AVERTISSEMENT :
L’extrait suivant comme l’ensemble de ceux présents sur ce site internet, a été traduit par l’équipe de Dark-Hunter Francophone d’après le strict respect du texte original.
Toutefois nous ne sommes pas traductrices professionnelles, le sens d'une phrase peut nous avoir échapper. Si vous trouvez une faute ou une phrase mal construite, n'hésitez pas à nous le signaler par email.


Dark-Hunter #3,5 - Phantom Lover


Chapitre 5

 

   (...)
   Un peu plus tard, V'Aidan entendit Erin entrer dans l'appartement. Ses chaussures faisaient le moins de bruit possible sur le tapis; même ainsi, il reconnaissait sa démarche distinctive. Connaissait son odeur, les bruit qu’elle faisait. Il savait des choses sur elle qu'il n'avait jamais sut sur personne d'autre.
   Il se retourna dans le lit alors qu'elle entrait dans la chambre avec un sac à la main.
   "Je ne voulais pas te réveiller," dit-elle.
   -Je ne dormais pas.
   Elle s'avança et posa le sac au pied du lit, puis vint se reposer à côté de lui. Elle plaça sa main contre son front, puis fronça les sourcils.
   -Comment tu te sens ?" Demanda-t-elle doucement.
   -Comme si j'avais été battu.
   Elle roula des yeux à son "ton" blasé.
   -Tu as une assez mauvaise fièvre. Peut-être que je devrais…
   -Tu ne peux pas appeler un médecin, Erin. Ce n'est pas parce que j'ai l'air humain que je fais partie de ton espèce.
   -Je sais." Elle s'assit à ses côtés et repoussa ses cheveux de son front humide. "Alors qu'allons-nous faire ?
   Il prit sa main dans la sienne et fit courir le dos de ses doigts le long de sa mâchoire, qui avait déjà commencé à guérir. Son toucher était sublime. Il n'avait jamais su qu'une telle chose existait.
   -Je ne sais pas.
   -Je pensais pendant mon absence que nous pourrions peut-être trouver une cérémonie ou quelque chose pour te rendre humain. Une sorte de rituel.
   Il sourit à l'idée.
   -C'est une bonne pensée, mon amour, mais il n'y a rien de tel.
   V'Aidan la regarda alors, et lui expliquer exactement ce qu’il était resta sur le bout de sa langue. Mais il ne pouvait pas se résoudre à le faire. Pas après avoir vécu tant de choses.
   Tout ce qu'il voulait, c'était profiter du peu de temps dont ils disposaient, et avec cette pensée, il se força à se lever.
   Erin protesta contre ses mouvements alors qu'il s'habillait.
   -Tu es toujours blessé.
   -Je vais bien," dit-il dédaigneusement. "Mon espèce guérit vite.
   Erin fit un grondement de gorge en le regardant s'habiller. Cet homme ne voulait pas l’écouter.

 
   Les hommes étaient insupportables, il refusa de se détendre pour le reste de la journée. Il ne voulait même pas rester tranquille et se reposer pendant qu'elle allait à l'épicerie.
   Mais elle devait admettre qu'elle aimait vraiment l'avoir avec lui. Elle avait vécu seule pendant si longtemps qu'elle n'avait pas réalisé à quel point quelqu'un pouvait s'amuser au rayon fruits et légumes.
   "Alors," dit V'Aidan en tapotant un melon, "qu'est-ce que tu entends ?
   Elle le porta à son oreille et frappa.
   -Celui-ci est trop mûr." Puis elle en leva un autre et lui fit entendre la différence. "Celui-ci ne l'est pas.
   Elle mit le bon melon dans le chariot, puis se retourna pour l'attraper en train de taper des bananes. Erin l’entraîna rapidement loin de là
   -On ne les frappe pas.
   -Pourquoi ?
   -Ça va les abîmer.
   -Oh." Il regarda autour de lui, puis s'arrêta. "Et ceux-là ?
   Elle se tourna pour voir les raisins.
   -Frappe seulement si tu veux les transformer en vin.
   Il la prit dans ses bras.
   -Et si je te tapote ?
   Elle sourit.
   -Je ferais probablement toutes sortes de bruits intéressants si tu le faisais.
   Il sourit et lui donna un rapide baiser brûlant qui envoya de la chaleur dans tout son corps.
   Alors qu'ils traversaient le magasin, Erin ne put s'empêcher de remarquer les regards que V'Aidan recueillait. Elle prit à nouveau conscience à quel point tous les deux étaient différents. Il était grand, sexy et magnifique et elle était distincte et simple.
   Elle n'avait eu que quelques petits amis et la plupart d'entre eux avaient l'air aussi moyen qu'elle. Mais V'Aidan...
   Il méritait une belle femme.
   "Hey ?" demanda-t-il alors qu'ils atteignaient la section laitière. "Est-ce que tu vas bien ?
   -Je vais bien.
   -Tu as l'air triste.
   -Juste fatiguée.
   Elle vit l'inquiétude dans ses yeux célestes.
   -Fatigué comment ?
   C'est alors qu'elle comprit sa signification.
   -Ils seront à nouveau après nous quand nous dormirons, n'est-ce pas ?
   Il détourna les yeux et elle eut sa réponse.
   "S'ils ne le tuent pas, je le ferai." Les paroles de M'Ordant résonnèrent dans sa tête.
   -Je ne les laisserai pas t'avoir," dit-elle en prenant le bras de V'Aidan. "Il doit y avoir un moyen de les combattre.
   Il passa son bras sur ses épaules et la serra contre lui.
   -Tu te battrais pour moi ?
   -Oui.
   -Alors je suis l'être le plus chanceux de l'univers.
   V'Aidan la serra fort alors qu'il respirait l'odeur de ses cheveux. Et il se demanda avec morbidité si elle ressentirait ça si elle connaissait la vérité sur son passé.
   Si jamais elle savait la vérité sur lui...
   Il voulait lui dire. Mais il n’osait pas.
   V'Aidan serra les dents. Elle ne saurait jamais, rien de plus qu'il ne la blesserait à cause de lui. Il mènerait cette bataille, d'accord. Combattrait jusqu'à ce qu'il gagne ou qu'ils le tuent. Mais il le ferait comme il avait vécu depuis la nuit des temps.
   Seul.
   (...)

 


Texte original © Sherrilyn Kenyon - 2004
Traduction © Dark-Hunter Francophone 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir