Ce texte est une scène bonus offerte par Sherrilyn Kenyon pour ses fans.
A l'origine disponible uniquement sur son site Internet.
Depuis, elle est disponible dans l'anthologie Dark Bites.


AVERTISSEMENT :
L’extrait suivant comme l’ensemble de ceux présents sur ce site internet, ont été traduits par l’équipe de Dark-Hunter Francophone d’après le strict respect du texte original.
Toutefois nous ne sommes pas traducteurs professionnels, le sens d'une phrase peut nous avoir échapper. Si vous trouvez une faute ou une phrase mal construite, n'hésitez pas à nous le signaler par email.


Scène bonus de Dark-Hunter #21 - Le gardien d'Azmodea
Redemption


 

    Laissant échapper un souffle de frustration, Seth fixait son reflet dans le miroir en essayant de faire quelque chose de ses cheveux rebelles.
    C’était inutile.
    Mais pire encore que ses cheveux bouclés qu’il ne pouvait pas contrôler, il y avait les vêtements que Lydia lui avait choisi et qu’il devait porter. Le pantalon noir qui se boutonnait sur les côtés était extrêmement inconfortable et ne lui arrivait qu’aux genoux. Puis juste en-dessous il avait un... comment est-ce qu’elle avait appelé ça? Des bas ? De couleur blanche .Et d’étranges chaussures à boucles qui lui serraient les orteils et lui frottaient le talon, plus encore que ses bottes blindées.
    Mais la chose qu’il méprisait le plus était la veste dorée, à col haut et surchargées de broderies et de dentelles avec une chemise blanche qui avait un énorme lacet sur le devant. Lydia avait appelé ça une cravate. Il appelait ça "hideux". Et cette même dentelle qui grattait bordait le bord de ses manches, couvrant ses mains, jusqu’à ses jointures.
    Il avait pesté contre cette monstruosité au moment où elle lui avait montrée. La seule raison pour laquelle il avait finalement accepté de la porter c’est parce qu’elle avait pointé le fait que ça ne pouvait pas être plus inconfortable à porter que son armure – une chose avec laquelle il n’était pas tout à fait d’accord. Habillé comme ça, seul un crétin absolu ne se serait pas moqué.
    Et deux – le plus importante des raisons – il ne la porterait pas longtemps. Aussitôt que ce sera fait, elle avait promis de déchirer cette tenue horripilante et ça le rendait totalement heureux de l’amuser.
    Mais ce qu’elle semblait ignorer, c’est qu’il l’aurait porté pour elle dans tous les cas. Tous ce qu’elle avait à faire était de lui sourire et il était foutu.
    Mais quand même…
    "Je ressemble à un sombre idiot."
Vêtu d’une queue de pie et d’une cravate noire, Asmodeus grogna derrière lui.
    -Je répondrais bien à ça, mais le fait est que tu as plus de pouvoirs maintenant que lorsque je te servais dans le Royaume du Néant, et j’aime beaucoup le fait que les parties de mon corps soient à leur place habituelle, ce qui m’empêche de dire un seul mot.
Il afficha un sourire carnassier à l’attention de Seth.
    -Désolé."
    Oui, bon. L’expression d’Asmodeus voulait tout dire. En fait, cette expression disait que le salaud s’amusait au plus haut point… et aux dépens de Seth.
    Tu vois. Un point pour lui. Asmodeus n’avait jamais osé rire de lui lorsqu’ils étaient en Azmodéa et que Seth était en armure.
    Mais là-dedans…
    Rire était un impératif moral, et il ne pouvait pas blâmer Asmodeus pour ça.
    Seth était tenté d’offrir de l’argent au démon pour échanger leurs vêtements. Malheureusement, Asmodeus était un démon amorphique qui pouvait prendre la forme qu’il voulait. Et pour le mariage, le petit con avait décidé de faire seulement un mètre quatre vingt, et d’avoir de courts cheveux blonds qu’il avait coiffés en pointe, sur toute sa tête. Là encore, Seth pourrait utiliser ses propres pouvoirs pour simplement remplacer ses vêtements pour autre chose.
    Comme une armure.
    Mais ça contrarierait Lydia.
    Pour elle, Seth souffrirait.
    Peut-être pas en silence, mais…
    Il étouffa un gémissement en croisant le regard d’Asmodeus dans le miroir. Ces yeux gris démoniaques étaient la seule chose qui ne changeaient pas avec toutes les incarnations d’Asmodeus. Des yeux qui voyaient plus profondément que la surface des êtres.

    Pendant que Seth était enfermé dans le Royaume du Néant, Azmodéa – le démon avait été le seul, en dehors de Jaden, qui ne lui avait jamais fait de mal. Et en dépit de ce qu’Asmodeus avait dit, Seth non plus ne lui avait pas une seule fois fait du mal.
    Ce qui était triste c’était qu’Asmodeus était la seule chose qu’il avait eu qui se rapprochait le plus d’un ami… c’était pourquoi le démon, qui avait été libéré du service de Noir il y a quelques années pendant que Seth avait été confiné, avait été choisi pour être son témoin.
    Asmodeus se rapprocha pour redresser la cravate de Seth.
    "Je dois dire que je suis heureux que tu sois le seul qu’elle ait voulu habiller comme ça. Que c’est épiquement hideux et que tu ressembles à une femme là-dedans.
    Seth lui lança un regard noir.
    -Tu ferais mieux d’être heureux que je me sois adouci et que tu sois l’un des seulement quatre invités que je reçois aujourd’hui.
    Le sourire d’Asmodeus s’élargit.
    -Infiniment, Seigneur Maître Gardien. Malgré tout, tu ne voudrais pas que ton meilleur démon ait du sang sur son smoking de location à ton mariage, n’est-ce pas ? Ça pourrait perturber Maîtresse Chacal.
    Une vague de colère traversa Seth au rappel de son esclavage en enfer auquel il avait difficilement survécu. Mais sans Lydia, il y serait toujours, torturé et enchaîné, une misère sans fin. Même la simple mention de ce fait le mettait dans un état de fureur.
    - Je sais que tu te moques quand tu utilises ce titre, mais ne m’appelle plus jamais comme ça.
    Reculant, Asmodeus inclina la tête lorsqu’il comprit pourquoi ce rappel touchait à ce point Seth.
    -Comment est-ce que je dois t’appeler alors ?
    -Seth.
    Le démon commença à rire tout bas puis s’arrêta au moment où Seth leva un sourcil interrogateur.
    -Désolé, Seigneur Maître… ce que je ne peux pas dire.
    -Qu’est-ce qui est si amusant au sujet de mon nom ?
    Le démon haussa les épaules.
    -Je pensais juste que tu en avais un plus sinistre que Seth. Bien que celui-là rime avec "death"*… Il est peut-être approprié après tout.
    Asmodeus lui donna une tape dans le dos puis changea de sujet.
    -Es-tu nerveux ?
    Pas vraiment. Ennuyé. Irrité. Impatient. Mais définitivement pas nerveux. Il ne pouvait pas penser à une quelque chose de mieux que d’être lié à Lydia. Elle était son seul maître maintenant et il était assez satisfait de lui être enchaîné pour le reste de l’éternité.
    - Je suis supposé l’être ?
    -Je me suis laissé dire que beaucoup le sont lorsqu’ils vont lier leurs vies à quelqu’un d’autre. Moi, personnellement, ça me ferait vomir.     
    -Pourquoi ?
    -Une seule femme ? Pour toujours ? fit-il choqué.
    Seth secoua la tête à l’attention du démon.
    -Elle n’est pas juste une femme.
    Elle ne ressemblait à aucune personne qu’il ait connu. Mais plus que tout, elle l’aimait, ce qu’il n’avait jamais comprit. Pas même un peu.
    Pas jusqu’à ce qu’il ait été touché par une main douce qui ne le blessait pas. Qui ne l’avait jamais contraint ou trahit.
    Le démon haussa à nouveau les épaules.
    -C’est ce qu’ils clament tous. Ensuite tu épouses l’une d’elles, et elles passent le reste de leur vie à essayer de te tuer.     
    -Comment ça ?
    Asmodeus énuméra la liste en comptant sur ses doigts.
    -Elles pleurnichent. Elles te harcèlent. Elles s’élargissent.
    Seth fronça les sourcils en entendant le dernier point qu’il ne comprenait pas.
    -Elles s’élargissent ?
    -Tu sais, devenir grosse devant tes yeux.
    Seth resta perplexe face à son raisonnement.
    -Lydia est enceinte, pas grosse.  
    Et c’était sans aucun doute sa faute, et non celle de Lydia.
    -Oui, mais ce poids ne partira jamais. Crois-moi.  
    Impassible, il ne voyait pas en quoi ça pouvait être une mauvaise chose.
    -Il y aura plus d’elle à aimer.

    -Le démon émit un son d’étouffement comme s’il manquait d’air.
    -Attends le jour où le démon en elle fera…
    -Asmodeus !" L’interrompit net Maahes, le dieu égyptien de la guerre et cousin de Seth, en apparaissant dans la pièce dans toute sa royale et divine splendeur. "Arrêtes d’essayer de le faire fuir.
    -Le faire fuir ? demanda Asmodeus d’un ton indigné, j’essaie de le sauver.  
    Maahes sourit à Seth.
    -Je ne pense pas qu’il veuille être sauvé.
    Certainement pas de Lydia, mais il ne le leur dirait pas. Aucun d’eux n’avait besoin de connaître ses émotions. Elles étaient exclusivement réservées à la femme qui lui avait donné son cœur.
    -C’est le moment ? Demanda Seth au dieu.
    -Presque.
    Maahes loucha dans sa direction tout en détaillant ses vêtements.
    - Tu ne vas pas vraiment laisser tes cheveux comme ça, si ?
    Ouais, ok. Ça suffit à le rendre nerveux
    -Pourquoi ? Je pensais les avoir domestiqués.
    Maahes grogna.
    -Ça parait vraiment bien, Poindexter*.
    “Pointdexter ?” Seth se renfrogna face à une référence qui n’avait aucun sens pour lui.
    Sans répondre, Maahes le saisit et le tourna vers le miroir de façon à ce qu’il puisse tirer en arrière les cheveux de Seth.
    Seth essaya de s’échapper, mais il ne le laissa pas faire. Puis il essaya de faire partir l’abominable dieu.
    -Qu’est-ce que tu fais ?
    -Baisses tes mains
    Et puis quoi encore ?
    -Mais qu’est-ce qu’il se passe ici ?
    Seth repoussa Maahes en entendant la voix de Ma’at. La déesse égyptienne de la justice et de l’équilibre était si minuscule qu’elle atteignait à peine la poitrine de Seth. De sa peau couleur caramel émanait la chaleur de ses pouvoirs et ils faisaient étinceler ses yeux verts. Une étincelle amusée qui dansa dès qu’elle les regarda.
    -Rien, marmonna t’il.
    Maahes repoussa l’une des mèches traitresse de Seth.
    -J’essayais de faire en sorte que ce buisson auburn retrouve sa fonction de cheveux semi-attirant pour sa femme.
    Ma’at haussa un sourcil.
    -Ce n’est pas attirant.
    Seth se tourna vers le miroir. Il avait fait de ses cheveux quelque chose d’à peu près lisse avant que Maahes n'arrive. Maintenant il partait dans tous les sens comme ceux d’Asmodeus.
    Génial, j’ai l’air d’avoir subit un traitement d’électrochocs.
    Son premier propriétaire aurait vraiment adoré.
    -Je ne suis arrivé à rien avec ça, dit Maahes sur la défensive.
    -Tss," fit Ma’at en s’avançant pour parler à Seth, "viens ici, mon petit.
    Le premier instinct de Seth était de leur lancer un regard furieux, mais il avait apprit au cours des derniers mois que Ma’at et Maahes n’étaient pas ses ennemis.
    Ils étaient sa famille. Après tous ses longs siècles, il en avait vraiment une.
    Il ne pouvait toujours pas y croire.
    Ça avait été l’acclimatation la plus dure pour lui dans ce monde moderne et mortel. S’efforçant de se rappeler que tout le monde ne lui voulait pas du mal. Que personne ne prenait plaisir à son agonie. Qu’il pouvait réellement y avoir des personnes dans le monde qui puissent l’aimer et ne pas lui causer du mal.
    Souriante, Ma’at lui tapota gentiment le bras.
    -Tu vas devoir t’asseoir ou t’agenouiller, Seth. Je ne peux pas atteindre tes cheveux d’ici.
    Les pouvoirs et la personnalité de Ma’at étaient tels qu’il était facile d’oublier combien elle était vraiment petite.
    Aussitôt qu’elle eut fini, il se releva et parti y jeter un œil. Les boucles envahissaient encore sa tête. Révulsé par la vue, il tenta de les redresser.
    Elle agrippa son bras.
    -Ne touches pas ! La voix de Ma’at n’avait jamais été aussi sévère.
    Seth fit la moue.
    - Je ressemble à une femme.
    -Non, mon Coeur, certainement pas. Fais-moi confiance.
    Elle tourna un regard tranchant vers Maahes et Asmodeus.
    -Et qu’aucun de vous n’ose me contredire.
    Maahes leva les mains en signe de reddition.
    -Je ne te contredirais jamais. Je te connais trop.     
    -Bien.
    Elle reporta son attention sur Seth.
    -Lydia voulait le thème La Belle et la Bête pour son mariage. Je pense que tu es très bien.
    Asmodeus partit dans un fou rire.
    Dès qu’il réalisa que les autres le fixaient, il redevint sérieux.
    -Oh allez. Ne me dites pas que ça ne vous ait pas venu à l’esprit. Vous savez, elle est une chacal, donc une bête et habillé comme ça – il fit un geste vers Seth – il ressemble à la belle.
    Il rit à nouveau. Maahes croisa le regard de Seth.
    - Je peux le tuer pour toi si tu veux.
    -Non, ne fais rien. Je veux avoir le plaisir de tuer ce salop.
    Ma’at arrêta Seth avant qu’il ne puisse atteindre Asmodeus.
    -Ta future femme t’attend. Est-ce que tu veux vraiment gâcher ce moment avec un démon agaçant ?
    -D’accord.
    Mais avant…
    -Il y a une chose que je veux ajouter sur la liste de mariage de Lydia.
    Il leva le menton vers Asmodeus.
    -Sa tête sur un plateau.
    Maahes rit.
    -Avec ou sans une pomme rôtie calée dans la bouche ?"

   
    Lydia passa sa main autour du bras de Solin. Vêtu entièrement de noir, son père était très beau et élégant dans son costume en queue de pie.
    Il posa sa main sur la sienne et la regarda d’un air grave.
    "Tu sais, tu n’es pas obligé de faire ça. Ce n’est pas trop tard, on peut encore demander à George de nous ramener à la maison.
    Elle sourit en se rappelant son valet assis juste à côté des portes du temple – prêt à la faire monter dans la voiture dans le cas où elle changerait d’avis.
    -Papa, lui murmura t’elle, j’aime Seth.
    Il prit sa main et y déposa un baiser.
    -J’ai attendu ta vie entière pour t’entendre me dire ça. Merci.
    Elle lui embrassa la joue.
    -Je t’aime aussi, tu le sais, n’est-ce pas ?      
    -Absolument. Et bien que je n’aime pas l’idée que tu te marrie avec ce salop, je te promets que je serais toujours poli envers lui.
    Oui, mais son idée de la politesse et celle de Lydia étaient quelque peu différentes. Mais pourtant son père essayait, et pour ça, il marquait des points. Ma’at ouvrit la porte qui menait au couloir d’entrée.
    -Il attend en bas.
    Habillée d’une robe de mariage jaune pâle, Ma’at faisait une parfaite demoiselle d’honneur. Comme Lydia n’avait pas beaucoup de personnes dont elle était proche et que tout le monde en dehors de ce petit groupe la croyait morte, Ma’at avait été pour elle un choix évident.
    Ma’at lui tendit son bouquet de mariée…
    Des lys roses et blancs. Le surnom que lui donnait Seth. Des larmes lui vinrent aux yeux lorsqu’elle prit la poignée. Seth avait insisté pour qu’elle en ait.     
    -Est-ce que ça va ? Demanda Solin d’un ton inquiet.
    -Les hormones.
    La seule chose qu’elle n’aimait pas dans le fait d’être enceinte c’est qu’elle pleurait pour la moindre petite chose. C’était horrible.  
    Ma’at les mena en dehors de la pièce et dans le couloir principal du temple, puis ils descendirent jusqu’à la salle du trône qui avait été décorée d’encore plus de lys et de crêpon blanc.
    Mais Lydia voyait à peine les décorations ou l’ami que Ma’at avait amené pour officié pendant la cérémonie.
    Toute son attention était portée sur Seth dans son costume baroque. Elle savait qu’il serait superbe avec, mais il défiait toutes ses espérances. Oui, il était totalement délectable et sexy.
    Son père s’arrêta à côté de Seth et hésita avant d’embrasser Lydia sur la joue et de se retirer pour s’asseoir à côté de Thorn et Ambrose.
    Seth ne pouvait pas respirer quand il prit la main de Lydia et plongea son regard dans ses yeux de topaze. Habillée d’une robe de mariée rouge… la couleur traditionnelle dans la Grèce antique, elle était stupéfiante. Le petit voile rouge était attaché à ses cheveux noirs avec des épingles serties de diamant.
    Ma’at lui prit le bouquet et ils purent s’approcher de Savitar qui les attendait.
    

    Savitar regarda le petit groupe constitué de Ma’at, Asmodeus, Maahes, Ambrose, Thorn, Solin et eux.
    "Chers créatures bizarres et hétéroclites, nous sommes réunis aujourd’hui pour… etc, etc, etc… Seth, dit quelque chose de profond et mignon à Lydia.
    Cela prit un moment à Seth pour se concentrer. Bien qu’il n’ait jamais vu de mariage et n’avait aucune idée de ce qu’ils impliquaient, l’étrange introduction de Savitar ne semblait pas bonne. Mais comme Lydia ne semblait pas y faire attention, il prit une inspiration avant de dire les mots qu’il s’était entraîné à lui dire.
    -Ma Lydia est comme une étoile qui me guide à travers la plus sombre des nuits.      
    Il jeta un regard en arrière vers les hommes présents et sentit son cœur battre à toute vitesse à l’idée de dire de rester devant eux. Il n’avait pas tenu compte de qui serait présents dans l’audience.
    Après une minute d’hésitation de la part de Seth, Savitar soupira.
    -Écoutes, gamin, je peux dire les mots pour toi, mais je pense qu’elle préférerait les entendre de ta bouche. Ignore les trouducs sur les chaises. Si l’un d’eux rit, je lui botterais le cul pour toi.
    Seth serra ses mains sur les siennes et se souvint de ce que Ma’at lui avait dit. La plupart des filles passaient leur vie entière à rêver et à planifier leur mariage. Quoique tu fasses, ne piétine pas son rêve. Si tu l’aimes, laisse-la s’approprier cette journée et laisse passer toutes les choses étranges qu’elle veut que tu fasses.
    Même si ça signifiait s’habiller comme un monstre et porter des chaussures qui lui serraient les pieds.
    Son regard se baissa sur son ventre distend où leur enfant grandissait. C’était sa famille et elle était tout ce qu’il aimait. Les autres n’avaient aucune importance pour lui.
    Laisse les rire et se moquer. Aucun d’eux n’avait de femme si délicate à leur côté à appeler sienne.
    Mais il était le salop chanceux qui l’avait.
    Seth était le salop chanceux que Lydia avait revendiqué – celui pour lequel elle avait risqué sa précieuse vie pour le sauver.
    Il guida ses mains vers ses lèvres, les embrassa avant de nouer ses doigts aux siens. -Quand ta main est dans la mienne, je tremble d’une joie que je n’avais pas imaginée. Jamais une seule fois je n’aurais imaginé être aussi heureux comme je le suis à cet instant. Et chaque jour que je passe avec toi est meilleur que le précédent. Pour toi seule, je saignerais et mourrais. Mais plus que tout autre chose, sans toi, je ne pourrais jamais vivre. Aussi longtemps que je respirerais, je t’aimerais toujours et je passerais le reste de ma vie à être sûre que je ne doute jamais du fait que tu es l’air que je respire.
    Lydia serra les lèvres pour s’empêcher de pleurer alors que Seth mettait son âme à nue devant elle.
    Et devant les autres, pas moins. Il n’était pas le genre d’homme qui parlait de ses sentiments et jamais en public. Si ce n’était pour autre chose, elle l’aurait aimé pour ça.
    Mais ses raisons de l’aimer étaient trop nombreuses pour être complète.
    Elle posa ses mains sur ses joues et l’embrassa.
    "Hey, hey, hey ! L’arrêta net Savitar.
    -Tu sautes des étapes, femme. C’est à ton tour de lui faire ton serment.
    Elle laissa sa main sur la joue de Seth tout en plongeant son regard dans ses yeux bleus acier qui avaient volé son cœur et changé sa vie d’une manière qu’elle n’avait jamais cru possible. Il l’avait rendu entière.
    -Quand j’étais enfant, j’ai appris un poème que me lisait souvent ma mère. Comme elle ne peut pas être là aujourd’hui, ça m’a parut approprié que je le cite en sa mémoire… et partager son amour et le mien avec toi.

“Love is patient. Love is kind.
“It does not envy. It does not boast. It is not proud.
“It is not rude. It is not self seeking.
“It is not easily angered. It keeps no record of wrongs.
“Love does not delight in evil, but rejoices with the truth.
“It always protects, always trusts, always hopes, always perseveres.”*

    Elle se mordit la lèvre et lui récita ses propres mots.
    -Bien que j’ai vécu une vie sans toi, Seth, je ne peux plus en imaginer une qui ne commencerait pas et ne se terminerait pas sans voir ton beau visage. Peu importe le défi ou l’ennemi, je suis, et serais toujours, à toi.
    Le souffle de Seth se coupa en entendant son serment. Rien n’aurait pu plus le toucher.
    Savitar émit un son de dégoût.
    -Oui, bon, créatures… maintenant vous vous embrassez.
    Seth prit son visage entre ses mains. Il prit un moment pour savourer la beauté de ses traits avant de l’embrasser. Le ventre de Lydia effleura un instant celui de Seth, et leur bébé lui donna un coup de pied. Souriant, il recula pour toucher son ventre.
    -J’espère que c’était une approbation.
    Elle lui retourna son sourire.
    -Définitivement.
    Savitar frappa dans ses mains.
    -Bon, à présent, pour les quelques présents, laissez-moi vous présenter Mr. Et Madame Créatures Demi-dieu Chacal…
    Il fronça les sourcils en se penchant vers elle et Seth.
    -Vous savez se serait tellement plus facile si certains d’entre nous avaient des noms de famille.
    Ma’at lança une fleur sur Savitar.
    -Voudrais-tu arrêter de leur gâcher ce moment ?
    -Je ne le gâche pas, Mennie. Je le rends mémorable.
    Lydia les ignora et attrapa la main de Seth puis commença à avancer vers la porte.
    -Où est-ce que tu vas ? demanda son père.
    Lydia regarda Seth, le feu aux joues. Elle regarda en arrière vers tous ceux qui étaient là.
    -J’ai une promesse à tenir.
    Les sourcils de Seth se levèrent, plein d’espoir.
    Plissant le nez espièglement, elle acquiesça.
    -Oui, celle-là."



<= Le Gardien d'Azmodea   La prophétie des songes =>

Notes de traduction :
*Death signifie « Mort » en anglais.

*Pointdexter : celui qui ressemble et agit comme un nerd, mais ne possède pas l'intelligence super-naturel d'un nerd. Une personne livresque ou studieuse (généralement un homme)
*Epîtres aux Corinthiens 13 :4-7


Traduction par Dark-Hunter Francophone : Aliénora (staff) et Mélite (membre du forum).
Source : http://sherrilynkenyon.com/


 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir