----- Retour à la liste des articles


 


Les nouvelles concernant les publications de Sherrilyn ne sont pas très positives (pour ne pas dire clairement négatives) pour nous, ses lecteurs et lectrices francophones, et ce n'est malheureusement plus une surprise. Suite à notre dernier post sur le sujet (le 21 janvier 2019 - Voir image à gauche) et les diverses réactions des uns et des autres sur le réseau social, j'ai tenté ma chance pour demander des précisions aux Éditions J'ai Lu, tout en leur résumant ce qui – pour nous les lecteurs – me semblait être des points restés non éclaircis ou sans réponses.

A ma grande surprise, j'ai pu avoir un dialogue en direct, dès le 21 janvier. Ce qui est très (très) rare, et j'en ai profité pour répondre à certaines de vos interrogations.

Certaines de nos questions attendent cependant encore une réponse depuis quelques années, et sont néanmoins listées à la fin de cet article




(...) Comme nous n'achèterons pas les droits des nouveaux tomes, ces derniers seront disponibles pour un achat par un éditeur qui souhaiterait publier cette série. (...)

Ma première question a été celle que plusieurs d'entre nous se posent depuis plus de trois ans déjà (Et oui, la série a été arrêtée en septembre 2015 ! Déjà !) : Puisque qu'ils abandonnent la publication des livres de Sherrilyn Kenyon, est-ce que la porte reste ouverte à une possibilité de reprise par un autre éditeur (qui pourrait ainsi les retraduire pour publier le vrai texte et les livres en entier), ou est-ce qu'ils conservent les droits dessus ?

Et là... surprise !


« En ce qui concerne les droits, comme tous les contrats d'édition, ces derniers ont été acquis tome par tome. Ils vont donc aller jusqu'à leur échéance et en fonction des demandes de l'agent de l'auteure, seront ou non renouvelés. En revanche, comme nous n'achèterons pas les droits des nouveaux tomes, ces derniers seront disponibles pour un achat par un éditeur qui souhaiterait publier cette série. Nous ne bloquons pour notre part rien, sauf concernant les droits en cours, qui arriveront à échéance au fur et à mesure. »

Et bien sûr vous vous demandez, comme moi, quels sont les droits en cours pour les livres de Sherrilyn ?

Ils ne peuvent malheureusement pas communiquer à ce sujet. MAIS si un éditeur souhaite reprendre les droits, ils ne bloquent rien. Il y a donc aussi la possibilité de racheter les droits. Il n'y aura pas d'obstacle de leur part si un autre éditeur se manifeste.

Mais alors, les lecteurs et lectrices francophones doivent-ils encore attendre quelque chose de la part des éditions J'ai Lu concernant les livres de Sherrilyn ?

La réponse n'est ni positive, ni négative finalement, loin d'être gravée dans le marbre :

"L'édition n'est pas une science exacte. Je peux vous dire que 2 + 2 ne feront jamais 3, mais je ne peux pas vous dire que J'ai lu n'éditera JAMAIS la suite. Vous voyez ce que je veux dire ?"

Oui bien sûr, nous comprenons. Mais après plus de trois ans, il est normal que les lecteurs s'attendent non pas à une énième réédition (sauf si la réédition présente ENFIN des livres traduits fidèlement, sans coupes ou chapitres manquants), mais bien à la suite de leur série préférée !

"Tout à fait. La réponse est que la publication de la série est interrompue."



Par la suite, j'ai soulevé un point qui nous semble important : le fait qu'il y a un problème de présentation de la série aux revendeurs, c'est qui entraîne une mauvaise classification de la collection Crépuscule dans les points de vente, où on la retrouve dans le rayon "Littérature sentimentale" et non dans le rayon dans la section "Fantastique".

Ce problème s'explique par le fait que toutes les séries qui étaient dans cette collection sont présentées par l'éditeur comme "Littérature sentimentale", elles ne sont donc pas présentées dans le rayon "Fantastique", comme pour des séries du même genre chez d'autres éditeurs.
Le genre "Littérature sentimental" est surtout mis en avant dans les grandes surfaces et/ou centre culturel (et encore) et le rayon est en général tout petit, il ne vise pas le même lectorat. Alors que le rayon "Fantastique" est tout de suite plus visible et énorme... mais on n'y trouve presque jamais la collection Crépuscule, qui est en fait rangée avec les "Aventures et Passions", (qu'on ne voit jamais ou rarement en librairie...). Et au final,  les livres de Sherrilyn sont (presque) invisibles en librairie...
C'est bien sûr mon avis, mais je pense que si ses séries étaient présentées avant tout comme du fantastique, elles seraient vendus au rayon "Fantastique" (comme pour les collections "Bit-Lit" chez Milady), et seraient beaucoup plus visibles, et donc vendues.

Et là encore, les éditions m'ont répondu, et en détails !

"Pour début de réponse à la question de l'orientation en rayons et du rangement en littérature sentimentale : comme vous l'avez peut-être remarqué, depuis 2018, la totalité de la littérature fantastique que nous publions désormais qui aurait des éléments de romance a été publiée dans un format décharté en semi-poche. Les Els, Covenant, Chasseuse de vampires, par exemple. Nous allons poursuivre dans cette direction avec les publications de 2019 : tout le fantastique paraîtra en décharté semi-poche (de nouvelles séries de Jennifer L. Armentrout aux Ombres de la nuit). Cela va permettre d'avancer sur cette problématique de la mise en rayons et de redonner une visibilité sur certains points de vente où la romance fantastique était en effet absente ou presque invisible. Nous allons suivre les retours sur ces séries afin d'en tirer les leçons, et ce sera peut-être un marqueur positif pour l'avenir du paranormal chez J'ai lu. On l'espère de tout coeur ! "


Depuis quelques mois, les éditions J'ai Lu réédite plusieurs de leurs séries fantastiques en groupant de deux à trois histoires en un seul volume et bien sûr, on pourrait supposer que - en cas de réédition des livres de Sherrilyn - ils envisageraient la même chose. Je leur ai donc demandé :

"Quels arguments pensez-vous utiliser pour pousser vos lecteurs à racheter un livre  "3 histoires en 1", qui est au format semi-poche et donc beaucoup plus cher, alors qu'ils les ont déjà ? Et n'est-il pas possible d'imaginer publier des inédits en parallèle des rééditions (retraduits bien évidemment, sinon sans intérêt !) ?"

En effet, lorsque nous avons vu les commentaires, il est clair que la plupart des lecteurs ne rachèteront pas un livre aussi cher, sauf éventuellement si le contenu est différent (et pourquoi pas y inclure les nouvelles ?). Depuis quelques années déjà, ils proposent beaucoup de rééditions qui rebutent les lecteurs de longue date, alors la majorité trouve "normal" que les ventes ne soient pas suffisantes.

Réponses de l'éditeur sur ces différents points :

"Concernant votre première question à propos des intégrales : nous le faisons déjà en Imaginaire pour nos séries qui ont le mieux fonctionnées et qui sont assez longues. Proposer une intégrale permet de faire des économies pour ceux ou celles qui n'auraient pas déjà le livre (le prix d'une intégrale étant inférieur à la somme du prix des 3 livres au format poche). Ensuite, nous ne proposons pas les intégrales exclusivement aux lecteurs ou lectrices qui connaissent déjà la série, puisque nous avons bien conscience qu'ils possèdent probablement encore les livres. Non, le but est principalement de faire découvrir la série à un nouveau lectorat, afin de la relancer, pour en assurer la pérennité. Comme les anciens tomes ne sont plus réimprimés, cela permet de donner un second souffle à une série, surtout (et j'insiste à ce propos mais c'est essentiel), sur les longues séries. Ces rééditions sont justifiées par le fait que les anciens tomes ne sont plus disponibles dans le commerce.

J'en viens à votre deuxième question. Justement, comme évoqué pour les intégrales qui permettent de faire découvrir une série qu'ils ne connaissaient pas aux lecteurs, le but est bien entendu de ne pas perdre en route les lecteurs qui attendent la suite. C'est ce que nous allons faire par exemple pour "Les Ombres de la nuit". Les inédits vont sortir en même temps que les intégrales."




Ce que je leur ai également fait remarquer c'est que l'image qu'ils donnent aux publications de ce type de littérature, vise selon nous, un lectorat trop restreint par rapport à ce qu'ils pourraient espérer avec des séries de ce type.

Je m'explique sur cette question qui peut paraître saugrenue à certains, avant de vous donner la réponse de l'éditeur. Mais même les résumés au dos de ces livres sont centrés sur la romance, comme s'il s'agissait du point essentiel de l'histoire. Le lectorat fantastique n'ira pas chercher de nouveaux titres dans le rayon "Littérature sentimentale".
Les livres d'Urban Fantasy parus dans la Collection Crépuscule, par exemple - je pense à la trilogie Dysnaties d'Ilona Andrews - ce n'est pas de la romance... et pourtant ils n'étaient trouvables qu'au rayon "Littérature sentimentale". Pareil pour la série d'Urban Fantasy L'exécutrice de Jennifer Estep, qui aurait penser à la chercher au milieu des Harlequins ?
Si je voulais vous donner un exemple pour la série Dark-Hunter, en ce qui concerne les résumés "en décalage", je pense tout de suite au tome 6, Jeux Nocturnes, où on peut voir écrit : "Vane va rencontrer sa Princesse, Bride."... Alors... imaginer que Vane est un prince (ce qu'il n'est pas), pourquoi ? Pour le clin d'oeil à Princesse Bride ?
Je leur ai donc fait remarquer qu'à partir de l'instant où le livre est publié par "J'ai Lu pour Elle" il est nécessairement estampillé "lecture de filles" (après tout c'est ce qui est écrit dessus) et par définition "littérature sentimentale", voire carrément "roman de gare".

Alors, pourquoi avoir choisit de viser un lectorat aussi restreint, en donnant une image aussi faussée du contenu des romans ?

Réponse de l'éditeur sur ce point :

"Concernant le positionnement des publications de J'ai lu pour elle : comme vous le savez peut-être, avant la collection Crépuscule qui est une collection de paranormal au sein de J'ai lu pour elle, clairement orientée (comme vous le soulignez) romance, J'ai lu avait la collection Darklight à son catalogue. Cette collection avait l'avantage de proposer de la littérature paranormale sans être trop estampillée romance, et son positionnement lui permettait d'aller vers un public plus large. Malheureusement, suite à une décision éditoriale, cette collection a été arrêtée, et nous avons concentré les publications sur Crépuscule lorsque nous avions ce type de romans à publier (par exemple, Chasseuse de Vampires est passé par Darklight, puis Crépuscule). C'était une façon pour nous de continuer à proposer ces contenus malgré l'arrêt de Darklight, même si en effet ils étaient pour certaines séries moins en phase en termes de positionnement. Tout ceci émanait d'une politique plus large de regroupement de notre production. On souffre parfois d'une réelle déperdition de ventes lorsqu'on propose trop de collections, car les libraires ne s'y retrouvent plus. Du coup, estampiller J'ai lu pour elle permettait une offre commerciale plus cohérente que les libraires comprenaient mieux. Cela peut vous sembler contradictoire, mais le marché et les modes fluctuent beaucoup, du coup on modifie aussi l'offre régulièrement pour essayer de rester pertinent et en phase avec la demande."


Vient le problème de la publication ratée des Chroniques de Nick, qui n'aura pas fait long feu en France et sera finalement passée totalement inaperçue. Ratée c'est bien le mot qui convient. C'est une série dans laquelle il n'y a aucune romance. C'est une série Fantastique Jeunes Adultes ET C'EST TOUT (Oui Nick est amoureux de Nekoda... mais il a quatorze ans dans le premier livre). Et le lectorat majoritaire de "J'ai Lu pour Elle" ne lit pas ce type de littérature. D'un autre côté, le lectorat Fantastique ne peut pas s'y intéresser puisque la série d'origine leur est inconnue. Sur les réseaux sociaux l'éditeur ne parle de ces livres que sur la page J'ai Lu pour Elle (Et ça c'est quand il en parle ! Il faut chercher loin). Comment le lectorat fantastique peut en avoir entendu parler ? C'est à peine si les lecteurs de la série mère, Dark-Hunter connaisse son existence ! Alors les autres...

Donc pourquoi la série "Les Chroniques de Nick" est elle présente sur le site "J'ai Lu pour Elle" ? Et pourquoi n'avoir jamais expliqué aux lecteurs ce qu'était cette série ?

"Pour la présence de cette série sur le site J'ai lu pour elle, nous souhaitions les proposer pour des raisons de cohérence par rapport à l'auteur, puisque nous proposions ses autres livres sur le site également. Si des lectrices qui ont pris l'habitude d'acheter des livres d'un auteur à un endroit, il peut leur paraître logique de trouver toute sa production au même endroit.

Concernant le positionnement de cette série, le résumé fait clairement un lien avec la série du Cercle des Immortels [Note de DHFR : ATTENTION SPOILERS - Surlignez pour le lire ]"Dans ce premier tome, retrouvez Nick Gautier, le Malachai le plus célèbre du Cercle des immortels".[FIN DU SPOILER]
En revanche, il n'y a nulle part précisé qu'il y aura de la romance dans ce livre. Par ailleurs, ce livre est classé en "Young Adult". C'est un genre comme vous le savez qui est assez poreux, on y trouve parfois de la romance, parfois non, parfois beaucoup, parfois pas du tout. Cela n'a pas empêché le livre d'être travaillé en magasins en paranormal pur puisque les couvertures de ces romans ne sont pas chartés J'ai lu pour elle.

Le fait qu'il soit sur le site jailupourelle.com était davantage fait pour ne pas qu'il manque aux lectrices qui aiment les livres de l'auteure, plutôt que pour dire à tout prix "ceci est une romance". Comme je le disais, le livre n'étant pas charté romance pour le coup, il a pu être travaillé partout ailleurs comme Imaginaire.

On peut prendre un autre livre comme exemple, la série Rebecca Kean qui est de l'Urban Fantasy. Elle est effectivement vendue sur le site jailupourelle.com, mais travaillée en magasins dans les rayons Imaginaire."


La réponse, bien que détaillée, n'explique pas en revanche comment les lecteurs de Fantastique, qui ne vont pas nécessairement sur le site J'ai Lu pour elle, peuvent avoir connaissance de cette série. L'année avant sa sortie, au Salon du Livre de Paris 2012, la seule publicité que l'on pouvait voir dans le catalogue était :


Si en lisant ce résumé vous avez : 1) Compris l'histoire et 2) Envie de l'acheter... levez la main !
L'année de la sortie du premier roman, au Salon du Livre 2013, là où il aurait fallut la mettre en avant, il n'y avait que deux exemplaires de présentés sur la table... difficile de passer plus inaperçu !
Quant au nouveau résumé dans le catalogue il s'agit effectivement du texte donné dans la réponse de l'éditeur, il est aussi sur leur site d'ailleurs. [Note de DHFR : ATTENTION SPOILERS - Surlignez pour le lire]  Mais encore faut-il savoir ce qu'est un Malachai... on ne l'apprend, avec Nick, qu'au 16ème tome de la série !

Bonjour le spoiler ! Et par l'éditeur en plus !!

Quelqu'un qui découvre la série où n'est pas encore assez avancé dans la lecture n'a pas la moindre idée de ce dont il s'agit et jamais l'éditeur n'a expliqué le concept de la série.
Il aurait été pourtant possible de la présenter correctement sans en faire mention... et sans spoiler les lecteurs, non ?
Est-ce si difficile d'écrire un texte qui donne envie de découvrir cette nouvelle série ? 

La publicité autour de la série Les Chroniques de Nick a été quasiment inexistante du côté de l'éditeur. Lors de la dédicace de l'auteur à Paris, la même année, ils étaient toujours absents (tout comme les livres concernant les Dream-Hunters).
De fait, faute de ventes suffisantes (+ de 60 % d'invendus), elle n'aura pas survécu au-delà de deux tomes, dommage pour tous les éléments qu'elle apporte sur l'univers Dark-Hunter. [Si vous ne la connaissez pas : Présentation de la série "Les Chroniques de Nick" ; La série "Les Chroniques de Nick"]


Les autres questions, (malheureusement) toujours sans réponses...



J'ai profité de cet échange inespéré depuis le temps, pour tenter de reposer des questions que nous leur posons depuis sept ou huit ans, et pour lesquels nous n'avons JAMAIS eut de réponses claires ou pas de réponse du tout. La plupart étant en général, complètement éludées.
Ces questions ciblent plus précisément les choix éditoriaux concernant la série.

Lorsque je leur ai mentionné leur façon de "viser un lectorat romance", je pensais avant tout aux modifications et aux simplifications extrêmes faites au texte original de Sherrilyn. Car le texte donne clairement l'impression d'avoir été changé pour coller encore plus à cette catégorie (et plus encore pour les quatorze premiers livres de la série).
Le fait d'avoir très fortement modifié le texte de l'auteur :
- En retirant tout ce qui faisait la complexité de l'univers qu'elle a créé.
- En utilisant un vocabulaire obsolète, désuet, voire carrément "nunuche".
- En coupant tous les passages importants ou trop détaillés, ou même en se permettant d'ajouter des paragraphes complets pour rajouter une couche de romance à outrance. En retirant même des chapitres complets ! 
- En modifiant aussi les noms et prénoms des personnages (les noms propres ne se traduisent jamais !), etc...
Tout ça ne pousse pas vraiment à continuer d'acheter la série quand on s'intéresse à l'aspect fantastique, parce qu'on est loin, très loin, quand on lit la version française, du texte écrit par l'auteure elle-même.
L'écriture française est disons le franchement "nunuche" et médiocre. Et puis, honnêtement, lire un livre au texte incomplet et modifié...

"C'était la politique éditoriale".


Je leur ai donc demandé pourquoi ne jamais les avoir retraduits pour corriger ça ?
D'autant qu'ils en ont eut l'occasion. Car avant de lancer la collection Crépuscule, l'éditeur avait déjà mis en pause la série Dark-Hunter pendant pratiquement trois ans (C'était en 2007. Et dès l'année 2005, les gros problèmes de traduction leur avaient déjà été signalés - et pas par nous).
A l'époque il n'y avait donc que neuf livres et tout le monde attendait beaucoup de la réédition. Mais la seule chose qui a changé... c'est la couverture et la collection ! Avec en plus, le découpage de la série en deux (mettant les Dream-Hunters de côté - Lire l'article Non. Les Dream-Hunters ne sont pas une série "distincte".), sans expliquer aux lecteurs que c'était en fait la même série et qu'il y avait un ordre chronologique à suivre (qu'ils n'ont eux-mêmes pas suivi en publiant les livres). Et ils ne l'ont toujours pas expliqué.
L'intérieur en revanche, était (et est donc toujours) incomplet et truffé d'erreurs.

Voilà une chose incompréhensible pour nous, et pour laquelle nous n'avons eut que cette réponse en 2015 : "C'était la politique éditoriale".
Un concept assez flou autant pour nous que pour les lecteurs lorsque nous l'avons mentionné sur notre site

Alors, en quoi consiste cette politique éditoriale et pourquoi une aberration pareille a été mise en place ?
Pourquoi avoir choisit de transformer à ce point le texte ? 
Avaient-ils peur que la série soit trop complexe et/ou trop violente pour le lectorat romance qu'ils ciblaient à ce moment là ?


C'est à la fois insultant pour les lecteurs, et pour l'auteure. Ont-ils seulement le droit de modifier à ce point les textes qu'on leur confie à la traduction ? Je n'en suis pas certaine mais c'est mon point de vue. Tout comme je suis sûre aussi que les lecteurs de littérature fantastique n'accrocheront pas à cette série s'il n'y a aucune retraduction correcte dans l'avenir.
Je suis pour qu'ENFIN la série en France ressemble à ce qu'elle devrait être (allez, je croise les doigts !).

Même si maintenant il y a 22 livres à retraduire entièrement, ce qui est clairement un frein d'un point de vue financier pour J'ai Lu comme pour un nouvel éditeur qui pourrait se présenter.
Alors pourquoi n'ont-ils pas retraduit la série Dark-Hunters lors de la première "pause" en 2007? Ils l'avaient fait après tout pour la série La communauté du Sud de Charlaine Harris, qui était parue une première fois la même année et avait elle aussi été mise en pause au même moment. Elle avait repris en même temps également, mais retraduite, elle.

Plus simplement, pourquoi ne pas l'avoir correctement traduite dès le départ ?

Nous n'avons toujours pas eut de réponses à ces questions...

 


Autre point, que nous aurions voulu aborder avec l'éditeur, c'est s'ils avaient pris connaissance de nos mails concernant le fait que Sherrilyn prévoyait de réécrire entièrement le tome 1 (Dark-Hunter #1 - Julian of Macedon (texte originel du livre 1)). N'ayant jamais eut de réponse à l'époque, nous ne savons pas si les mails sont arrivés à bon port.
Ce serait l'occasion selon nous, de reprendre correctement la série en main à ce moment là. Et quand bien même elle ne l'a pas encore réécrit, le "problème" est contournable, ils pourraient très bien redémarrer au tome 2 (RETRADUIT bien évidemment), en expliquant en préambule pourquoi ne pas démarrer au tome 1.

Le fantastique n'est apparemment pas le point fort de J'ai Lu pour Elle.
En revanche, leur marque de fabrique et leur point fort c'est justement la romance pure et historique de leur collection Aventures & Passions.  D'où ma question: "Alors pourquoi ne vous êtes vous jamais intéressés aux livres que Sherrilyn a écrit sous son pseudonyme de Kinley MacGregor ?"
Ce serait - toujours selon nous - un moyen de garder Sherrilyn Kenyon dans leur catalogue mais pas dans le registre fantastique qu'ils ne maîtrisent semble t'il pas très bien. Les lecteurs pourraient ainsi la (re)découvrir par le biais de ses récits de romance historique, et ensuite peut-être avoir envie d'en lire plus.

Elle a notamment écrit une duologie ("Sea Wolves"), dont les éditions J'ai Lu avaient d'ailleurs déjà traduit et publié un livre (sur les 2 donc) dans leur collection «Aventure & Passion» (Sous le titre "Pirate de mon Coeur"), en 2006. Mais sans jamais publier la suite, qu'on attend donc depuis 13 ans.
Pour le coup, une réédition serait la bienvenue, avec la suite.
Pourquoi ne pas faire entrer à nouveau les livres de Kinley MacGregor dans leur catalogue ?

Les romances avec des écossais ont la cote (et plus encore grâce à Mme Diana Gabaldon), alors peut-être devraient-ils aussi penser sérieusement à publier sa série The MacAllisters" , non ? Il n'y a que 7 romans et une nouvelle.
Nous leur en avions parlé il y a 3 ans au Salon du Livre de Paris 2016, il nous avait été répondu qu'ils se renseigneraient et nous tiendraient rapidement au courant... ça n'a jamais été fait. Ils nous avaient aussi suggéré de contacter la responsable de cette collection, mais sans nous donner ses coordonnés (et leurs services ne peuvent pas nous les communiquer).

Nous sommes pourtant certains chez Dark-Hunter Francophone, que beaucoup de personnes, attirés par l'Écosse, aimeraient lire cette série.



Toutes ces questions concernant la traduction et les choix de coupe s'adressant directement l'équipe éditoriale, mon interlocutrice n'a pas pu y répondre et leur à fait parvenir afin qu'ils puissent nous répondre.
Malheureusement, depuis le 23 janvier 2019... toujours aucune réponse.
Ce sont des questions que nous leur posons depuis des années, nous attendrons donc encore...

La suite au prochain épisode ! Dès que les réponses arrivent. Soyez patients les Paladins !


∼Aliénora - Dark-Hunter Francophe ∼






Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir