus bel endroit sur cette terre. Ou peut-être que j'irais à Rome. Faire un pèlerinage. Êtes-vous déjà allé en Terre Sainte ?
   -Non."
   Son visage se décomposa. "Oh. Ma tante y est allée. Elle a passé un merveilleux séjour là-bas."
   Elle détacha une broche de sa robe, puis s'avança pour la lui montrer. "Elle m'a donné ça. Elle a dit qu'elle l'avait acheté à un croisé qui vendait des articles pour qu'il puisse gagner suffisamment d'argent pour rentrer chez lui."
   Ewan étudia l’objet. C'était un chevalier à cheval qui portait une croix sur son bouclier et qui était en effet l'insigne d'un pèlerin.
   Il resserra sa prise dessus.
   Était-il possible qu'elle puisse vraiment être qui et ce qu'elle prétendait être ?
   Pourtant, il ne pouvait pas se débarrasser du sentiment que cela ne pouvait pas être le cas. Malgré toute sa sincérité, il n’était pas possible que la nièce de la femme la plus puissante de la chrétienté se soit présentée dans sa grotte sans escorte.
   Il le lui rendit.
   Ses doigts effleurèrent les siens, lui envoyant une décharge.
   Elle était si douce, si féminine et chaleureuse. Fermant les yeux, il inhala son parfum.
   Elle était si tendre.

   Nora trembla devant l'expression de son visage. Elle n'avait été embrassée qu'une seule fois auparavant. Cela avait été rapide et plutôt gluant. L'événement était si désagréable qu'elle n'avait jamais voulu le répéter et pourtant, alors qu'elle se tenait seule avec Ewan partageant ses souhaits avec lui, elle ressentit l’étrange désir de goûter ses lèvres.
   Il baissa la tête.
   Instinctivement, elle se leva sur la pointe des pieds.
   Il tendit sa grande main vers elle et inclina son menton vers lui. En un battement de cœur, il baissa la tête et prit possession de sa bouche.
   Nora gémit au contact et à son goût propre mêlé de bière. Sa langue effleura la sienne, faisant trembler tout son corps.
   De son propre gré, ses bras se levèrent et s'enroulèrent autour de ses épaules nues pour qu'elle puisse sentir ses muscles se tordre et fléchir sous ses mains.
   Il était en sueur et brûlant et elle aurait dû être révoltée par son odeur, mais ce n'était pas le cas. Il n’empestait pas vraiment. C'était une agréable odeur virile et la sensation de sa peau humide ne faisait que lui faire mal.
   Mon Dieu, elle n'avait jamais ressenti une telle chose. Pas étonnant que certaines femmes soient devenues aveugles.
   Qui aurait cru que toucher un homme pouvait être si agréable ?
    

   Ewan grogna profondément dans sa gorge alors qu'il goûtait le doux miel de sa bouche. La dernière fois qu’il avait embrassé une femme remontait à si loin. Si longtemps que les mains d’une femme lui avaient effleuré les cheveux.
   Il avait oublié le plaisir et pourtant, en l'embrassant, la seule pensée dans son esprit était qu'aucune autre femme qu'il avait rencontrée n'avait jamais embrassé aussi bien.
   Elle fut suivie d'une autre pensée…
   Pendant qu'il l'embrassait, elle ne parlait pas.
   Il rit à cette pensée.
   Nora se raidit, puis recula. "Est-ce que vous vous moquez de moi ?
   "Nay, mon amour," dit-il honnêtement, souriant même s'il voulait cesser. "Ce n'est qu'une pensée passagère qui m'a fait rire."
   Ses yeux se plissèrent comme si elle ne le croyait pas. "Et quelle pensée était-ce ?
   -Que tu ne peux pas parler et embrasser en même temps."
   Son visage devint rose vif. "Vous êtes un escroc.
   -Aye, au cœur de mon âme pourrie."
   Son regard devint doux, brûlant. "Ce n'est vraiment pas approprié pour moi d'être ici avec vous comme ça."
   Son regard parcourut son corps, le faisant se durcir dans un besoin lascif de la toucher. "Ma mère serait tout à fait scandalisée.
   -Votre père serait furieux.
   -Oui, il le serait. Il voudrait votre tête sans doute.
   -Sans aucun doute."
   Elle s'éclaircit la gorge et se retourna. Elle fit trois pas, puis s’arrêta et le regarda par-dessus son épaule. "Oh et Ewan ?
   "Aye ?
   -Vous embrassez très bien."
   Perplexe, Ewan la regarda partir.
   Vous embrassez très bien. Les mots résonnèrent dans sa tête et lui apportèrent une étrange vague de fierté arrogante.
   Pourquoi en était-il ainsi, il ne pouvait pas imaginer. Tout ce qu'il savait, c'était qu'il avait une envie irrésistible de la suivre, de la prendre dans ses bras et de voir si elle était si audacieuse et franche dans l'intimité de son lit.
   Et sur juste derrière cette pensée en vint une autre, beaucoup plus douloureuse.
   Il ne le saurait jamais.
   Un homme qui avait causé la mort de son frère et meilleur ami ne méritait pas une femme comme elle.
   Il ne méritait rien du tout.
   Et rien était tout ce qu'il n’aurait jamais. Il le devait à Kieran.

 

 


Texte original © Kinley MacGregor - 2003
Traduction © Dark-Hunter Francophone